Venezuela : la prime de Noël des fonctionnaires et retraités payée en Petro

Trading du CoinTrading du Coin
5
(1)

Cadeau empoisonné – Après un lancement en grande pompe début 2018, le Petro du Venezuela est resté plutôt invisible, pour ne pas dire inexistant. Le gouvernement tente depuis quelques mois de relancer l’intérêt pour sa cryptomonnaie d’État, notamment ici en payant les primes de Noël… en Petro ! 

Un 13e mois en Petro

Selon le média local vénézuélien Venepress, le président Nicolás Maduro va accorder un complément de revenu correspondant à un demi Petro aux fonctionnaires et retraités du pays :

« Je vais donner un mois de prime aux retraités et à tous les employés publics, je vais leur donner la moitié d’un Petro pour leurs achats [de Noël] prévus au mois de décembre ».

Le Petro étant actuellement côté à 1,8 millions de bolívars vénézuéliens (VES), la moitié équivaudrait à une prime de 27€ selon le convertisseur officiel de la Banque Centrale du Venezuela – le salaire mensuel moyen est de l’ordre de 22€ dans le pays.

Selon Cointelegraph, le régime vénézuélien avait déjà automatiquement converti les primes des retraités en Petro en décembre 2018 également.

Flou artistique sur la réelle utilisation du Petro

Il est très difficile de savoir à quel point cette prime de Noël impactera l’économie réelle. Surtout que, si la blockchain Petro existe, ses utilisateurs réels semblent se compter sur les doigts d’une main.

Sur l’explorateur officiel de la cryptomonnaie, bien que les nouveaux blocs tombent toutes les 5 minutes, ils ne comportent guère que quelques transactionsautour de 3 en moyenne sur les blocs observés pendant la rédaction de cet article. Par comparaison, Bitcoin (BTC) serait lui plutôt dans une moyenne de 2000 transactions entre ces blocs, espacés de 10 minutes.

D’autant plus qu’au delà de cette annonce curieuse, le président Maduro ne s’est pas privé de récemment déclarer qu’il ne trouvait pas que l’utilisation du dollar américain dans le pays soit une si mauvaise chose, selon Reuters :

« (…) ce processus qu’ils appellent “dollarisation”, (…) s’il peut contribuer à la reprise du pays et à l’amélioration de ses forces productives et à l’économie… Alors remercions Dieu qu’il existe ».

Une situation assez inhabituelle, tant les gouvernants de pays en situation économique fragile et frappés d’hyperinflation voient rarement le remplacement de leur monnaie souveraine dévaluée par un dollar fort comme une bonne chose.

Il faut toutefois noter le contexte crypto local est dernièrement animé, du moins en paroles. Alors que Nicolás Maduro a récemment joué les VRP pour l’utilisation des cryptos en se baladant à la télévision avec un wallet Trezor, il a également annoncé l’ouverture prochaine du pays aux paiements en cryptomonnaies. Pour autant, les modalités exactes de cette ouverture sont restées pour l’instant bien floues.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar