Russie-crypto

VKontakte met fin au minage du VKCoin

Trading du CoinTrading du Coin

C’est par un simple post sur le réseau social russe que Andreï Rogosov, Directeur général de VKontakte, a annoncé le 10 avril que le minage de la cryptomonnaie interne du Facebook qui venait du froid était arrêtée.

Marche arrière toute !

C’est donc en mode météoritique que VKontakte sera sorti du néant en annonçant son intérêt fin mars pour une cryptomonnaie interne (semblant s’inscrire dans la même dynamique que Facebook), avant de la lancer officiellement quelques jours plus tard pour finalement… mettre fin à l’opération après 1 semaine et demie de hype.

Pour mémoire, c’est via une application iOS ou Android que les membres du réseau étaient invités à miner des VKCoins en exécutant des tâches simples au sein de l’écosystème VK.

2,8 milliards de pièces minées

Selon les déclarations de Rogosov, près de 2.8 milliards de pièces auraient été minées par un total de 10 millions d’utilisateurs, avec des pics de plus d’un million de personnes simultanément aux heures de pointe, surpassant en termes de fréquentation certains jeux à la mode sur le réseau.

Il semble que ce total de 2.8 milliards d’unités représente in fine le total supply des VKCoins. Si le bazar vaut un jour plus que sa valeur en 0 et en 1, l’intérêt d’être un early adopter aura rarement été aussi net !

Pour les amateurs de chiffres insensés, ces utilisateurs auraient passé 13 387 années en temps cumulé à miner des VKCoins… dont l’usage et la finalité réelle demeurent cependant largement inconnus.

Il serait pour l’heure surtout question d’accéder à des réductions auprès de services partenaires, même si des conversions à venir contre de la monnaie fiat ont pu être évoquées, essentiellement sur le mode de la rumeur.

Quoi qu’il en soit, s’il est certain que l’ouverture de l’application le 11 avril au matin a pu constituer une déception pour les “mineurs”, orphelin de leur nouveau jouet, il semble acquis que l’ensemble de l’opération était dès le départ envisagée par VK comme une forme de Blitzkrieg, soit quelque chose de surprenant, rapide et brutal.

On rappellera qu’aucune information technique n’a filtrée sur la technologie déployée derrière le VKCoin, rien n’autorisant même à affirmer de façon certaine que l’on soit en présence… d’une blockchain !

Et après ?

Au rang des quasi-certitudes, on peut raisonnablement supposer que cette opération, plus marketing qu’autre chose, représente pour le réseau, à la fois un ballon d’essai (permettant de quantifier le degré d’attente des consommateurs pour le concept), tout autant qu’une introduction à une future montée en charge dans le secteur crypto.

En effet, l’équipe de développement Happy Santa derrière VKCoin parle d’ores et déjà “de prochaine étape dans la folie générale”, se félicitant “des 10 jours de folie ayant entouré l’expérience”.

Dans ce post de ladite équipe daté du 13 avril, il est d’ailleurs question de “nouveaux jeux”, et de “hackathons de bots permettant de gagner de nouvelles pièces”.

Enfin, on remarquera que, sans pression superflue, ces deux semaines de hype derrière l’apparition, le déploiement et le fonctionnement de la crypto VK ont probablement représenté une colossale mine d’information pour les ingénieurs de VKontakte en termes de gestion de charge et de congestion du réseau.

Si pour l’heure le VKCoin ne représente peut-être pas grand-chose, ces 10 jours d’enseignements valent en revanche de l’or dans la perspective d’un futur passage à l’échelle.

Hellmouth Banner
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies. "Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

Poster un Commentaire

avatar