NEO : un écosystème complet grâce à Ontology (3/3)

Trading du CoinTrading du Coin

NEO vise à mettre en place une économie intelligente en permettant aux entreprises de faire leur transition sur la blockchain. En attendant un monde totalement décentralisé, certaines caractéristiques des blockchains publiques, comme le fait d’avoir toutes les données sur la blockchain et non sur des serveurs privés, permettre d’être anonyme, ne correspondent pas aux besoins des entreprises aujourd’hui qui ont besoin de comprendre leurs utilisateurs, vérifier leur identité, manager leurs actifs et contrôler les autorisations de chaque utilisateur. Pour répondre à ces besoins spécifiques à chaque organisation, nous allons vous présenter aujourd’hui le petit frère de NEO : Ontology.

Ontology propose une plateforme publique pour les solutions B2B mises en place par Onchain

Suite du second article : La Blockchain de NEO et le dBFT (2/3)

Ontology & les technologies des registres distribués

Dans la suite de cet article nous allons parler de technologie des registres distribués (Distributed Ledger Technology – DLT). Beaucoup considèrent les mots “Blockchain” et “DLT” comme des équivalents. Il y a cependant quelques distinctions à faire qui vous aideront à comprendre la suite.

Les technologies de registres distribuées (DLT)

Les registres distribués sont un type de base de données répartie sur plusieurs sites, pays ou institutions. La décentralisation de ces registres élimine le besoin d’une autorité centrale et de passer par des intermédiaires pour traiter, valider et authentifier les transactions. Dans ce système, chaque nœud du réseau n’a pas forcément l’entièreté de la base de données et les données ne sont pas forcément synchronisées.

Les blockchains

La blockchain est un type de registre distribué. En général lorsque nous parlons de la blockchain nous faisons référence au protocole utilisé pour Bitcoin, où les données numériques sont répliquées, partagées et synchronisées en continue. Chaque nœud du réseau possède l’intégralité des données ce qui permet à chaque participant d’accéder facilement à tout l’historique des transactions pour vérification ou audit. Sur la blockchain, il est aussi possible de fixer des règles liées aux transactions en elles-mêmes, et non à la base de données dans sa totalité.

La définition de « blockchain » continue de faire débat dans la communauté mais en voici les caractéristiques principales.

Ontology pense DLT avant blockchain
Ontology part du principe que les DLT peuvent être un premier pas pour passer les entreprises sur la blockchain

Qu’est-ce que Ontology (ONT) ?

Ontology est développé par Onchain, dont les fondateurs sont les mêmes que NEO à savoir Da HongFei et Erik Zhang. Le CEO est Jun Li. Ontology n’est pas un projet NEO. Ce sont deux projets complémentaires mais indépendants.

Ontology
Ontology

Le problème identifié par Onchain

Pour savoir quelle solution propose Ontology, il nous faut d’abord savoir quels sont les obstacles à la “transition blockchain” – ou un autre type de DLT – pour les entreprises. Selon l’équipe d’Ontology le problème est le suivant :

“It’s too big a leap of faith for business, financial institutions, and governments to use NEO (or Bitcoin, Ethereum) to store sensitive identity information, let alone to be compliant with laws and regulations designed for the pre-blockchain world.”

“C’est un pari trop risqué pour les entreprises, institutions financières et gouvernements d’utiliser NEO (ou Bitcoin, ou Ethereum) pour stocker des informations sensibles comme les identités. Sans parler de respecter les lois et régulations conçues pour un monde pré-blockchain.”

La solution : Ontology

Afin d’encourager les entreprises à passer aux DLTs, Ontology fournit un écosystème qui supporte l’identité digitale, un contrôle de la confiance, et qui permette de créer un réseau composé de blockchains privées et publiques.

Depuis 2016, Onchain propose des solutions de blockchain privée pour les entreprises. Ontology se base sur l’expérience d’Onchain en proposant de prendre ces infrastructures pour les mettre sur une plateforme publique.

Ontology veut donner les moyens à chaque entreprise de personnaliser sa propre blockchainla gouvernance, les protocoles, etc. – et maintenir un contrôle sur ses utilisateurs. La finalité est de relier ces blockchains à l’économie intelligente imaginée par NEO afin de permettre aux entreprises de bénéficier à la fois des avantages de la blockchain publique et la privée.

Un exemple pour bien comprendre : José est malade ! 🙁

Pour illustrer l’importance de ces fonctionnalités pour les entreprises, prenons l’exemple de José qui a perdu de l’argent en revendant son bitcoin à perte pendant la panique et tombe malade :

  • L’identité digitale est nécessaire pour que l’hôpital accède aux données de santé de José et contacte son assurance. Elle est aussi nécessaire pour confirmer que Robert, qui vient de demander à José de se mettre en slip avec un grand sourire, est bien Docteur Robert.
  • L’historique de santé de José ne peut pas être en libre accès et doit être contrôlé. José a une tendance à aller à l’hôpital au retour de ses nombreux voyages en Thaïlande… mais cela ne nous regarde pas.
  • La connectivité entre plusieurs blockchains est primordiale. José développe une maladie rare qui nécessite d’aller dans un autre établissement. L’hôpital de José se connecte à l’autre hôpital pour transférer les données, puis se connecte à un centre de recherche spécialisé dans les maladies exotiques pour envoyer un rapport et enfin se connecte à l’assurance de José pour envoyer la facture.

Pourquoi ne pas avoir développé ces fonctionnalités directement sur NEO ?

La principale raison est de gagner en flexibilité : Ontology peut supporter plus d’applications en se connectant à un grand nombre de blockchains. Bien sûr Ontology peut se connecter à NEO, mais aussi à EOS, Ethereum ou Qtum.

Être indépendant lui permet aussi de ne pas se restreindre aux limites techniques de NEO lors de la création d’outils spécifiques à chaque entreprise.

Comment fonctionne Ontology ?

Il faut imaginer Ontology comme un réseau multicouche :

  • Un niveau – un layer – qui permet de connecter la blockchain privée développée sur Ontology aux autres plateformes comme NEO.
  • Un autre niveau est composé par les interfaces de programmation – API – et protocoles déjà prêts. Comme dans un jeu de Lego, il y a plusieurs blocs de construction que les entreprises peuvent utiliser pour modeler leur blockchain à leurs besoins.
  • Enfin, au dernier niveau se trouve les entreprises et différentes organisations qui veulent utiliser la technologie blockchain de façon contrôlée.
Ontology est un système distribué mulitcouche
Ontology est un système distribué multicouche

Revenons sur ces blocs de construction qui font tout le génie de l’écosystème Ontology et qui permettent de créer théoriquement tous les systèmes imaginables.

Le whitepaper d’Ontology divise ces blocs en deux catégories : Ontology Common et Ontology Custom.

  • Ontology Common fait référence aux outils communs à toutes les applications. Par exemple, Ontology propose un kit pour l’identité digitale prêt à l’emploi. Ces kits sont appelés modules.
  • Ontology Custom fait références aux outils qui permettent des personnalisations. Par exemple, la gouvernance, le protocole de consensus, les spécificités liées au cryptage des données etc.

Pour le consensus, Ontology utilise le dBFT, similaire à NEO. Leur version spécifique est appelée Ontorand Consensus Engine (OCE). Cependant, en plus de dBFT et OCE, Ontology peut supporter d’autres algorithmes telles que PoW ou PoS. Chaque organisation peut librement choisir son type de consensus.

La distribution des ONT se fera par aidrop !

Le jeton sur la blockchain Ontology est le ONT. La quantité totale est limitée à 1 milliard de jetons. Pour éviter de s’attirer des problèmes liées aux différentes régulations, Ontology ne fera pas d’ICO mais distribuera les ONT par airdrop – distribution gratuite – pour les possesseurs de NEO. Celle-ci se fera le 1er mars et Jun Li a annoncé que le taux pour l’airdrop est 1 NEO = 0.2 ONT.

On rappel que pour être certain de recevoir vos tokens, vous devez posséder vos clés privés. Si vous avez stocker vos NEO sur votre Ledger wallet, cela ne posera pas de problème. Concernant les exchanges, cela reste à confirmer, mais à priori Binance devrait distribuer les tokens. Rien n’a été précisé pour les autres exchanges.

 

Conclusion : Ontology, une solution sur-mesure pour un écosystème complet

Pour résumer, Ontology est une plateforme centrée sur une blockchain publique mais qui permet de créer et raccorder des chaines privées personnalisables en fonction des besoins. C’est une partie intégrante de l’économie intelligente et reste dans la même vision pragmatique que NEO. La blockchain ne va pas tout remplacer du jour au lendemain, elle va d’abord intégrer les acteurs actuels. C’est l’image que nous devons garder du projet, Ontology est là pour faciliter l’intégration de l’économie réelle dans la blockchain.

Contrôle de la confiance, identités vérifiables, flexibilité pour que chaque entreprise puis adapter la blockchain à ses besoins, sont les principaux points mis en avant par Ontology pour séduire les entreprises. On est loin de la décentralisation et anonymisation absolue voulue par les fans purs et durs de la blockchain mais ce sont des compromis fait par Ontology pour faire le premier pas vers une adoption massive.

Le projet est extrêmement ambitieux, notamment d’un point de vue technique et je suis certain que les obstacles et les difficultés seront nombreux sur le chemin. Cependant, le support des équipes expérimentées de NEO et le fait que ce soit un projet Onchain me donne espoir. Si Ontology arrive à convertir les entreprises et les institutions, et NEO arrive à implanter son économie intelligente, alors nous aurons fait un grand pas dans la révolution blockchain. Alors, nous aurons réussi à changer le monde.

"Ontology Trust Network"
“Ontology Trust Network”

Je remercie Noam Levenson pour ses recherches sur lesquelles je me suis basé pour cet article.

PARTAGER
Avatar
Libertarien de naissance et atteint du virus Bitcoin depuis 2016, mon exposition continue aux cryptomonnaies ne fait qu'empirer la situation. Tel un témoin de Jéhovah superactif, j'ai deux buts dans la vie : Répandre la bonne parole de Satoshi Nakamoto et Da Hongfei à travers l'éducation des fondamentaux, et embêter les banquiers.

8 Commentaires

  1. Je suis sidéré par la dernière phrase “Alors, nous aurons réussi à changer le monde” quand on lit les 3 paragraphes juste avant.
    Vraiment, je me demande de quel changement du monde peut bien parler l’auteur quand il dit juste avant que cette blockchain permettra je cite “Contrôle de la confiance, identités vérifiables”.

    Le concept phare de la Blockchain repose sur la décentralisation (et l’anonymat dans une moindre mesure) et l’auteur veut nous faire croire que le complet inverse serait le changement du monde ?
    Je me doutais pas que des gens aussi impliqués dans l’écosystème crypto pouvait saboter à ce point les principes fondamentaux de cet écosystème… Les banquiers ont encore de beaux jours devant eux.

    • Bonjour,

      J’admire votre idéalisme et vous remercie pour votre commentaire. Me considérant comme libertarien moi-même, j’aimerais que demain il n’y ait plus de contrôle du gouvernement sur nos vies privées et que les banques aient beaucoup moins de pouvoir, mais ça n’arrivera pas. Ca fait 10 ans que Bitcoin a été crée, quel est le pourcentage d’entreprises/d’institutions qui acceptent les paiements en BTC ? 0,1% ? Et encore on est dans la fourchette haute.

      Comme les dirigeants de NEO et ONT, j’ai compris qu’il faut faire preuve de pragmatisme. A un moment pour changer les choses il faut commencer par mettre un pied dans la porte. Personne n’y gagne à rester bloquer sur ses positions : on a besoin de compromis.

      NEO et ONT ne sont pas parfaits sur un plan “idéologique”, mais je suis persuadé qu’ils feront plus pour l’adoption massive de la technologie blockchain que 99% des projets actuels. De plus, comme l’exemple cité dans l’article de Roger à l’hôpital, certains secteurs ont besoin absolument d’un contrôle des identités. Le pauvre Roger serait bien embêté que sa tendance à développer des hémorroïdes soit connue de tous…

      Je l’accorde, j’aurais pu mettre “alors nous aurons commencé à changer un peu le monde”, mais ça sonnait moins bien en phrase de clôture.

      • Le fait que le BTC soit encore peu accepté est totalement normal vu sa fluctuation actuelle, ça n’a aucun rapport avec l’adoption ou l’idéal de la blockchain.

        Il n’est pas question ici de pragmatisme (je suis moi-même qualifié comme tel par mes proches) mais de savoir ce que l’on cherche avec la blockchain.
        Veut-on seulement un outil de plus servant uniquement les intérêts des “puissants” (on va appeler comme ça les multinationales/Etats/banques) de ce monde ? Ou veut-on quelque chose de vraiment révolutionnaire qui permette une plus grande transparence et une meilleure implication des citoyens ?

        Car il n’y a pas de doute qu’un des fléaux du monde moderne est la corruption et magouilles de toutes sortes qui sévissent absolument partout et surtout dans les plus hautes sphères. La blockchain telle que pensée initialement permet de rétablir un minimum d’équilibre entre les puissants et les simples citoyens que nous sommes. Dès lors qu’on se soucie un minimum de citoyenneté il me semble tellement absurde de promouvoir les blockchains privés qui servent uniquement les intérêts de ceux qui les dirigent.

        Une blockchain privée n’a strictement rien de révolutionnaire. Une révolution, une vraie, c’est quelque chose qui s’applique pour tout le monde, bénéficie à tout le monde, et non pas uniquement à un quelconque secteur économique/industriel/etc. comme c’est le cas avec une blockchain privée.

        Par ailleurs tout le monde fait la même erreur concernant “l’adoption massive” ça en devient terriblement lassant. Si cette adoption massive se fait par rapport à un standard ayant les caractéristiques d’une blockchain privé, l’idée même de la blockchain originelle (transparence, décentralisation…) sera morte et enterrée. Le grand public considérera comme la norme les blockchains privés puisqu’il ne se sera jamais intéressé au sujet et que c’est ce que toutes les institutions lui proposeront. Et voila comment les puissants détournent encore une fois uniquement à leur profit une idée qui aurait pu faire beaucoup pour tous les “moins puissants”.
        Quand ce jour arrivera, allez donc expliquer aux gens que la blockchain a “changé le monde”, vous verrez ce qu’ils vous répondront.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici