PayPal, nouveau Big Brother : 2 500 $ d’amendes si vos propos ne lui plaisent pas ?

Dystopie Orwellienne ou réalité ? – Nous vivons décidément une époque qui dépasse même le roman « 1984 » de Georges Orwell dans certains aspects. Si l’hyper-surveillance est déjà devenue à la mode depuis un certain temps, PayPal pourrait franchir un seuil supplémentaire. Le service de paiement numérique va-t-il se transformer en Commissaire politique de la pensée ? Selon une fuite de futures conditions d’utilisation, PayPal infligerait 2 500 dollars de châtiment à quiconque oserait contrevenir à la « Bien-pensance Unique ». Définie par lui-même, bien sûr. Le groupe parle « d’une erreur » et dément.

Avec PayPal, « 1984 » est dépassé et peut aller se rhabiller

Si vous êtes une grande gueule, ou simplement que vous ne surveillez pas le moindre de vos mots sur Internet, il pourrait peut-être être plus que temps de fermer votre compte PayPal.

La rumeur présentée ce 8 octobre 2022 expliquait que PayPal s’arrogeait le droit de devenir une véritable Police de la Pensée. Cela, en sanctionnant les problèmes de « désinformation » ou de propos haineux, avec pour seul juge et bureau, l’entreprise elle-même.

« La violation de la règle contre la désinformation et les discours de haine peut vous exposer à des dommages et intérêts, y compris des dommages et intérêts forfaitaires de 2 500 dollars américains par violation, qui peuvent être débités directement de votre compte PayPal. »

Extrait des conditions d’utilisation fuitées de PayPal, rapidement retirées.

>> Que votre parole soit impeccable et vos cryptos bien gardées sur une clé Ledger. Frais de port offerts (lien commercial) <<

Une simple et regrettable « erreur » selon l’apprenti-Inquisiteur

Évidemment, l’annonce a créé un gigantesque tollé. Même David Marcus, ancien président de PayPal, a dû critiquer son ancienne société :

« Il m’est difficile de critiquer ouvertement une entreprise que j’aimais, et à laquelle j’ai tant donné. Mais [cette politique] va à l’encontre de tout ce en quoi je crois. (…) Une entreprise privée peut maintenant décider de prendre votre argent si vous dites quelque chose qu’elle n’approuve pas. De la folie ».

Face à la vague déferlante d’indignation, PayPal a rapidement tenu à démentir, ce qui semble pourtant bel et bien avoir été imaginé, ne serait-ce qu’un instant. En effet, le porte-parole de PayPal parle seulement d’une « erreur » dans la divulgation de cette information. Il ne nie donc pas qu’elle a été réellement formulée à un moment donné.

« Un avis de conditions d’utilisation a récemment été diffusé par erreur. Il comprenait des informations incorrectes. PayPal n’infligera pas d’amende aux personnes qui diffusent de fausses informations. Ces termes n’ont jamais été destinés à être insérés dans notre politique. Nos équipes travaillent à corriger les pages de notre politique. Nous sommes désolés pour la confusion que cela a causée. »

Heureusement, car sinon ces conditions d’utilisation seraient entrées en vigueur le 3 novembre prochain. Mais si elle n’avait rien à y faire, on se demande bien comment cette amende (détaillée jusqu’au montant de 2 500 dollars) est apparue. Si vous utilisez PayPal pour stocker et échanger vos bitcoins, ethers & Co, n’oubliez pas : « si vous n’avez pas les clés privées, ce ne sont pas vos cryptos » (mais celles de PayPal).

Censure et coercition seront-ils les maîtres-mots du monde de demain ? Ce qui est sûr, incensurable, ce sont vos bitcoins. Pour garantir le contrôle de vos cryptos, investissez dans une clé Ledger. Frais de port offerts (lien commercial).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour