iExec V4 : la puissance des GPU et des transactions sans frais

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

La crypto-startup iExec, basée à Lyon, souhaite démocratiser tous les bénéfices du Cloud Computing (l’informatique décentralisée), notamment grâce à la sécurité offerte par les technologies blockchains. La société franco-chinoise progresse régulièrement et respecte sa feuille de route en sortant désormais la version 4 de son projet.

iExec apporte la puissance des GPU décentralisés à son offre

Comme nous vous l’avions annoncé en septembre, iExec sort en temps et en heure la V4 de son environnement dédié à l'informatique décentralisée. Cette nouvelle étape permettra notamment aux entreprises de personnaliser leur infrastructure de cloud computing, de façon à ce qu’elle corresponde parfaitement à leurs objectifs commerciaux.

C'est par une publication parue ce 13 décembre qu'iExec nous explique que cette 4ème version apportera avec elle des solutions pour la scalabilité des applications décentralisées (dApps), mais aussi des transactions sans frais.

La marketplace décentralisée d’iExec, qui permet aux particuliers et aux entreprises de monétiser leurs ressources informatiques, s’enrichit également. En plus de la location de données et de puissance de calcul par CPU (processeurs), la marketplace offre désormais la possibilité de louer la puissance de cartes graphiques (GPU).

Genesis Cloud fait partie des nouveaux fournisseurs de cloud computing par GPU sur le réseau iExec. Il est également intéressant de signaler ici que le fournisseur d'énergie français EDF utilise ce parc de GPU fourni par Genesis Cloud pour leur propre puissance de calcul.

Une utilisation simplifiée et sans frais

Pour une meilleure scalabilité, la V4 d’iExec introduit aussi les « bags-of-tasks » (lots de tâches) : ces derniers permettent aux développeurs d'applications décentralisées de déployer et gérer leurs dApps plus facilement et rapidement au fur à mesure de leur montée en charge.

Pour éviter les possibles difficultés liées aux coûts en gas inhérents aux transactions sur le réseau Ethereum (ETH), la V4 apporte des solutions de traitement informatique off-chain grâce à la sidechain iExec. Grâce à cette chaîne parallèle à celle d’ETH, non seulement les acheteurs et les vendeurs peuvent désormais échanger des ressources informatiques sans frais de gas, mais cela a aussi le double avantage de désencombrer le réseau principal de toutes ces transactions.

La V4 voit aussi se déployer une nouvelle interface utilisateur (UI) pour faciliter la gestion de son compte et wallet. Grâce à cette interface repensée et l’intégration avec Moonpay, les utilisateurs peuvent désormais acheter des ethers (ETH) avec une carte de crédit et les échanger contre des tokens RLC, ces derniers servant à régler les transactions dans l’environnement d’iExec.

On le voit, le projet iExec ne cesse de progresser régulièrement et à grand pas. Cela augmente d'autant plus ses chances de tenir une place importante dans le futur de l'informatique décentralisée… Mais avant d'en arriver là, la route est encore longue !

Rémy R.

Auteur

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

  1. Avatar Nat dit :

    Nicehash et d’autres propose déjà ce système de monétisation des ressources et y a inclus un exchange et un swap et d’autres fonctions + avancées.

    Rien de transcendant donc chez iexec

  2. Avatar Greg dit :

    <>

    Donc rien ne sera inscrit dans la blockchain ce qui rend les transactions échangées juridiquement illégales puisque elles ne seront pas auditables ou reportées dans le grand livre Blockchain.

    Bravo IeXec 🙁

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017- 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER