DeFi : La DAO Juno repousse les baleines à la mer

La décentralisation est une vertu souvent mise en avant par la communauté crypto et certains fondateurs de projets DeFi. En effet, quoi de mieux que de laisser la communauté proposer des améliorations d’un protocole et la laisser voter ? Le problème, c’est que lorsque le pouvoir de vote repose sur la quantité de tokens que possèdent ses utilisateurs, on peut se retrouver dans des situations qui risquent facilement de dégénérer. Dans ce cas, faut-il oublier un instant la décentralisation pour imposer son opinion ? La communauté de Juno Network, elle, a pris sa décision…

Juno Network un projet DeFi prometteur de l’écosystème Cosmos

Screenshot de la page d'accueil du de Juno Network
Page d’accueil de Juno Network

Si vous n’êtes pas familiers avec Juno Network, sachez qu’il s’agit d’une blockchain souveraine basée sur le Cosmos SDK et open-source. La proposition de valeur de cette blockchain est de permettre de déployer des smart contracts dans l’écosystème cosmos et d’être interopérable avec l’ensemble des autres blockchains de l’écosystème Cosmos.

Afin d’illustrer le propos, nous pourrions grossièrement comparer Juno à la parachain Moonbeam qui, elle, a permis le déploiement de smart contracts sur la blockchain Polkadot, mais la comparaison s’arrête là.

Cette blockchain est moins importante et connue que ses cousines de la constellation Cosmos. Cependant, il se pourrait que ce soit une décision prise par sa communauté, qui la rende tristement célèbre.

>>Vous ne comprenez rien aux DAO’s ? Laissez d’autres décider pour vous sur PrimeXBT (lien affilié)<<

La décentralisation, oui, mais sous certaines conditions

Bien que la communauté puisse voter pour ou contre, une proposition, il se peut que la communauté prenne des décisions moralement discutables. Car pour la première fois dans l’écosystème crypto, la communauté a décidé de confisquer les fonds d’un utilisateur.

La raison pour laquelle la communauté souhaite réduire le nombre de JUNO de cet utilisateur est qu’il aurait accumulé une quantité exorbitante de tokens JUNO lors d’un airdrop. Le problème est que le JUNO, comme d’autres tokens, offre un pouvoir de vote à ses utilisateurs. Par conséquent, l’utilisateur en question se retrouve avec un pouvoir de vote tel, qu’il pourrait déstabiliser l’équilibre de la plateforme.

Voici les arguments avancés lors de la proposition :

  • Risque élevé pour la gouvernance de la chaîne (la moitié du quorum est déjà atteinte).
  • Possibilité d’acheter des validateurs avec des délégations afin de les corrompre pour qu’ils n’agissent pas.
  • Une baleine peut à elle seule anéantir toutes les liquidités du DEX en 10 minutes ou moins.
  • La peur dans la communauté au quotidien.

Mise au pied du mur, la « baleine » en question s’est exprimée et s’est présentée comme un groupe d’investisseurs plutôt qu’un individu. De ce fait, ce que les utilisateurs de Juno ont perçu comme une manipulation en vue d’airdrop serait plutôt une mise en commun d’ATOM, afin d’augmenter la quantité de tokens reçus. Cependant le doute persiste.

Une communauté sous tension

En effet, « le groupe d’investisseurs » a voulu faire preuve de bonne foi en indiquant ses intentions dans un billet rédigé sur Medium (le compte a été désactivé par la plateforme) :

« Dans le cas où la Prop 16 est rejetée, nous procéderons à la restitution de tous les actifs aux utilisateurs tout en accordant la plus grande attention à ne pas avoir d’impact sur le marché. »

Ce billet n’a pas calmé l’inquiétude des membres de la communauté Juno, puisqu’elle a considéré que s’il s’agissait bien d’un groupe d’investisseurs, les JUNO auraient déjà dû être redistribués.

Post Reddit dans lequel un utilisateur remet en question la nature du «groupe d’investisseurs».

Nous ne saurons jamais si la whale aurait tenu promesse ou non, car durant un vote qui s’est montré très serré, la communauté a décidé d’accepter la proposition et donc de réduire la quantité de tokens du groupe d’investisseurs. Le nombre de tokens disponibles sur le wallet sera donc réduit de 90% passant de 3,1 millions à 50 000 JUNO.

Le résultat du vote de la proposal 16 s'est révélée être très serrée (40,85% de "oui" contre 33,76% de "non")
Résultat des votes de la proposition16

Au regard des résultats présentés plus haut, nous pouvons constater que la communauté s’est littéralement déchirée sur l’aspect moral et éthique de cette proposition présentée comme un « dangereux précédent ».

>> Au diable la communauté, pensez d’abord à vous sur PrimeXBT ! (lien affilié). <<

Tweet d'un membre de la communauté Juno qui remet en question la mise en application de la proposition 16
Tweet d’un utilisateur qui s’inquiète de l’impact, que peut avoir la proposition 16

« La proposition #16 sur $JUNO est compliquée et il n’y a pas de réponse simple. Je pense que la proposition entre en conflit avec les principes fondamentaux de la blockchain et crée un dangereux précédent. Mais plus important encore, cette proposition n’est pas réalisable, la gouvernance ne peut pas modifier l’état de la chaîne ! »

Ces tensions ne sont pas prêtes de s’atténuer, car la proposition n’a pas été votée à l’unanimité, mais avec une faible marge de différence. De plus certains membres considèrent que le vote fût biaisé. En effet, les règles du airdrop de JUNO ont été publiées pour la première fois en août 2021. Mais des membres de la communauté Juno ont sous-entendu qu’une clause qualifiée de nébuleuse limitant le airdrop par « personne ou entité » aurait été ajoutée postérieurement (sans date précise). Cette clause aurait été avancée pour servir d’argument à cette proposition, mais cette dernière a été perçue comme trompeuse pour certains.

Certaines membres de la communauté Juno Network ont mis en avant, ce qu'ils pensent être une de la mauvaise foi de la part des développeurs de Juno Network
Capture d’écran d’un utilisateur inscrit sur Twitter remettant en cause la clause de Juno Network

Le problème qui se présente à Juno est la manière dont cette proposition va être appliquée, car pour retirer une partie des fonds du wallet incriminé, il va falloir modifier la blockchain. Ce qui ne peut se faire qu’en ayant recours à un Hard Fork.

Or, le recours au Hard Fork n’est jamais simple. En effet, les validateurs qui sont l’équivalent des mineurs de Bitcoin sur Cosmos pourraient choisir de continuer de surveiller les transactions sur la blockchain d’origine. Mais celle-ci pourrait voir son nombre d’utilisateurs diminuer et rendre cette entreprise risquée d’un point de vue financier pour les validateurs.

Que l’on soit pour ou contre cette décision, cet évènement relève du cas d’école et pourrait se représenter à l’avenir. Est-ce que le cas Juno Network servira de jurisprudence ? Rien n’est moins sûr. Mais espérons que cette décision ne soit pas contre-productive pour l’écosystème crypto, car elle remettrait en question la fiabilité perçue de la blockchain qui repose sur l’immuabilité.

Pour une fois que voter sert à quelque chose … Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme PrimeXBT et bénéficiez d’un bonus jusqu’à 7000$ sur votre premier dépôt grâce à notre code 50DEPJDC (lien affilié, voir conditions sur site officiel).

Grégory De Wageneer

Mon parcours est assez classique. J'ai décidé de miner, puis d'acheter des bitcoins dans une optique de spéculation après une expérience entrepreneuriale. Mais plus mes recherches sur Bitcoin s'intensifiaient et plus mon intérêt pour lui grandissait. J'ai fini par comprendre, que la blockchain est à la monnaie et la finance ce qu'Internet est devenu aux moyens de communication : une évidence.

Recevez un condensé d'information chaque jour