Coinbase

Coinbase pourrait lancer une société d’assurance

Trading du CoinTrading du Coin

Coinbase a déjà créé son propre service de garde de cryptoactifs avec Coinbase Custody. Cette fois le crypto-exchange a en tête le lancement de sa propre société d’assurance.

Une filiale « captive d’assurance » pour Coinbase

Selon des sources citées par CoinDesk, Coinbase est en pourparlers pour créer sa propre compagnie d’assurance avec l’aide du géant du courtage d’assurance Aon.

Cette société filiale proposerait une assurance dite “captive” (ou “captive d’assurance”) à sa société mère (Coinbase Inc.). La filiale jouera le rôle d’un assureur classique, mais assurera uniquement les risques supportés par sa société mère.

Aon et Coinbase ont déjà travaillé ensemble, en avril 2019, lorsque Aon a permis au crypto-exchange d’obtenir une assurance d’environ 255 millions de dollars pour ses hot wallets (wallets en ligne d’un exchange, par opposition aux cold wallets, qui sont hors ligne).

Pallier aux coûts élevés (voire à l’absence) d’assurances pour les exchanges

Cette filiale permettra à Coinbase de réduire ses coûts, ainsi que d’améliorer son accès aux marchés dits de “réassurance” pour réduire davantage les risques (une sorte de couverture sur la couverture).

Contrairement à la grande majorité des crypto-exchanges actuels, qui se couvre en mettant de côté un pourcentage des cryptoactifs qu’elles détiennent, les fonds d’une telle filiale sont séparés et détenus via des moyens réglementés et vérifiés.

CoinDesk cite en exemples des déclarations de Jesse Powell, CEO de Kraken, et de Josh Goodbody, responsable des affaires institutionnelles de Huobi, qui pratiquent comme beaucoup d’exchanges la confusion entre leur fonds d’assurance avec leur propre fonds en cryptos, non séparés.

Les prix des assurances « ridicules et obscènes » (J. Powell), ainsi que l’absence d’offres adaptées (J. Goodbody) explique cet état de fait pour Kraken et Huobi.

« Il y a un manque de moyens [pour l’assurance des crypto-exchanges] et certains ne sont pas à l’aise avec ce qui est disponible sur le marché, ils sont donc à la recherche de solutions alternatives (…) Je pense que la majorité souscrira d’abord à une certaine quantité d’assurance traditionnelle, puis explorera d’autres structures alternatives, y compris peut-être une captive d’assurance – et nous avons de plus en plus de discussions [avec des exchanges] à ce sujet » Jacqueline Quintal, directrice générale d’Aon

Bien que ces fonds d’assurance soient traditionnellement en monnaies fiduciaires, des cryptomonnaies pourraient également être utilisées ici par la filiale de Coinbase, mais seulement à titre de garantie supplémentaire.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar