L’ambivalence de la politique Russe sur les cryptomonnaies : nouveaux éléments

Trading du CoinTrading du Coin

Nous commentions dans un précédent article les nombreuses évolutions de la politique Russe sur les cryptomonnaies. Nous en sommes à un stade de diffusion qui fait que tous les jours paraissent de nouvelles information. Les choses évoluent globalement dans le bon sens mais quelques points restant paradoxales. Un second développement était donc nécessaire.

Création de la “Russian Blockchain and Cryptocurrency Association

Le conseiller de l’Internet Russe de Vladimir Poutine, Herman Klimenko, a annoncé la création d’une entité Blockchain. La rencontre était organisée par le centre local “DeCenter”. Herman Klimenko a déclaré que la “Russian Blockchain and Cryptocurrency Association” (RABIK) se produirait “durant les deux prochaines semaines”.

“La nouvelle organisation réunira des acteurs commerciaux de la technologie Blockchain, des propriétaires de cryptomonnaies (dont des mineurs), ainsi que des investisseurs travaillant dans ce secteur et des projets sur les cryptomonnaies (…) Cela comprendra les fabricants d’équipements utilisés dans le minage de cryptomonnaies, et cela permettra aux acteurs de collaborer dans le développement de leur projet avant la phase publique. Cela donnera également lieu à des événements importants en collaboration avec l’état russe”

La Russie est active dans le développement de son industrie minière et est en plein processus visant à réglementer ce secteur. Cela n’a pas empêché le ministre adjoint des Finances, Dmitry Moiseev, de déclarer cette semaine qu’il avait l’intention d’interdire l’accès au particulier aux plateformes de trading de cryptomonnaies.

L’association nouvellement née, cependant, conteste la notion de Moiseev selon laquelle seuls les individus “qualifiés” (entendre par là “professionnels”) devraient avoir accès aux cryptomonnaies. Vladislav Obushinsky, porte-parole de l’association, écrit dans la lettre à Cointelegraph : “L’association n’a pas la même position et est convaincue que ce sujet devrait devrait être discuté uniquement avec les régulateurs”.

La frilosité de certaines acteurs institutionnels russes

Herman Klimenko lui-même s’est récemment fait tirer les oreilles pour ses commentaires sur l’exposition de la Russie aux cyberattaques de WannaCry et à d’autres virus Bitcoin. Dans les entretiens avec les médias locaux en juillet, il a déclaré qu’il considérait que jusqu’à 30% des appareils du pays étaient «infectés» par des logiciels malveillants tels que les virus qui minent du Bitcoin sur les ordinateurs infectés. Il a ajouté qu’il soupçonnait que les créateurs de l’attaque internationale de WannaCry étaient des «enfants» en raison de la quantité relativement faible de Bitcoin réunis.

Les autorités locales semblent également vouloir limiter l’usage des cryptomonnaies. Un tribunal de la deuxième ville de Saint-Pétersbourg a récemment interdit des distributeurs automatiques de monnaie virtuelle, quelques mois seulement après le déploiement réussi de plusieurs guichets de bitcoins et d’altcoins. Les guichets automatiques ont depuis disparu et le propriétaire, Bitlish, refuse d’en expliquer les raisons.

Nouveau partenariat entre la banque publique Russe et Ethereum

Durant la même période, la Fondation Ethereum a signé un partenariat avec la banque publique russe Vnesheconombank (VEB) à la conférence “Blockchain: The New Oil of Russia” au Tatarstan.

Ethereum va soutenir le nouveau centre de recherche blockchain de la VEB en fournissant une formation spécialisée sur la technologie Blockchain & la plateforme Ethereum. Le fondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, a déclaré :

“La coopération entre Ethereum et VEB offre une occasion unique de se consacrer à la recherche et au développement de la technologie blockchain pour l’administration publique. Cela permettra d’accélérer l’adaptation de cette technologie aux organisations gouvernementales de la Fédération de Russie”

Conclusion

Les cryptomonnaies et la technologie Blockchain qui les sous-tendent sont des technologies très disruptives. Cela implique que l’intégration dans la sociétés des (r)évolutions technologiques apportées prenne du temps, tout simplement car la société n’est strcuturellement pas prête. C’est probablement ce qui pourrait expliquer l’interdiction des ATM et la frilosité de l’adjoint du Minsitre des finances, Dmitry Moiseev. La formation d’entité comme la RUBIK et le partenariat entre Ethereum et la Banque publique Russe est probablement la meilleur nouvelle que l’on puisse attendre. Cela permettra de former les acteurs du tissu économique existant et ainsi commencer à entrer dans le monde demain.

Article précédent sur l’ambivalence de la politique russe : L’ambivalence de la politique Russe à l’égard des cryptomonnaies

Upvotez nous sur Steemit : @Journalducoin & suivez nous sur facebook : @lejournalducoin

Source : CoinTelegraphCoinTelegraph ; CoinDesk

Pour soutenir le JDC, utilisez nos liens partenaires : Coinbase (10$ offert), Changelly (pas d’inscription ni de vérification d’identité), Ledger Wallet (coffre fort crypto).

Avatar
Directeur de publication du média que vous lisez en ce moment même, je quitte mes fonctions stratégiques de temps en temps, pour écrire des billets d'analyse financière du marché des cryptomonnaies.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
trackback

[…] de la politique de réglementation de la Russie, avec deux articles que vous retrouverez ici et là. Nous avons également publié un article sur la Chine qui essaye également de réglementer tant […]