Qu’est-ce que la finance décentralisée (DeFi) ?

Trading du CoinTrading du Coin
4.4
(11)

Le 6 juin dernier Binance Research a publié un rapport conséquent dédié à la finance décentralisée. Portant sur les fonctionnalités liées aux prêts et emprunts de cryptomonnaies par le biais d’acteurs décentralisés, ce rapport dresse un très bon portait de l’écosystème de la DeFi qui monte en puissance. Alors que certains présentes ces fonctionnalités comme les cas d’utilisation des plateformes de smart-contract, analysons l’écosystème en place et profitons-en pour découvrir ensemble ce principe de finance décentralisée.

La finance décentralisée et ses définitions

Aujourd’hui la finance décentralisée est devenue un usage majeur d’Ethereum, mais qui ya-t-il derrière ce terme? Alors que Bitcoin permet le transfert de valeur sans passer par des organes de contrôle, les artisans de la DeFi souhaitent aller plus loin. Leur objectif est de proposer différents services financiers décentralisés et accessibles à tous. Il sera donc question la tokenisation de nos biens physiques, couplée aux fonctionnalités offertes par les smart contracts. Certains considèrent ainsi que de nombreux cas d’usages s’offrent aux utilisateurs.

La DeFi se veut donc être un écosystème financier sans organes de contrôle et donc complètement libre d’utilisation. Dans l’idéal, et même si la situation est forcément différente dans la réalité, le but est de faire tomber les barrières à l’entrée pour les utilisateurs. Puisque que de nombreuses personnes ne sont pas bancarisées, mais ont accès à internet, les adeptes de la DeFi se proposent de leur apporter les mêmes services bancaires… sans la banque. La principale force de cette nouvelle finance – et vous allez vous en rendre compte – est justement la synergie entre ses acteurs. Alors que le Dai par exemple qui est un stablecoin décentralisé pourrait sembler anecdotique, il s’avère être la pierre angulaire d’autres projets majeurs de l’écosystème.

Emprunter et prêter de manière décentralisée

Nous concernant, nous nous focaliserons ici sur la première et principale utilisation de la DeFi à l’heure actuelle : les prêts décentralisés. Si vous souhaitez réaliser un emprunt bancaire, il vous faudra constituer un dossier bancaire ou passer par un courtier. Prêter de l’argent est encore plus complexe et se limite souvent à des prêts entre proches ou bien prend la forme structurée d’un investissement dans un projet. A contrario, en utilisant des services de la DeFi, la réalisation d’un emprunt ou d’un prêt en cryptomonnaies se fait en quelques clics.

Fonctionnement

La plupart des applications de prêts et d’emprunts décentralisés fonctionnent de la même manière. Il n’existe pas de notation d’utilisateurs ou d’historique de transactions, pourtant accorder des prêts sans condition n’est pas envisageable. C’est pour cela que les protocoles utilisent le principe de la garantie afin de réaliser des prêts. Pour chaque somme empruntée en cryptomonnaie, il vous faudra mettre en garantie un plus grand collatéral lui aussi constitué de cryptomonnaie. L’ordre de grandeur de la garantie oscille habituellement entre 100% et 150% de l’emprunt.

Les plateformes possèdent différents moyens de mettre en relation emprunteur et créanciers. Cela peut être du pair-à-pair direct, c’est-à-dire que les deux parties interagissent directement à la manière d’un carnet d’ordre

Pourtant, se sont également développés des pools de liquidités : vous y déposez vos fonds afin qu’ils soient mis en commun et proposés aux potentiels emprunteurs. Si votre capacité d’emprunt diminue, car la valeur de votre garantie baisse, vous vous retrouvez en situation de liquidation. Votre garantie sera alors mise en vente à un prix unitaire moins élevé que le marché.

Acteurs de l’écosystème

La DeFi se repose donc sur différents protocoles ouverts et publics, principalement Ethereum. Utiliser globalement le même protocole permet de réaliser des interactions avec les différents acteurs afin de rendre de meilleurs services aux utilisateurs. Si les trois acteurs principaux que sont MakerDAO, Dharma et Compound représentent environ 80% des éthers mis sous séquestre sur des plateformes DeFI, ce ne sont pas les seuls. L’écosystème évolue très rapidement et chaque mois de nouveaux acteurs présentent des projets et innovations dans le secteur. Venons-en maintenant au fameux rapport de Binance, qui se concentre justement sur les trois principaux acteurs du marché, et que nous allons les découvrir ensemble.

MakerDAO

MakerDAO est le protocole permettant la création des unités du stablecoin DAI, dont la valeur oscille autour du dollar américain. En mettant en garantie des éthers ainsi que des BAT, l’utilisateur peut prétendre à emprunter des Dai. Une fois les DAI obtenus, ils peuvent être utilisés sur d’autres applications Ethereum comme Compound par exemple. La garantie nécessaire doit être maintenue audessus des 150% afin de garantir la stabilité du prix, malgré la baisse de l’éther.

Compound

Compound est un protocole public permettant de prêter et d’emprunter des tokens Ethereum par le biais de ses interfaces. En échange de l’ajout de fonds sur le protocole, les utilisateurs obtiennent un token intermédiaire, le cToken. Ce token intermédiaire permet d’obtenir des intérêts ou d’emprunter des fonds. En effet, la valeur des cTokens augmente dans le temps et les intérêts seront donc perçus lors de l’échange ver le token originel. Chaque token possède des taux d’intérêt différents qui varient en fonction de l’offre et de la demande. Puisqu’il est nécessaire de mettre en garantie plus de tokens que la capacité d’emprunt, une certaine liquidité est garantie au sein du protocole.

Dharma

Alors que les deux protocoles précédents permettaient une certaine liberté en ce qui concerne la durée des prêts, le fonctionnement de la plateforme Dharma est plus strict. Les utilisateurs ne peuvent donc réaliser des emprunts et prêts que pour une durée de 90 jours. Supportant les éthers, l’USDCoin et et le DAI, Dharma met en relation directe les deux parties de la transaction, sans gérer lui-même les fonds. De l’avis de Binance, les taux d’intérêt sont fixés de manière relativement obscure par l’équipe. En revanche, les autres taux, tels que la capacité d’emprunt, sont équivalents à ceux des autres protocoles et plateformes.

Les taux de la DeFi et de la finance traditionnelle

Le rapport nous présente également deux tableaux comparatifs mettant en lumière les différents taux entre l’écosystème de la DeFi et les obligations américaines traditionnelles. Pour autant, les différentes situations sont difficilement comparables, puisque les protocoles de la DeFi n’ont pas du tout les mêmes volumes, liquidités et historiques établis que ces placements “sans risques” américains. Il n’en reste pas moins qu’il peut être intéressant de faire ce rapprochement afin de pouvoir se projeter dans l’avenir de la DeFi. Les taux de l’écosystème décentralisé sont beaucoup plus avantageux pour les prêteurs, alors que le rapport souligne les différents avantages d’expérience utilisateur qu’il apporte. La transparence des contrats ainsi que des mouvements des fonds et l’accessibilité pour les utilisateurs sont les deux principales valeurs ajoutées, selon Binance Research.

Mais il convient de considérer quelques données supplémentaires, afin de comparer les différents taux entre les plateformes et tokens utilisés. Même si ces données sont relativement anciennes pour l’écosystème (4 juillet 2019), les rapports sont similaires aujourd’hui. C’est donc le DAI a les taux d’intérêt les plus hauts, notamment par rapport à l’USDC. Cela est principalement dû à la façon dont le Dai se stabilise, porteuse de risques supplémentaires potentiels. Il est intéressant de remarquer que les taux en ce qui concerne l’éther sont similaires aux récompenses du Proof-Of-Stake.

Risques et problématiques

Un certain nombre de problématiques et de risques sont cependant à considérer. Il est en effet important de garder à l’esprit qu’utiliser la DeFi implique des risques et qu’il est nécessaire de particulièrement s’informer avant d’y participer. Voici les différents risques que rappelle Binance dans son rapport :

  • Un manque de mécanismes d’assurances : initialement, le risque principal est celui du non-remboursement. Cela implique à la mobilisation de fortes garanties et entraîne d’autres inconvénients que l’on verra.
  • Pas de connexions directes avec les monnaies fiduciaires classiques : en effet, pour utiliser les fonctionnalités de la DeFi, il est nécessaire de laisser ses euros à l’entrée et d’obtenir des éthers ou autres tokens Ethereum. Une réelle synergie potentielle avec les mécanismes financiers traditionnels en est encore au stade de la réflexion.
  • Le recours aux garanties surévaluées : s’il n’existe actuellement pas d’autres méthodes efficaces pour garantir la stabilité des protocoles, cette situation n’est pas sans inconvénient. En l’état, cela ne permet pas d’apporter la capacité d’emprunt à des utilisateurs hors du système bancaire. Pourquoi et comment venir solliciter un prêt sur ce genre de plateformes lorsqu’il faut déjà détenir 150% de ce prêt en cryptomonnaie avant ? Cela limite également l’utilisation de la DeFi pour mettre en place des effets de levier.
  • La sécurité des smart-contracts : si la sécurité des smart-contracts est une priorité pour les projets, le danger est toujours présent et ne peut jamais être totalement écarté.
  • Mécanismes des taux décentralisés : Pour mettre en place les différents taux liés aux prêts décentralisés, les protocoles utilisent des données. Cellesci ne sont pas toujours accessibles et les mécanismes reposent actuellement sur des Oracles. Le rapport met donc en lumière les différents risques que cela implique. Si les données sont manipulées, cela pourrait entraîner des modifications de taux et mettre en danger des garanties par exemple.

Voilà pour cette synthèse du rapport de Binance Research sur le sujet passionnant qu’est la DeFi. Certains pensent que cet écosystème est largement vertueux pour les cryptomonnaies, favorisant la mise en garantie de certaines d’entre elles et limitant potentiellement leur volatilité. En se projetant, on peut imaginer que l’utilisation de la DeFi dans notre quotidien permettra de faciliter notre rapport à la finance. On en est encore loin, mais le marché évolue effectivement très vite.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4.4 / 5. Nombre de votes : 11

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Avatar
Je suis un jeune développeur Blockchain, principalement sur Solidity. J'aime partager mes connaissances sur le sujet et je participe activement au rayonnement des aspects techniques de la blockchain au sein de la communauté crypto.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici