Un fragment de toile de maître pour 150 € – Le miracle des NFT d’œuvres d’art

Carnaval sur la blockchain – Le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSKA) tokénise un tableau pour abaisser les barrières à l’entrée dans les investissements dans les beaux-arts. La tokénisation permet en effet aux investisseurs d’acquérir la copropriété de cette œuvre d’art pour quelques centaines d’euros, à la manière de NFT. Explications.

>> Venez faire vos premiers pas dans l’univers Bitcoin sur Binance (lien affilié) <<

Le Carnaval de Binche : un NFT pas comme les autres au KMSKA

Tokeny a annoncé, dans un communiqué du 9 mai 2022, que le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers est devenu le premier musée européen à tokéniser l’investissement dans les beaux-arts. Le Musée collabore, dans le cadre de ce projet, avec Tokeny et Rubey.

Tokeny propose aux entreprises des services professionnels de tokénisation des actifs – émission, transfert, et gestion d’actifs de manière conforme. Rubey, quant à lui, est un spécialiste de l’art numérique sur la blockchain. Sa plateforme utilise la blockchain Polygon (MATIC).

Le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers a tokénisé le tableau du peintre belge James Ensor (1860-1949), « Carnaval de Binche ». Cette tokénisation permet à un investisseur d’acquérir une propriété fractionnée de l’œuvre à partir de seulement 150 euros.

L'œuvre « Carnaval de Binche » peut être acquise à partir de 150 euros sur Polygon (MATIC)
L’œuvre « Carnaval de Binche » tokénisée – Source : KMSKA

Et si la blockchain, les cryptos et les NFT rendaient l’art accessible ?

Les investisseurs acquièrent concrètement des security tokens ERC-3643. La norme ERC-3643 régit l’émission, la gestion et le transfert de tokens avec permission – qui n’est accessible que sur autorisation.

Le CEO de Tokeny, Luc Falempin, a évoqué la capacité de ces tokens adossés à des titres à rendre les investissements dans l’art accessible même au petit portefeuille :

« Nous partageons la même vision que nos partenaires KMSKA et Rubey, à savoir que les tokens ayant des titres auront un réel impact sur l’industrie de l’art, en permettant aux petits investisseurs d’investir et de s’engager dans des œuvres d’art qui ont déjà une valeur existante. »

Le président de KMSKA, Luk Lemmens, a, quant à lui, souligné la transformation du Musée qui « sera plus qu’un lieu d’exposition d’œuvres d’art » grâce à cette tokénisation. Le Musée possède la plus grande collection d’Ensor au monde. KMSK s’engage, selon son président :

« (…) à faire participer nos visiteurs et nos détenteurs de tokens à notre collection et à son fonctionnement. »

Le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers marche ainsi dans les pas d’autres pionniers qui utilisent la blockchain pour démocratiser les investissements dans l’art. Le Musée du Belvédère de Vienne avait également tokénisé « Le baiser », le tableau centenaire du peintre autrichien Gustav Klimt. Et d’autres préfèrent se servir du Web3 pour ouvrir des musées virtuels et réinventer l’histoire.

Vous êtes en droit de ne rien comprendre à la tendance NFT et à l’Art. En revanche, ne pas vous intéresser à Bitcoin est impardonnable ! N’attendez plus pour préparer l’avenir en allant vous inscrire sur la plateforme Binance, LA référence absolue du secteur (lien affilié).

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour