Moyen-Orient Cryptos

Banques et cryptomonnaies au Moyen-Orient : état des lieux

Trading du CoinTrading du Coin

Les marchés arabes ont été inondés de nouveaux investisseurs en avril dernier, après qu’un érudit islamique ait déclaré les cryptomonnaies « halal » en vertu de la charia. L’annonce a mis fin aux déclarations contradictoires émises par plusieurs autres experts islamiques. Malgré cela, de nombreux dirigeants du monde musulman continuent de remette en cause cette déclaration.

Cet article est une traduction d’un article particulièrement remarquable écrit par Christina Georgacopoulos et publié sur CoinTelegraph.

L’annonce du mufti a ouvert les marchés des cryptomonnaies à 1,6 milliard de nouveaux clients potentiels, mais il est certain que les gouvernements du Moyen-Orient joueront un rôle central dans le développement de l’industrie des cryptomonnaies pour s’assurer que les individus et les institutions adhèrent à la charia.

La charia impose des lignes directrices strictes sur l’activité économique, en vertu desquelles la valeur doit être attribuée à des actifs physiques réels. La loi religieuse très contestée qui régit le secteur de la finance islamique interdit également la spéculation du marché et le recouvrement des intérêts sur les prêts.

Les entrepreneurs, les investisseurs et les gouvernements musulmans sont déterminés à devenir des leaders précurseurs sur ce marché mondial concurrentiel. Comme beaucoup prônent le remplacement du dollar américain comme monnaie de réserve mondiale, le bitcoin et les cryptomonnaies nationalisées peuvent enfin offrir aux pays musulmans une stabilité économique et une marge de manœuvre dans la politique occidentale.

Arabie-Saoudite_Ethereum-ETH-bootcamp-1C’est une coïncidence peu probable que le Conseil islamique sur la finance de la Charia ait largement légalisé la propriété de l’or pour les investissements à peu près au même moment où l’OPEP et les pays du Moyen-Orient ont commencé à s’éloigner du système PetroDollar américain en 2016.

L’Iran, qui ne reconnaît plus ou n’utilise plus le dollar américain, et la Turquie ont tous deux annoncé leur intention de libérer les monnaies numériques émises par le gouvernement à la suite de l’ICO de la monnaie nationale du Venezuela, Petro, une monnaie adossée au pétrole.

En fait, le président vénézuélien Nicolas Maduro a appelé les 14 pays de l’OPEP à développer une plateforme pour le commerce des cryptomonnaies soutenues par le pétrole. Tout comme le Venezuela a lancé sa propre cryptomonnaie pour contourner les sanctions américaines, d’autres pays producteurs de pétrole ont fait allusion à l’abandon du système PetroDollar qui fonctionne au Moyen-Orient depuis plus de 40 ans – menaçant la suprématie mondiale du dollar américain.

Moyen-Orient-cryptos-carte

L’évaluation suivante de la réglementation des cryptomonnaies au Moyen-Orient fait partie d’une série plus vaste d’articles évaluant la réglementation de l’industrie mondiale émergente de la haute technologie. Nous vous avions également présenté précédemment une liste récapitulative des politiques appliquées par les pays africains, concernant les cryptomonnaies et la blockchain en général.

La liste ci-dessous est basée sur des recherches approfondies, mais ne doit en aucun cas être considérée comme complète. Si vous avez des informations plus détaillées sur les banques et le rapport entretenu avec les blockchains et les cryptomonnaies dans votre pays, nous vous encourageons à les partager dans la section commentaires.

Légende

Bannissement des crypto-transactions
Quelques banques autorisent les transactions
Crypto-transactions autorisées
BlockchainExpérimente la blockchain

 

Arabie-saoudite

Arabie Saoudite

Blockchain

(Crypto-transactions autorisées)

L’Arabie saoudite, un acteur-clé du système PetroDollar américain, n’a cessé de vendre ses réserves de change depuis que le prix du pétrole a chuté en 2014. Les régulateurs saoudiens examinent de près les cryptomonnaies, mais n’ont pas encore proposé de réglementation. Beaucoup disent qu’une interdiction totale est improbable.

Le ministère saoudien des communications et des technologies de l’information a annoncé que l’agence a achevé un « Blockchain bootcamp » de trois jours en mai dans le cadre de son plan visant à créer un « environnement numérique » afin de tirer parti du potentiel inexploité du royaume en matière de technologies de l’information et des communications (TIC). Le ministère s’est associé à l’entreprise technologique ConsenSys pour l’événement et s’est concentré sur les contrats intelligents d’Ethereum et la construction d’applications décentralisées.

L’Autorité monétaire saoudienne s’est également associée à Ripple en février et a lancé un programme d’aide à la création d’emplois qui fournira une technologie de paiement transfrontalier aux banques du royaume. Le programme est le premier du genre à être coordonné par une banque centrale.

Oman

Oman

Blockchain

(Crypto-transactions autorisées)

Le « Omani Blockchain Symposium », qui s’est déroulé à la fin de l’année dernière, a été le plus grand rassemblement d’affaires du pays, avec la participation de presque tous les membres du cabinet du gouvernement, ainsi que de 700 participants du secteur privé.

La Banque centrale d’Oman, ainsi que l’autorité monétaire centrale, ont fait la promotion de l’événement et ont déclaré que le gouvernement aidera à fournir l’infrastructure technologique pour promouvoir la mise en œuvre de la technologie Blockchain à Oman.

La Blockchain Solutions and Services Company (BSS), une entité gouvernementale et une initiative du Blockchain Symposium, collaborerait avec l’Oman Banks Association, d’autres organismes gouvernementaux et des entreprises locales, afin d’élaborer des règlements pour la transformation numérique du pays.

BankDhofar est la première banque du pays à rejoindre BankChain, une communauté bancaire internationale dédiée à la recherche et au développement de solutions de blockchain. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des plans de BankDhofar visant à numériser une gamme de services bancaires afin d’assurer l’exactitude, l’efficacité et la sécurité des clients.

Iran

Iran

(Bannissement des crypto transactions)

En janvier 2017, le gouverneur de la banque centrale iranienne a annoncé que le dollar américain ne serait plus utilisé dans le pays, en réponse à l’interdiction temporaire d’entrée aux États-Unis des ressortissants iraniens, ordonné par le président Trump. La première bourse de crypto du pays, BTXCapital, a déclaré que l’Iran avait le potentiel de devenir un marché majeur à l’avenir, en raison de la sortie du dollar américain – bien que l’achat de Bitcoin dans le pays soit resté particulièrement difficile à l’époque.

Le gouvernement iranien semblait avoir une opinion positive à l’égard de Bitcoin lorsque l’autorité iranienne du cyberespace – le Haut Conseil du Cyberespace – a annoncé pour la première fois l’an dernier son intention de collaborer avec la Banque centrale d’Iran pour publier un rapport sur les cryptomonnaies. Mais la banque centrale a depuis lors publié une déclaration affirmant qu’elle n’a jamais reconnu Bitcoin comme une monnaie légale, et a interdit aux banques nationales et autres institutions financières de traiter des cryptomonnaies.

Toutefois, le ministre iranien des technologies de l’information et des communications a déclaré que l’interdiction des cryptomonnaies n’empêche pas la banque centrale de développer une cryptomonnaie nationale et qu’un modèle expérimental de monnaie numérique émise par l’État était prêt.

L’interdiction des cryptomonnaies a précédé les sanctions américaines imposées à l’Iran en mai et est perçue comme une tentative de protéger les institutions financières en difficulté du pays, et de déprécier la monnaie nationale. La monnaie numérique émise par l’État iranien s’apparente à celle du Venezuela, Petro (PTR), qui est utilisée pour contourner les sanctions internationales.

Turquie

Turquie

Blockchain

(Quelques banques autorisent les transactions)

Dans le passé, les autorités turques ont envoyé des signaux contradictoires à l’industrie des cryptomonnaies, mais elles suivent l’exemple d’autres pays du Moyen-Orient qui envisagent de lancer une cryptomonnaie nationale.

Le gouvernement turc a adopté une position dure à l’égard de Bitcoin en novembre dernier, lorsque les législateurs de la Direction des affaires religieuses ont déclaré que les cryptomonnaies n’étaient « pas compatibles » avec l’islam en raison de la nature spéculative du marché et du manque de contrôle du gouvernement.

Mais en février, un rapport du vice-président du Parti du mouvement nationaliste turc a non seulement proposé des réglementations pour le marché, mais a également mentionné la possibilité de l’émission d’un « Bitcoin national », appelé TurkCoin.

La bourse turque Bitcoin BTCTurk, qui a ouvert ses portes en 2013, a mis fin à ses activités en 2016 après que les banques locales aient brusquement interrompu les services et fermé les comptes associés à la bourse. Depuis, BTCTurk a rouvert ses portes, de même que la bourse turque Paribu.com.

Cependant, les échanges nationaux sont limités à Bitcoin et Ether, et les clients sont obligés d’utiliser les exchanges anglais pour accéder aux altcoins. L’histoire de BTCTurk est exemplaire de la diversité des réponses et des divisions entre les institutions financières et l’acceptation de Bitcoin par le gouvernement. Bien que les cryptomonnaies soient loin d’être adoptées par le grand public, un certain nombre d’entreprises et de sociétés immobilières turques acceptent Bitcoin comme moyen de paiement.

Dans une autre mesure, divers projets blockchain en Turquie ont suscité l’intérêt de personnes qui souhaitent voir les cryptomonnaies devenir plus accessibles. La Conférence Blockchain et Bitcoin qui s’est tenue à Istanbul en mars a réuni les dirigeants du monde entier pour discuter du développement et de la réglementation législative du secteur.

Irak

Irak

(Bannissement des crypto-transactions)

La Banque centrale d’Irak empêche l’utilisation et la promotion de Bitcoin, selon une déclaration d’un expert économique en décembre dernier. De plus, ceux qui utilisent Bitcoin peuvent être poursuivis en vertu des lois préexistantes contre le blanchiment d’argent (AML).

Le Service fédéral de sécurité de la Russie affirme avoir empêché 25 des 29 attaques terroristes coordonnées depuis la Syrie et l’Irak en 2017, et que « les terroristes aiment les cryptomonnaies ». Les autorités russes auraient découvert 100 cas où de l’argent virtuel a été utilisé pour financer des activités illicites. Cependant, moins de 1 % des transactions liées au bitcoin entre 2013 et 2016 ont été découvertes comme finançant des activités illégales, selon les recherches du Center on Sanctions and Illegal Finance (CSIF).

Afghanistan

Afghanistan

(Quelques banques autorisent les transactions)

« Code to Inspire », un organisme à but non-lucratif destiné à l’avancement économique et social des femmes afghanes dans l’industrie technologique du pays, fournit aux femmes des ressources pour apprendre à coder et à concevoir des applications et des logiciels mobiles. La mission du CIT permettra aux femmes de faire carrière dans l’informatique, de participer à l’économie mondiale et de devenir financièrement indépendantes en utilisant Bitcoin.

Cependant, l’absence de plateformes d’échange nationales en Afghanistan constitue un problème commun avec l’incapacité de Bitcoin à atteindre les nations éloignées et sous-développées. Le manque d’infrastructures technologiques, d’échanges locaux et de connexions wifi stables rend difficile le commerce et l’utilisation de Bitcoin en Afghanistan.

Emirats-Arabes-Unis

Émirats arabes unis

Blockchain

(Quelques banques autorisent les transactions)

Le Premier ministre des Émirats arabes unis et dirigeant de Dubaï a annoncé le lancement de la « UAE Blockchain Strategy 2021 » en avril, avec des plans ambitieux pour devenir le premier gouvernement au monde à être alimenté par la technologie blockchain. Le plan des Émirats Arabes Unis mettra l’accent sur le bonheur des citoyens et des résidents, l’efficacité du gouvernement, la législation et l’entrepreneuriat mondial.

La stratégie vise à ce que 50 % des transactions fédérales soient effectuées au moyen de la technologie blockchain d’ici 2021, ce qui comprend le passage à la documentation sans papier des demandes de visa, le paiement des factures et le renouvellement des licences au moyen de la technologie blockchain, ce qui pourrait permettre d’économiser 11 milliards de dollars par an.

Le développement le plus récent de la « UAE Blockchain Strategy 2021 » est le partenariat de Dubaï avec IBM pour créer un registre des entreprises de la blockchain afin de s’assurer que les entreprises opèrent sous sa juridiction. Le gouvernement a annoncé l’initiative en mai et affirme qu’il rationalisera le processus des opérations commerciales et numérisera la documentation des activités et l’assurance de la conformité réglementaire.

Le bras technologique du gouvernement, « Smart Dubai », est chargé de faciliter la mise en œuvre numérique dans la ville et mène des recherches pour déterminer les services qui pourraient bénéficier de la technologie blockchain. L’entité gouvernementale, qui est impliquée dans diverses initiatives, proposera la législation nécessaire pour assurer la  « transformation intelligente »  de Dubaï et apportera son aide aux méga-projets qui se développent dans la ville.

Le Dubai Land Department (DLD) a lancé un système blockchain pour enregistrer les contrats immobiliers, sécuriser les transactions financières et connecter les locataires et les propriétaires fonciers avec les émetteurs de factures liées à la propriété, tels que les services publics d’électricité et de télécommunications. L’agence gouvernementale, qui est chargée de superviser les achats immobiliers et d’approuver les contrats, affirme que l’initiative est exemplaire de la stratégie de la blockchain du pays visant à consolider les services gouvernementaux, sur une seule plateforme.

Contrairement à l’adoption par le gouvernement de la blockchain, la légalité de l’utilisation de Bitcoin n’est pas claire parce que les réglementations préexistantes ne reconnaissent pas les monnaies virtuelles. Cependant, le gouvernement et la banque centrale des EAU ont annoncé plus tôt cette année que le cadre réglementaire pour la facilité d’utilisation et les échanges de Bitcoin est à venir dans un avenir proche.

La banque centrale avait précédemment rejeté les propositions d’agrément des bourses de négociation, et l’Autorité des Émirats arabes unis pour les valeurs mobilières et les produits de base s’est dite préoccupée par le risque élevé des ICOs. Mais après l’annonce de la future réglementation de l’industrie des cryptomonnaies, le gouvernement et la banque centrale semblent insister sur la surveillance fédérale pour s’assurer que les cryptomonnaies ne se déplacent pas vers les marchés clandestins. Pendant ce temps, les investisseurs à Dubaï et aux Émirats arabes unis continuent d’acheter, de vendre et de négocier des cryptomonnaies, malgré l’absence d’échanges locaux.

La supposée première cryptomonnaie conforme à la Charia, Onegram, a été lancée à Dubaï en mai 2017 et est soutenue par des réserves d’or réelles. Comme chaque unité de valeur est soutenue par de l’or physique, la spéculation et la volatilité du marché sont étroitement contrôlées.

Notamment, une société d’investissement et de commerce de l’or à Dubaï est la première société autorisée à stocker des devises virtuelles au Moyen-Orient. L’entreprise a mis en place une « chambre froide » (cold storage) pour les clients afin de stocker le bitcoin et l’Ethereum. Le coffre-fort sécurisé contient des cryptomonnaies sous forme physique et est détaché des réseaux afin de répondre aux préoccupations des investisseurs concernant le piratage de portefeuille en ligne et les logiciels malveillants.

Un entrepreneur basé à Dubaï, Com Mirza, a lancé le « Bitcoin du Moyen-Orient », ou « Habibi Coin » à la fin de 2017. La pièce Habibi Coin est une avancée monumentale pour les musulmans qui avaient auparavant de la difficulté à acheter des maisons et à investir dans d’autres actifs. Com Mirza prétend planifier une ICO de 100 millions de dollars US, et permettra aux investisseurs d’acheter des propriétés directement sur la plateforme Habibi Coin.

Kowait

Koweït

(Bannissement des crypto transactions)

Le ministère des Finances du Koweït a interdit à la banque centrale et aux institutions financières de négocier et de traiter avec Bitcoin dès fin 2017, en raison de la volatilité des marchés et du risque pour les consommateurs. D’autres autorités légales au Koweït indiquent que le commerce en ligne est interdit par les lois du pays sur le commerce électronique, et la loi koweïtienne ne reconnaît pas le bitcoin comme monnaie d’échange.

Qatar

Qatar

(Bannissement des crypto transactions)

La banque centrale du Qatar a adressé un avertissement aux banques du pays en février, exhortant les autres à refuser des comptes aux bourses de cryptomonnaies et aux commerçants, et que le non-respect de la demande peut donner lieu à des recours juridiques en vertu de la loi préexistante.

Syrie

Syrie

Blockchain

(Expérimente la blockchain)

Les cryptomonnaies apportent un soulagement à la crise humanitaire en Syrie, où le programme alimentaire mondial des Nations Unies utilise la Blockchain Ethereum pour transférer des bons d’achat aux réfugiés. Le projet réussi a permis d’envoyer des fonds pour acheter de la nourriture à 10 000 réfugiés et l’ONU prévoit d’étendre le programme à 100 000 personnes en Jordanie également.

Source : CoinTelegraph || Images from Shutterstock

PARTAGER
Yanis
Blockchain believer et crypto investisseur depuis 2013, je suis chargé de rédactions et d'interviews pour Journalducoin. Mon objectif est de contribuer à la promotion et au développement des protocoles blockchain en France. Retrouvez mes articles pour ne manquer aucune crypto news !

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici