Telegram se presse pour lancer le GRAM avant le 31 octobre

Trading du CoinTrading du Coin

Après avoir fait grand bruit début 2018, en obtenant 1,7 milliard de dollars en deux levées de fonds auprès de (très) riches investisseurs, le projet GRAM s’est fait pour le moins discret. Mais la date butoir du 31 octobre se rapproche à grand pas, et les équipes de développement de Telegram annonce la sortie prochaine de sa blockchain. Une manœuvre pour rassurer les investisseurs, au risque de se précipiter ?

Le temps presse

Manifestement, Telegram n’est pas particulièrement enjaillé à l’idée de rembourser les quelques 1,7 milliard de dollars versés par ses investisseurs initiaux. Selon trois de ces camarades de fortune, cités par le New York Times, le token GRAM et sa blockchain TON devraient être lancés sous 2 mois.

En effet, l’équipe de développement du projet crypto de Telegram est tenue contractuellement auprès de ses investisseurs de délivrer les GRAM tant attendus avant la deadline du 31 octobre 2019. Dans le cas contraire, leur investissement devrait leur être remboursé intégralement.

Et malheureusement, quand l’on constate l’accueil pour le moins froid qui a été fait au Libra par les autorités et régulateurs mondiaux, la première question qui se pose est : comment Telegram compte-t-il à la fois sortir sa blockchain et ses tokens tout en étant conforme à l’ensemble des législations mondiales, en l’espace de 60 jours ?

Les régulateurs sur les dents

Car si Facebook a dévoilé ses cartes en révélant le white paper et suffisamment de détails pour que les divers états-nations se penchent sur le sujet, Telegram a tenté de conserver le secret le plus absolu. Deux exceptions à cette règle cependant : un rapport russe non-officiel, et une prise de parole toute récente en réaction à un article du New York Times évoquant l’affaire. Selon cette récente prise de position, le GRAM est censé opérer selon une structure décentralisée similaire au Bitcoin (BTC)”, ce qui voudrait dire que “Telegram n’aurait pas de contrôle sur les flux de tokens”. Une situation qui serait pour le moins surprenante.

« Quiconque tente de mettre en place ce type de système de tokens doit faire preuve de prudence à tous les niveaux avec les organismes de réglementation (…) Je soupçonne que les régulateurs examineront cette offre de très près », Richard Levin, avocat spécialiste du domaine des cryptoactifs

Contrairement au Libra qui est sensé être un stablecoin basé sur un panier de devises fiduciaires, le GRAM ne sera adossé à aucun actif/monnaie et son cours sera totalement soumis à la spéculation et la loi du marché.  Telegram aurait précisé à ses investisseurs qu’une « version d’essai » du réseau Ton et des GRAM devrait être révélée d’ici deux semaines, avant de lancer la structure définitive.

David Gerard, connu pour ses positions pour le moins sceptiques vis-à-vis de la cryptosphère, a assez bien résumé l’affaire :

« Je ne vois pas absolument pas comment il est possible que Telegram puisse mettre en place quelque chose de conforme avec les régulateurs d’ici la fin du mois d’octobre ».

Le temps, c’est de l’argent, et il commence à manquer. Rendez-vous est néanmoins pris dans deux semaines pour suivre l’évolution du projet.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne / 5. Nombre de votes :

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar