Bitcoin, « Banque de l’ombre » ? La sénatrice US qui a fait de la crypto sa pire ennemie

Un non ferme et définitif à Bitcoin et aux cryptomonnaies La sénatrice américaine Elizabeth Warren ne change pas d’un iota son discours sur les cryptomonnaies et ne souhaite ni plus ni moins que leur interdiction. Déjà virulente, elle vient cependant encore de passer un stade dans sa détestation, qualifiant désormais Bitcoin (BTC) et ses cadets de « banque de l’ombre ».

Les cryptomonnaies : des banques hors-la-loi ?

La sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren, n’est pas prête de déposer les armes dans la guerre qu’elle mène contre les cryptomonnaies. Elle a ainsi récemment indiqué au New York Times que les cryptomonnaies représentaient « la nouvelle banque de l’ombre », dans le sens où elles sont une entité financière non bancaire qui fournit pourtant des prestations similaires à celles des banques, mais en-dehors du cadre bancaire habituel :

« La cryptomonnaie est la nouvelle banque fantôme. Elle fournit de nombreux services similaires, mais sans les protections des consommateurs ou la stabilité financière qui soutiennent le système traditionnel. »

L’article du Times s’intéresse surtout de près à la startup de prêt de cryptomonnaies BlockFi, un cas pouvant illustrer cette évolution des services des entreprises cryptos vers des prestations de type bancaire. BlockFi a attiré l’attention des régulateurs du Texas, de l’Alabama et du New Jersey, qui veulent que l’entreprise se conforme aux règlementations en vigueur sur les titres financiers.

>> Venez vous exposer au Bitcoin aux côtés de Binance, l’acteur leader du secteur ! <<

Séisme crypto et fracturation du système financier

Après s’être attaquée à Bitcoin en ressortant parmi les clichés les plus éculés lors de l’audition au Sénat le 9 juin 2021, Warren veut maintenant couper l’herbe sous les pieds des stablecoins. Elle va jusqu’à proposer d’interdire « aux banques des États-Unis de détenir des dépôts en espèces pour garantir les stablecoins, ce qui pourrait effectivement mettre un terme à l’essor du marché ».

Warren avait déjà demandé, dans une lettre du 26 juillet adressée au secrétaire au Trésor, Janet Yellen, « d’agir de toute urgence et d’utiliser son autorité statutaire pour faire face aux risques des cryptomonnaies et assurer la sécurité et la stabilité de notre système financier ».

Warren agit différemment des régulateurs, comme la SEC, qui mettent en avant la protection des investisseurs, tout en évoquant sa neutralité envers les innovations technologiques pour justifier de la nécessité d’un cadre règlementaire spécifique aux cryptomonnaies. Cette dernière va au-delà de cet argument et veut surtout défendre la « stabilité financière » qui serait menacée par les « vulnérabilités systémiques » que pourraient engendrer les cryptomonnaies :

« Cependant, alors que la demande de cryptomonnaies continue de croître et que ces actifs s’intègrent davantage dans notre système financier, le Conseil doit déterminer si ces tendances soulèvent des préoccupations allant au-delà de la protection des investisseurs et des consommateurs et s’étendent à des vulnérabilités systémiques plus larges qui pourraient menacer la stabilité financière. »

Bitcoin a réussi un autre exploit : celui de créer un terrain d’entente entre Elizabeth Warren et Donald Trump. L’ancien président américain est aussi loin d’être « un grand fan des cryptomonnaies ».

Envie de faire partie des « banquiers de l’ombre » et de ressentir le grand frisson ? Ou plus raisonnablement, de vous exposer à cette nouvelle classe d’actif révolutionnaire ? N’attendez plus pour préparer l’avenir en allant vous inscrire sur la plateforme Binance, LA référence absolue du secteur (lien affilié).

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour