Argent Dette

FMI : le dollar n’est pas menacé par les cryptomonnaies d’Etat

Trading du CoinTrading du Coin
4.6
(9)

L’important, c’est de rester serein – Les futures cryptomonnaies d’Étatet les historiques privées – ne sont pas une menace pour le dollar, d’après la cheffe économiste du FMI, Gita Gopinath. Selon elle, lesdites monnaies ne répondent pas aux questions réglementaires et juridictionnelles complexes en jeu.

Just chill and relax

L’annonce est pour le peu passée relativement inaperçu. La cheffe économiste du FMI, Gita Gopinath s’est récemment exprimée sur la probabilité de voir le dollar challengé à terme par une monnaie numérique de banque centrale (ou MNBC) ou un projet de stablecoin privé, dans une tribune publiée par le Financial Times.

En effet, certains analystes envisagent que la création d’une monnaie numérique étatique ou privée puisse servir à venir menacer la position dominante actuelle du dollar. Et ils ne sont pas les seuls, puisque le gouverneur de la Banque d’Angleterre avait lui aussi évoqué son vif intérêt pour une “monnaie synthétique” qui viendrait remplacer hypothétiquement le dollar au rang de monnaie de réserve.

Un scénario peu probable selon Gita Gopinath :

« Bien que ces possibilités soient intrigantes, elles sont improbables à court terme. […] La perception largement répandue de la sécurité et de la stabilité du dollar a permis à ce dernier de conserver sa position dominante dans le système monétaire international pendant des décennies. »

Le roi incontesté

Selon elle, le dollar n’est pas près de tirer sa révérence, notamment du fait de différents effets de réseaux très forts :

« Le statut du dollar est renforcé par les institutions, l’état de droit et la protection des investisseurs. Le simple fait d’augmenter l’offre d’une monnaie alternative ne suffira pas à surmonter ces considérations. »

Concernant les initiatives de cryptomonnaies privées (comme la libra de Facebook), son avis est moins tranché. Si elle accepte que de telles expérimentations puissent amener le secteur financier à muter plus vite, elle ne voit pas de raisons particulières à ce que ces projets deviennent de réelles menaces. Leur lien forcé avec les monnaies fiduciaires classiques ferait donc à la fois leur force et leur faiblesse.

« Les monnaies numériques émises par les géants de la Tech présenteraient sans doute des avantages par rapport aux monnaies fiduciaires. Malgré cela, il est peu probable que l’on obtienne une unité de compte distincte et déconnectée d’une monnaie fiduciaire, notamment en raison des questions complexes de réglementation et de compétence qui se posent.

Cette publication démontre que le FMI prend très au sérieux le cas des cryptomonnaies, qu’elles soient publiques ou privées. Le G20 avait d’ailleurs récemment missionné le FMI pour étudier les implications de potentiels stablecoins déployés à l’échelle mondiale. Les conclusions de cette étude avaient été plus sévères et méfiantes que la présente prise de position de Mme Gopinath.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4.6 / 5. Nombre de votes : 9

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Renaud H.
Étudiant ingénieur en software et en systèmes distribués, crypto-enthousiaste depuis 2013. Touche à tout, entre mining et développement, je cherche toujours à en apprendre plus sur l’univers des cryptomonnaies et à partager le fruit de mes recherches à travers mes articles.

Poster un Commentaire

avatar