Vitalik Buterin Ethereum

Vitalik Buterin regrette le terme “smart contract”

Trading du CoinTrading du Coin

Alors que le réseau Ethereum (ETH) va bientôt lancer son hard fork Constantinople, on en apprend un peu plus sur la relation de son fondateur, le crypto-célèbre Vitalik Buterin, avec sa blockchain. Ce dernier posséderait à peine 1% de tous les ethers en circulation, et regretterait d’avoir inventé le terme “smart contracts” pour les contrats intelligents de son réseau fétiche.

Vitalik Buterin détiendrait moins de 1% de tous les ETH actuels

Notamment en réponse aux critiques de l’économiste anti-cryptos Nouriel Roubini, Vitalik Buterin a révélé ses possessions en ethers, d’après Cryptovest :

« Je n’ai jamais personnellement détenu plus de 0,9% de l’ensemble des ETH (…) mes possessions nettes n’ont jamais approché le 1 milliard de dollars. De plus, je suis à peu près sûr qu’il n’y a pas de lois pénales contre le pré-minage ».

Vitalik Buterin ne détiendrait pas plus de 365 003 ethers sur son plus important wallet ETH, en précisant qu’il avait d’autres wallets « mais ils sont relativement petits en comparaison », d’après Bloomberg.

Il précise également au passage que « l’Ethereum Foundation n’a jamais possédé plus qu’environ 3 millions d’ETH, et n’a maintenant qu’environ 660 000 ETH ; le reste a été consacré au développement ». Comme on peut le voir dans son tweet ci-dessous :

Regrets quant à l’appellation “smart contracts”

Dans un tweet du 13 octobre, Vitalik Buterin explique :

« Pour être clair, je regrette à ce stade l’adoption du terme “smart contracts” (contrats intelligents). J’aurais dû les appeler de façon plus ennuyeuse et technique, peut-être quelque chose comme des “persistent scripts” (scripts persistants) ».

En fait, ce terme de “smart contracts” n’est pas apparu avec Ethereum, c’est un des pionniers de la monnaie numérique cypherpunk, Nick Szabo, qui aurait pour la première fois utilisé ce terme, en 1994, d’après Bitcoinist.

Outre “persistent scripts”, le terme “stored procedures” (procédures stockées) a également été mentionné.

Le co-fondateur d’Ethereum semble s’être posé cette question surtout d’un point de vue légal, car il est difficile de définir, si en termes juridiques, les smart contracts sont réellement des contrats.

De par son exposition médiatique, en tant que co-fondateur de la deuxième crypto la plus valorisée actuellement, Vitalik Buterin a souvent à répondre à des affirmations plus ou moins erronées à son sujet, ou à celui de son réseau. Heureusement pour nous, il a du répondant, les échanges de tweets se transforment donc en véritable joute verbale pour les observateurs !

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar