Meurtres, escroqueries et vol de bitcoins – Le côté obscur de Silk Road

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

Comme beaucoup d'entreprises illicites et de places de marché du dark web, Silk Road possédait sa part sombre. Bitcoins volés, meurtres commandités, escroqueries, corruption : plongeons-nous dans le côté obscur de la route de la cybersoie.

Retrouvez l'article précédent de notre série sur Silk Road >>

L'implication de Ross Ulbricht dans ces évènements est contestée et n'a jamais fait l'objet d'un jugement. Par conséquent, on se référera au patron de Silk Road uniquement grâce à son pseudonyme, Dread Pirate Roberts.

Avertissement : cet article contient des contenus graphiques de nature à heurter les plus sensibles.

L'infiltration et le vol des 18 864 bitcoins

L'enquête policière contre Silk Road a débuté à la fin de l'année 2011. Il s'agissait d'une collaboration entre le département de la Justice des États-Unis et les services fédéraux tels que le Federal Bureau of Investigation (FBI), les Homeland Security Investigations (HSI), la Drug Enforcement Administration (DEA) ou encore le Secret Service (SS).

Puisque Silk Road avait une certaine ampleur, il était nécessaire de recourir à l'infiltration. Toutes les agences possédaient des comptes sur le site, ne serait-ce que pour surveiller la plateforme. Mais c'est un homme du nom de Carl Mark Force IV, travaillant pour la DEA de Baltimore, qui s'est distingué. Père de famille, il avait de l'expérience dans l'infiltration mais avait tendance à ne pas suivre le protocole, ce qui lui a causé du tort mais a aussi permis à l'enquête de progresser.

Carl Force dossier Silk Road
Carl Force dans son bureau de la DEA à Baltimore

Carl Force s'inscrit sur Silk Road le 30 mars 2012 sous le pseudonyme de nob, en référence à la cité mythique de l'Ancien Testament. Étant sur Internet, il peut s'inventer un personnage et choisit de se faire passer pour un contrebandier originaire de République Dominicaine ayant le nom fictif de Eladio Guzman, en référence au célèbre El Chapo. Puis, le 21 avril, sans l'autorisation de ses supérieurs, il envoie un message à Dread Pirate Roberts via Torchat, improvisant des phrases en espagnol, dans lequel il affirme qu'il souhaite acheter le site. Cela n'aboutit pas mais ce prétexte lui permet de se rapprocher du capitaine de Silk Road au cours de l'année.

Le 7 décembre 2012, alors qu'il prétend vouloir vendre sa marchandise en gros aux vendeurs de Silk Road, nob contacte DPR pour se plaindre que les vendeurs de Silk Road favorisent les petites quantités de drogues et qu'il n'est pas rentable pour lui de « faire en dessous de dix kilos ». Le lendemain, DPR lui répond en lui disant qu'il a trouvé un vendeur pour lui et qu'un employé du staff va le contacter. Néanmoins, DPR ne fait alors pas entièrement confiance à nob, qui surjoue.

L'employé en question n'est autre que Curtis Clark Green, alias chronicpain. Il est alors devenu administrateur depuis peu et utilise le pseudonyme de flush pour satisfaire ce rôle. Il s'agit d'un homme de 47 ans vivant à Spanish Fork, dans l'Utah aux États-Unis, qui est mormon, déjà grand-père et qui souffre de surpoids et d'autres problèmes de santé.

Curtis Green devant sa maison dans l'Utah
Curtis Green devant sa maison dans l'Utah

Curtis Green fait l'intermédiaire avec un vendeur de Silk Road, googleyed1, qui cherche à acheter de la cocaïne. Le 17 décembre, nob et le vendeur négocient pour un prix de 27 000 $ pour un kilogramme de cocaïne. L'adresse de livraison est également convenue pour éviter toute escroquerie : l'adresse de Green lui-même.

Le 17 janvier 2013 dans la matinée, des agents fédéraux déguisés en postiers, livrent un colis de 1 kilo de cocaïne chez Curtis Green. Ce dernier sort de chez lui pour le récupérer et est arrêté à la réception du colis. Sa maison est fouillée par les agents, dont Carl Force. Curtis Green est interrogé, dans le but d'obtenir des informations sur le site, et ils finissent par obtenir un accès aux comptes de Green. Ils lui font également confirmer la livraison pour que personne ne se doute de rien, et le vendeur autorise le transfert des 27 000 $ en bitcoins du dépôt fiduciaire vers nob, c'est-à-dire Carl Force.

Green est libéré sous caution le lendemain, mais est accusé pour possession de cocaïne. Néanmoins, cet incident ne l'arrête pas.

Quelques jours plus tard, le 25 janvier, un agent du Secret Service nommé Shaun Bridges profite de l'accès au compte de Green sur Silk Road pour s'emparer de 18 864 bitcoins, soit environ 350 000 $. Les transferts ont lieu vers l'adresse 127B3qwztPyA67uq63LG8G5izwhFcJ7j4A qui est une adresse liée au compte administrateur de Green. Bridges envoie ensuite les bitcoins vers de multiples autres adresses, appartenant à la plateforme d'échange Mt. Gox.

 Shaun Bridges  -Affaire Silk Road
Shaun Bridges

Bridges revendra ces bitcoins et transfèrera progressivement les fonds sur son compte bancaire depuis Mt. Gox pour un total d'environ 820 000 $.

L'assassinat présumé de Curtis Green

Le 26 janvier 2013, à 11 heures 39 UTC (3 heures 39 du matin à San Francisco), Dread Pirate Roberts est informé par son lieutenant Inigo que Curtis Green a siphonné des bitcoins présents sur les comptes de certains vendeurs. En faisant quelques recherches, il apprend également que Green a été arrêté le 17 janvier pour possession de cocaïne. DPR connaît en effet sa réelle identité, la condition de sécurité pour devenir administrateur étant de fournir une copie de papiers d'identité.

Il est furieux et dit à Inigo que ce sera la première fois qu'il « devra faire appel à [ses] hommes de main ». En conversation avec nob, il lui demande de l'aide pour « forcer [Curtis] à rendre les fonds volés » :

nob : tu veux qu'il soit passé à tabac. qu'on lui tire dessus, qu'on lui rende visite ?
DPR : J'aimerais qu'il soit battu, puis forcé à renvoyer les bitcoins qu'il a volé. genre l'asseoir devant son ordinateur et le forcer à le faire.
DPR : battu seulement s'il n'obtempère pas, j'imagine.
DPR : je ne sais pas comment ces choses se passent habituellement

Plus tard dans la journée, il discute avec Variety Jones (alias cimon) qui évoque, au sujet de l'affaire, la possibilité de mettre fin à la vie de quelqu'un qui causerait du tort à la plateforme. DPR lui dit que « si c'était le Far West, et ça l'est un peu, on serait pendu juste pour avoir volé un cheval » et que « dans un monde parfait, ils [auraient] récupéré l'argent, plus [leurs] dépenses et l'auraient peut-être passé à tabac ou autre » mais que « ce n'est pas réaliste ».

Au même moment, une discussion du même type a lieu avec Inigo :

Inigo : je n'excuse pas le meurtre mais il mérite presque d'être assassiné pour ça lol
DPR : eh bien, c'est le Far West inigo
DPR : ils avaient l'habitude de pendre les voleurs de bétail
Inigo : il y a certaines règles dans le monde souterrain. et les problèmes ne peuvent parfois être traités que d'une seule manière
Inigo : c'est vrai
Inigo : parfois c'est la seule solution
DPR : j'espère que l'on n'en arrivera pas là
DPR : je souhaite le meilleur pour les gens en général.
DPR : et je les aime
DPR : même flush

DPR envisage donc clairement la possibilité de faire tuer Green. De plus, il s'inquiète des informations que Curtis Green pourrait avoir en sa possession et qu'il pourrait dévoiler aux autorités qui l'ont arrêté. À la fin de cette longue journée, il dira à Inigo :

DPR : tu veux connaître l'une de mes peurs les plus profondes dans tout ça
Inigo : qu'est-ce que c'est
DPR : d'avoir un succès fou
DPR : et de devenir extrêmement puissant
DPR : et d'être corrompu par ce pouvoir

Le lendemain, le 27 janvier, Dread Pirate Roberts écrit à nob :

DPR : ok, alors, pouvez-vous changer l'ordre pour l'exécuter plutôt que le torturer ?
DPR : il faisait partie du cercle privé pendant un moment, et maintenant qu'il a été arrêté, j'ai peur qu'il donne des infos.
[...]
DPR : jamais tué ou fait tuer un homme avant, mais c'est la bonne décision dans ce cas

Le 29 janvier, nob revient vers lui pour lui proposer un prix de 80 000 $ pour l'assassinat de Green, la moitié étant versée avant et l'autre moitié après. DPR accepte.

Le 4 février DPR envoie 40 000 $ à nob par le biais de Technocash, un système de paiement anonyme. Pendant ce temps, Carl Force est dans un hôtel Marriott de Salt Lake City, accompagné de Shaun Bridges et d'un autre agent. Avec l'assentiment plus ou moins consenti de Green (ce dernier sait qu'il encourt une certaine peine pour son trafic), ils simulent sa torture, puis sa mort, prenant des photos pour les envoyer à DPR. Green s'accorde avec eux pour faire profil bas jusqu'à nouvel ordre.

La torture fictive s'étale sur plus d'une semaine, et nob communique la progression de celle-ci à DPR. Le 21 février, il annonce que Curtis est « mort d'asphyxie / de rupture cardiaque » suite à la torture et lui envoie la photo de son corps. Le 1er mars, DPR envoie les 40 000 $ restants à nob.

Photographie de la mort simulée de Curtis Green

Dans le document comptable de Silk Road, DPR ajoutera une dépense de 162 000 $ datée du 21 février, avec pour commentaire « op greenville ».

L'extorsion et les autres assassinats commandités

L'assassinat commandité par Dread Pirate Roberts contre Curtis Green (qui été simulé par les agents fédéraux et n'a donc pas eu lieu) ne sera malheureusement pas sa dernière tentative.

Le 13 mars 2013, un canadien utilisant le pseudonyme FriendlyChemist le contacte par message privé sur Silk Road, pour lui dire qu'il a en sa possession les informations privées des clients de Lucydrop, l'un des vendeurs les plus actifs de Silk Road, et qu'il menace de les dévoiler publiquement à moins de recevoir de l'aide. Il se fait passer pour le fournisseur de Lucydrop et est apparemment un intermédiaire entre ce dernier et l'organisation Hells Angels, un gang de motards spécialisé dans le trafic de drogue, très implanté en Colombie-Britannique (là où FriendlyChemist dit se trouver).

Par ailleurs, le 16 mars, un utilisateur nommé RealLucyDrop poste un message sur le forum disant que Lucydrop n'est pas le « vrai » Lucydrop mais son ancien partenaire, et qu'il a personnellement passé plusieurs mois en prison.

Enfin, le 25 mars, un certain redandwhite se présentant comme un membre des Hells Angels à qui FriendlyChemist doit 700 000 $, rentre aussi en contact avec DPR.

En réalité, ces quatre personnages sont un seul et même individu tentant d'extorquer de l'argent à DPR, individu qui avait déjà réalisé une escroquerie en avril 2012 sur Silk Road sous le pseudonyme de tony76 : James Ellingson. Le 29 mars, alors FriendlyChemist officialise son chantage en demandant 500 000 $, DPR discute avec redandwhite pour le faire assassiner. redandwhite prétend disposer du nom de ce dernier (« Blake Krokoff ») et savoir où il habite. Le 31 mars, après négociation, DPR paie l'équivalent de 150 000 $ en bitcoins (1670 BTC) pour l'exécution de FriendlyChemist. Le 1er avril, redandwhite écrit à DPR que « [son] problème a été pris en charge ». Il lui envoie une fausse photographie le 5 avril.

Mais ce n'est pas tout : redandwhite prétend aussi avoir obtenu des informations en interrogeant FriendlyChemist. D'après son témoignage, FriendlyChemist travaillait avec tony76 et connaissait sa réelle identité : un certain « Andrew Lawsry » de Surrey. DPR lui demande alors ce qu'il pense de « s'en prendre à Andrew » pour récupérer les millions de dollars en bitcoins qu'il a volés, ce que l'individu derrière redandwhite voit comme du pain béni.

Après une supposée mission de reconnaissance par ses employés, redandwhite l'informe que tony76 « travaille / vit avec 3 autres personnes » et qu'ils « prévoient de quitter la province bientôt ». Initialement, DPR veut interroger et exécuter uniquement tony76 mais après négociations, redandwhite le convainc qu'il est dans son intérêt de s'en prendre aux quatre personnes pour récupérer les informations, les bitcoins et les produits présents sur place.

Le 8 avril 2013, DPR paie l'équivalent de 500 000 $ en bitcoins (3000 BTC) à redandwhite pour l'interrogation et l'assassinat de tony76 et de ses trois associés. Plus tard, le 12 avril, il envoie 2555 bitcoins supplémentaires pour compenser les fluctuations du cours. Dans l'affaire, ce sont 7225 bitcoins qui sont extorqués à DPR.

Le 1er juin, redandwhite recontacte DPR pour l'inviter à discuter sur Pidgin : il souhaite prétendument commencer à vendre sur Silk Road. Il parvient alors à persuader DPR de lui prêter 500 000 $. Ces fonds disparaîtront dans la foulée tout comme redandwhite.

L'individu derrière ces escroqueries, James Ellingson, sera arrêté le 29 octobre 2018 à Vancouver.

Une évolution vers plus de cruauté ou un autre DPR ?

Silk Road avait donc sa part sombre, nourrie de vices, d'envies, de corruption et de recherche de domination. Bien qu'aucune meurtre n'a au final été commis, il semble que Dread Pirate Roberts croyait bien à ce qu'il faisait, du moins d'après les preuves fournies, ce qui contredit quelque peu le caractère affiché dans ses messages publics et la philosophie même de Silk Road. En effet, si DPR considérait qu'une certaine forme de violence (défensive) pouvait être tout à fait légitime, les assassinats de tony76 et de ses 3 associés, ne rentraient clairement pas dans ce cadre.

DPR a-t-il été corrompu par le pouvoir à ce point, ou cette histoire a-t-elle été complètement inventée ? Au vu des messages, il est étonnant de voir DPR agir comme il le fait. Mais une chose est au moins sûre : les transactions en bitcoins ont bel et bien eu lieu, et proviennent effectivement du portefeuille de Silk Road, ce qui tend à montrer qu'il y a du vrai dans cette histoire.

Le DPR qui a commandité ces meurtres ne pourrait-il pas avoir été un autre DPR qui aurait repris le rôle de Ross Ulbricht à temps partiel ? C'est la thèse soutenue notamment par la mère de Ross, Lyn Ulbricht, par Amir Taaki, ainsi que par le collectif FreeRoss. Curtis Green lui-même ne croit que DPR ait pu faire ça, et souscrit lui-même à la théorie de l'existence de plusieurs DPR, ayant affirmé qu'il « a été DPR une fois » en tant qu'administrateur.

En outre, cette théorie pourrait aussi être confirmée par l'entrevue accordée par Dread Pirate Roberts à Andy Greenberg le 14 août 2013.

Dans cette entrevue, Dread Pirate Roberts ne parle en effet pas de grande idées ou de l'impact que Silk Road pourrait avoir sur la société, comme il l'avait fait pour Gawker en 2011, mais de sujets purement logistiques et terre-à-terre. Le profil de DPR dans l'article semble tout à fait correspondre à celui de Variety Jones, DPR déclarant avoir « repris le flambeau » de son prédécesseur, ayant été originellement entré en contact avec lui par la découverte une « vulnérabilité dans la façon dont il avait configuré le portefeuille Bitcoin principal », détail qui est corroboré par le journal de Ross Ulbricht de 2011.

Enfin, il faut garder à l'esprit que les sources utilisées ne sont pas neutres. Il s'agit des preuves fournies par les services fédéraux étasuniens, dont certains employés n'hésitent pas, comme on l'a vu, à transgresser les règles. En particulier, on peut imaginer que certains agents, détestant les gens qui tiennent tête à l'autorité des États-Unis comme Ross, aient voulu grossir le trait en sélectionnant, supprimant, ajoutant des éléments aux preuves et aux dépositions fournies, dans le but de faire de Ross un monstre aux yeux des gens. C'est ce que Ross Ulbricht a affirmé très récemment, plus de 7 ans après son arrestation, dans un entretien téléphonique avec Bitcoin Magazine :

« Pour enfermer quelqu'un dans une cage jusqu'à sa mort, le public (vous) doit être convaincu que cette personne est mauvaise. Qu'elle est en quelque sorte moins qu'humaine. […] La caricature qu'ils ont créée était un violent baron de la drogue. Ce n'est pas ce que je suis. C'est un mensonge. C'est un mensonge qui a été soigneusement élaboré pour justifier de me garder dans cette cage jusqu'à ma mort. C'est un mensonge conçu pour vous retourner contre moi. Pour éteindre votre coeur.

Ils ont menti, c'est dans le dossier. Ils ont triché, c'est dans le dossier. Ils ont volé. Deux d'entre eux sont allés en prison pour cette affaire. Ils ont caché des preuves, c'est dans le dossier. Ils ont détruit des preuves, c'est dans le dossier. Ils ont placé des preuves, c'est dans le dossier. »

Ross Ulbricht, Bitcoin 2021, 4 juin 2021

Il est aussi possible que Ross ait fait toutes les choses dont on l'accuse, et les éléments allant à l'encontre cette version de l'histoire sont en réalité plutôt faibles, reposant sur des témoignages et sur l'opinion de ses proches. Néanmoins, le sujet est suffisamment contesté pour que l'on s'y attarde.

Les informations présentes dans cet article proviennent de multiples sources, dont l'ouvrage American Kingpin écrit par Nick Bilton et les archives recueillies par Moustache. Il existe également une très bonne narration vidéo des assassinats présumés de FriendlyChemist et tony76 réalisée par Barely Sociable.

Le Journal du Coin est fier de pouvoir vous conter les petites et grandes histoires de Bitcoin et des cryptomonnaies.Pour soutenir le journal dans ce type d'initiative et garantir son indépendance, n'hésitez pas à passer par les liens affiliés du média, que vous souhaitiez acheter vos premiers bitcoins, les trader sur une plateforme ultra-robuste, voire pourquoi pas les miner vous-même !

Auteur

Je suis fasciné par les cryptomonnaies et par l'impact qu'elles pourraient avoir sur nos vies. De formation scientifique, je m'attache à décrire leur fonctionnement technique de la façon la plus fidèle possible.

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER