Avec ses 4% d’intérêts, Coinbase inquiète plus les banques US que Bitcoin

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance
pub

Quand l’USDC tourne les banques en ridiculeL'univers crypto continue d'innover, en proposant des alternatives aux offres des banques traditionnelles. L’offre de prêt en USDC rémunérée à 4 % de Coinbase se positionne comme un concurrent sérieux aux comptes épargnes classiques.

L'épargne USDC, 4 fois plus attrayante que les épargnes en dollar

Coinbase propose un plan épargne en stablecoin plus attrayant que son équivalent classique proposé par les banques aux Etats-Unis. L’exchange a indiqué, dans son communiqué du 29 juin, que ses utilisateurs pouvaient obtenir un rendement annuel de 4 % sur leurs prêts en USDC.

Coinbase a pointé du doigt les taux d'intérêt de la finance traditionnelle qui « ont diminués régulièrement au cours des dernières décennies, ce qui rend difficile l'obtention de revenus passifs significatifs sur vos actifs ». Son offre est ainsi beaucoup plus attrayante que celle des comptes épargnes en dollars qui proposent un intérêt rémunérateur annuel d'1% ou moins. En parallèle, on rappellera que d’autres plateformes de prêts en cryptos proposent un rendement de 8 % sur les prêts en stablecoins adossés au dollars mais ne disposent pas de la force de frappe et du taux potentiel de pénétration sur le marché d'un géant comme Coinbase.

Coinbase relance ainsi l’intérêt de ses utilisateurs détenant des USDC pour son offre de prêt. L’exchange proposait initialement un rendement de 1,25 % sur l’USDC d'octobre 2019 à juin 2020. A l’époque, l’USDC était la 23ème cryptomonnaie en termes de capitalisation boursière, alors qu’elle occupe actuellement la 8ème place. L’exchange avait ensuite surpris (désagréablement) les détenteurs d’USDC en faisant tomber subitement le rendement des prêts à 0,15 %.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-Cryptos-trading-destin.png.

Des récompenses élevées sans couverture

Coinbase souligne toutefois que ces prêts ne sont pas couverts par la Federal Deposit Insurance Corporation ou la Securities Investor Protection Corporation, contrairement aux comptes épargnes traditionnels aux Etats-Unis. L’exchange rappele ainsi les risques liés au fait que « vos actifs sont prêtés à des tiers non identifiés et soumis à leur risque de crédit, ce qui pourrait entraîner une perte totale de vos avoirs en cryptos ».

Cette nouvelle tombe moins d’un mois après que Coinbase ait annoncé le listing de 9 paires stablecoin/fiat et stablecoin/stablecoin. L’exchange avait alors précisé que les marchés des paires de stablecoins avaient vu leur volume multiplié par 10 au cours des 6 derniers mois.

Le développement des stablecoins inquiète la Réserve fédérale (Fed) américaine. L’institution va jusqu’à considérer l'USDT de Tether comme l’un des « 3 défis pour la stabilité financière ». Une adoption massive de l’USDC ou de l'USDT serait donc beaucoup plus dangereuse pour le dollar qu’une ruée vers Bitcoin. Le raisonnement tient la route si l'on considère que les premiers sont bien placés pour être utilisés en tant que moyens de paiements au quotidien, alors que le second est une valeur refuge.

Que les banques l'accepte ou pas, la finance de demain s'écrira dans un monde ou Bitcoin sera partout. Commencez dès maintenant à accumuler du bitcoin et profitez-en pour soutenir le Journal du Coin en utilisant ce lien affilié pour vous inscrire sur la plateforme de référence Swissborg

Auteur

Fan de Bitcoin, in love de Litecoin, amie d'Ethereum, j'ai une tendance marquée à friendzoner les shitcoins dont le seul projet d'avenir est de vous délester de vos rêves de prospérité ! J'essaie de n'être maximaliste de rien, je recherche plus les convergences entre ancien et nouveau monde Apprentie-mineuse à mes heures :-)

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER