Bitcoin-btc-optimiste

10 ans de Bitcointalk : de la communauté cypherpunk à la marketplace mondiale

Trading du CoinTrading du Coin

Après un premier volet qui, je l’espère, vous aura convaincu de la valeur du forum Bitcointalk en tant que livre d’histoire de la communauté crypto, il est temps de prendre un air pensif et de s’interroger sur ce que son évolution raconte sur l’ensemble du secteur et son incroyable expansion en moins d’une décennie.

Du début de l’ère de la spéculation jusqu’à l’apparition des ICOs, en passant par le déferlement des campagnes Bounty, chacune de ces périodes ayant été accompagnées de leurs lots de dérives en tout genre, Satoshi Nakamoto serait-il fier de ce qu’est devenue son œuvre aujourd’hui ?

Et dans l’hypothèse ou un quelconque « esprit Bitcointalk » ait un jour existé, en retrouve t-on la trace dans les milliers de messages que charrie le forum quotidiennement ?

Membres fondateurs, crypto-millionnaires, bounty-hunters… Qui représente le « vrai » Bitcointalk ?

Bitcointalk : le temps des pionniers

On l’évoquait donc dans le premier chapitre de notre petit voyage dans le monde merveilleux de Bitcointalk, l’outil a été mis en place par Satoshi Nakamoto en personne et, dans sa première année, ne concernait guère que quelques dizaines à quelques centaines de personnes. Le papa de Bitcoin n’était pas de ceux qui s’encombrent de fioritures : le forum est initialement déployé comme on mettrait aujourd’hui en place un Slack ou d’un Trello. Satoshi est un pragmatique. Pour des raisons qui nous échappent encore, il est visiblement pressé. Le forum à ainsi surtout vocation à lui permettre de disposer du meilleur des environnements pour communiquer rapidement avec la petite bande de développeurs et de codeurs qui commence à s’agréger autour du projet.

Ladite petite bande est plutôt ultra-qualifiée. On y retrouve des gens comme Martti Malmi  aka Sirius (propriétaire du nom de domaine bitcointalk.org et qui prendra la suite de Satoshi en tant qu’administrateur du forum avant de passer le relais à Theymos), ou encore Gavin Andresen qui deviendra plus tard scientifique en chef de la Fondation Bitcoin. Dans les tous premiers mois de son existence, personne en effet ne se retrouve par hasard sur Bitcointalk.

Il serait probablement faux d’affirmer que tous les contributeurs d’alors étaient issus de la frange la plus radicale des mouvements cypherpunk, hackers anarchistes ou libertariens d’alors.

Pour autant, si personne n’ignore que Bitcoin s’est fondé notamment en réaction à la crise bancaire de 2008, son émergence intervient également dans un monde qui est encore sous le coup d’une prise de conscience de plus en plus nette s’agissant de la surveillance de masse. En effet, le système américain Echelon a été dévoilé une décennie plus tôt, préfigurant les révélations de Wikileaks et d’Edward Snowden quelques années plus tard. Le Circuit Quantico, une backdoor sur les communications de l’opérateur Verizon au profit du gouvernement américain, est pour sa part rendu public en 2008. Autant de découvertes qui laissent discerner quel type de « meilleurs des mondes » les grandes démocraties modernes ont parfois en tête…

En bref, si les membres du forum Bitcointalk en janvier 2010 ne sont pas tous des hacktivistes acharnés, ils se retrouvent sur certains fondamentaux et notamment le rejet de la toute puissance bancaire qui vient d’exposer au monde toutes ses dérives. Le rejet d’un système global de surveillance et de contrôle qu’ils aimeraient contourner est aussi central à la démarche. Ça tombe bien, Bitcoin est parfaitement taillé pour devenir une carte maîtresse dans ce combat fondamental !

Cette posture pour le moins peu amène envers les gouvernements de tous bords durera quelques mois et correspondra d’ailleurs peu ou prou à la période ou Satoshi était encore actif sur le forum. Cependant, aussi bien le déploiement de plus en plus évident des potentialités du Bitcoin que l’augmentation de sa valeur vont bien vite attirer l’attention d’un public plus large, et finalement marquer le début d’une nouvelle ère.

Les débuts de la spéculation, ou les alevins devenus baleines

Il faudra ainsi attendre mai 2011 et la première poussée de fièvre de la valeur de Bitcoin pour que le nombre de membres n’explose de concert. Si 2 538 nouveaux membres s’inscrivent en mars 2011, ils sont plus plus de 14 400 à débarquer 2 mois plus tard !

Ainsi, s’il existe un « âge d’or » de Bitcointalk, c’est clairement avant cette période qu’on est en mesure de le trouver, toute inscription plus récente pouvant être plus le fruit d’une recherche de profit pure plutôt d’un intérêt passionnel pour le sujet (même si – de fait – l’un n’exclut pas l’autre).

Car en effet, si les valeureux premiers pionniers, minant des milliers de bitcoins à la pelle, se les échangeant pour la simple beauté du geste, n’étaient pas nécessairement animés par la recherche du profit, il en ira tout autrement pour la génération suivante. Cette dernière découvre alors un actif capable de lui offrir des rendements rien moins que délirants. Les fortunes actuelles et autres « baleines » d’aujourd’hui sont nées dans ces eaux fertiles et nourricières où il était encore facile de miner de nombreux bitcoins, et d’en accumuler plus encore.

La spéculation commence à s’imposer. C’est l’émergence des « première fois », tel qu’évoqué dans le précédent chapitre : premier altcoin, première transaction marchande, première pool de minage, premier exchange… premier hack.

La machine est lancée. A compter de ce moment, la fréquentation n’aura de cesse d’augmenter.

Bitcointalk, que l’on pourrait qualifier de « second cadeau de Satoshi au monde », voit son affluence et son nombre d’inscriptions intimement se corréler à la valeur de la monnaie dont il arbore le nom. Durant l’hiver crypto de 2014-15, le nombre de nouveaux inscrits ne dépasse que rarement 15 ou 20 000 personnes par mois. En plein bull market, ce sont près de 200 000 nouveaux membres qui s’inscrivent en décembre 2017 pour venir grossir les rangs du crypto-forum.

Le bull market de 2017 et l’hiver crypto

En quelques dizaines de mois, en parallèle de l’augmentation croissante de sa communauté, le Forum pro-Bitcoin évolue et change de stature : de simple espace de discussion spécialisé, il devient peu à peu une vibrante place de marché ou tout se vend, s’achète, se prête, à la condition d’utiliser le Bitcoin (ou l’une des multiples nouvelles cryptomonnaies qui apparaissent dorénavant chaque mois).

Les sections « Place de Marché », « Annoncement », « Bounty » explosent. En effet, l’âge des ICO (Initial Coin Offering) vient de s’ouvrir. Alors que cette l’approche inédite permet à des start-up de se financer en cryptomonnaies en échange de l’émission de jetons, ce sont brusquement des milliers de projets qui essaiment.

Ils sont naturellement tous soucieux d’être présents et actifs sur Bitcointalk, chacun cherchant à attirer à lui les communautés les plus larges en échange de quelques coins dont on espère qu’ils incarneront « le nouveau bitcoin ». C’est l’époque des fameuses « campagnes Bounty », celles qui vont durablement saturer tous les espaces cryptos dans un vacarme assourdissant de marketing frénétique et improvisé. Voilà donc qu’une couche supplémentaire d’hystérie vient s’ajoute à la situation déjà cataclysmique due à l’explosion de la bulle spéculative formée mi-2017 .

Bitcoin-btc-optimiste

Durant cette période, le forum frôle de peu la congestion. Le petit ratio d’échanges de qualité est noyé dans la foire d’empoigne générale provoquée par les campagnes Bounty. Des individus créent des dizaines – voire des centaines – de comptes leur permettant de démultiplier leurs gains potentiels.

Alors même que le robinet s’est déjà tari et que le court moment où les campagnes ont été réellement rentables est passé, les quelques crypto-miettes qui restent alors sont toujours d’une grande valeur pour beaucoup, notamment les membres originaires des zones les plus défavorisées de la planète.

Sous la direction de Theymos, administrateur de Bitcointalk, des mesures drastiques sont mises en place : instauration du système de mérite (merit) début 2018, upgrade et affinage de l’architecture du trust, déclassement en milieu d’année de centaines de milliers de comptes, interdisant de fait à leurs propriétaires l’utilisation de certaines fonctions d’édition du profil, sans empêcher les échanges. Pour être plus précis, les membres concernés ne pouvaient alors plus arborer de signatures personnalisées, interdisant de fait toute participation aux campagnes du même nom.

Le résultat est sans appel : le niveau de « shitposting » (les millions de messages sans intérêt, postés dans la seule perspective de participer aux « Bounty signature ») s’effondre, le forum redevenant respirable !

Il faut dire qu’en plus de ces mesures, la période n’est pas à la fête : tous le monde grelotte, soumis au rude hiver crypto de 2018. Ne s’accrochent finalement que les membres dont l’intérêt pour le sujet ne se contente pas d’être mercantile. Ce reliquat constitue fondamentalement le cœur de la communauté actuelle, active régulièrement sur Bitcointalk.

Ou sont passés les pionniers et les crypto-millionnaires ?

Méfions-nous tout de même des généralités, tant les situations sont diverses. Cependant un constat s’impose : de très nombreux membres et intervenants, très actifs dans les premières années de vie du forum ont aujourd’hui disparu de la circulation. S’il est difficile d’imaginer que les intéressés et autres aficionados de la première heure aient pu se lasser du sujet, les raisons sont donc ailleurs.

Sirotent-ils des cocktails sur une île paradisiaque du Pacifique ? Sont-ils dorénavant occupés à gérer les outils de trading sophistiqués qui font trembler le marché crypto ?

S’il faut reconnaître son apport au monde, Bitcointalk présente également son lot de côtés sombres et d’histoires glauques. Ainsi le forum emblématique du Bitcoin présente également un « dark side »… Mais c’est sans peur que vous pouvez consulter dès maintenant cette troisième partie de notre aventure !

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne / 5. Nombre de votes :

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Hellmouth Banner
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies. "Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
Jluc
Invité

Très bon article. Une erreur technique tout de même : les baleines n’ont pas d’alevins 🙂