Crypto et récession, les liaisons dangereuses ?

Après la récente prise de parole de Jerome Powell, les marchés pro-risque, tel que les indices américains ou le marché des crypto-actifs, ont furieusement réagi à la hausse. Mais alors pourquoi une tel engouement ? Est ce qu’on aurait trop noirci le tableau ces derniers mois ? Et si après tout, l’économie n’allait pas si mal ? Aujourd’hui, nous allons essayer de définir l’environnement économique dans lequel le marché des crypto-actifs évoluent.

Les consommateurs sont étranglés

Confiance des consommateurs

Premier maillon de la chaîne : les consommateurs.

Dans cet article, je vais me concentrer essentiellement sur la macro-économie américaine. D’une part parce que c’est, à mon sens, celle qui à le plus de répercussions sur le marché des cryptos-actifs, mais également parce que c’est celle sur laquelle je me documente le plus.

Nous allons dans un premier temps évaluer le niveau de confiance des consommateurs. Est ce qu’ils ont confiance dans leur situation financière ? Un niveau élevé de confiance entraîne un niveau élevé de consommation et inversement.

Les différentes mesures de la confiance des consommateurs
Confiance des consommateurs

Ce premier graphique compare l’enquête sur le sentiment des consommateurs de l’Université du Michigan et l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board.

L’enquête du Michigan montre des niveaux bien inférieurs au niveau du printemps 2020, alors que l’économie était à l’arrêt et que le chômage avait explosé (entre 11 et 14%). Elle se situe actuellement sur des seuils n’ayant pas étés vus depuis la crise des subprimes, en 2007-2008, et même en dessous des niveaux de récessions connus en 1991 et 2001.

La différence entre les études de confiance des consommateurs
Différence des différentes études sur la confiance des consommateurs

Ce graphique montre la différence entre les deux enquêtes que nous avons vu précédemment. Les cercles indiquent les creux précédents, qui ont lieu juste avant les récessions.

Ces enquêtes sont accompagnés de commentaires, qui indiquent que l’inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt sont les principaux responsables de cette baisse de confiance.

L’inflation n’est pas mécaniquement un problème… si les salaires suivent

Pour mieux cerner cette perte de confiance des consommateurs, nous devons nous pencher sur ses raisons.

Le revenu personnel disponible en net ralentissement
Revenu personnel disponible réel, prenant en compte l’inflation)

Comme dit précédemment, l’inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt pèsent sur le pouvoir d’achat des consommateurs.

Si les salaires suivent ou dépassent les taux d’inflation, elle n’est pas un problème. Or, actuellement, ce n’est pas le cas.

Le graphique ci-dessus montre les revenus réels, prenant en compte l’inflation. Ainsi, depuis plus d’un an, les salaires augmentent tandis que le pouvoir d’achat continue de diminuer. Les consommateurs peuvent en conséquence moins se permettre aujourd’hui qu’hier.

Les deux pics que nous voyons, au cours de l’année 2020 et 2021 représentent le chèque “stimulus” envoyé aux citoyens américains.

Ainsi, le pire est pour les consommateurs de classe moyenne ou inférieure, dont la majeure partie de l’argent est dépensée en loyer, nourriture et énergie. Les citoyens sont donc obligés de faire des choix difficiles, comme le montre le graphique ci dessous.

Les consommateurs font face à des choix difficiles
Les consommateurs fuient les dépenses non essentielles !

Qu’en est il de l’épargne des citoyens ?

L’épargne peut être une source de revenu pour les citoyens dans le besoin. Mais le graphique ci dessous montre que ces derniers puisent déjà dans leurs réserves, et ce depuis presque un an.

Taux d'épargne personnel
Taux d’épargne personnelle

Les salaires et l’épargne ne suffisent plus… alors les citoyens s’endettent

Le graphique ci-dessous montre le nombre total de crédits en cours. Nous pouvons voir que depuis janvier 2021, ce nombre a explosé à la hausse. Mais ce graphique n’est pas forcément le plus inquiétant.

Les crédits à la consommation explosent !
Total des crédits à la consommation

Le graphique ci-dessous confronte deux types de crédits :

  • Crédit “non renouvelable” : en bleu, nous parlons ici de prêt étudiant ou prêt pour acheter une voiture par exemple.
  • Crédit “renouvelable” : en rouge, autrement dit la dette de la carte de crédit, signifiant que les citoyens sont obligés de s’endetter périodiquement pour finir le mois.
Les taux montent et les citoyens sont endettés
Crédit renouvelable vs. Crédit non renouvelable

L’économie américaine est composée à 70% de commerces et de services à destination des consommateurs. Nous pouvons ici constater que les citoyens américains sont étranglés par l’inflation, au point de devoir s’endetter pour subvenir à leurs besoins. Et c’est ainsi qu’intervient notre nouveau problème : la hausse des taux.

Powell veut baisser l’inflation à tout prix

Et pour atteindre son objectif de 2% d’inflation annuel (contre 9% actuellement) Powell dispose d’un outil monétaire : les taux directeurs. Cela fait maintenant depuis mars 2022 que la FED (Banque Fédérale américaine) a commencé à remonter ses taux.

Taux d'intérêt effectif aux Etats-Unis
Taux d’intérêt effectif aux Etats-Unis

Et pour freiner cette inflation extrême, la FED est forcée d’augmenter les taux de façon très vigoureuse. Les hausses des taux s’enchaînent au rythme de 75bp (points de base, traduisez 0.75% d’augmentation). Il faut remonter à 1994 pour retrouver une augmentation aussi forte des taux.

Quelles sont les conséquences d’une hausse des taux ?

Quand les taux augmentent, il devient plus cher de s’endetter (pour les entreprises, les particuliers ou même l’état américain). Ainsi, la demande diminue et par extension, les prix aussi. Mais, évidemment, les résultats n’arrivent pas du jour au lendemain, et bien que les taux remontent depuis 6 mois, les effets sont pour l’instant modérés, et l’inflation est toujours à la hausse.

Mais ce qu’il faut également constater, c’est le repli des indices américains. Du plus haut marqué en fin 2021 début 2022 au plus bas marqué en juin, voici les performances des principaux :

  • SP500 (USA) : -24%
  • NASDAQ (USA) : -34%
  • Dow Jones (USA) : -19%

La hausse des taux fait craindre aux opérateurs un ralentissement de l’économie et des perspectives de croissances moins importantes. Ils anticipent simplement une baisse du rendement des entreprises, et par extension des actions.

Le lien consommateur et hausse des taux

Nous ne parlerons pas ici du marché de l’immobilier, mais plutôt des deux constats que nous avons établis ici.

  • Les consommateurs sont endettés car ils n’arrivent plus à subvenir à leurs besoins
  • L’endettement coûte plus cher à cause de la hausse des taux

Nous avons donc ici un risque : celui d’un défaut de crédit. Si les consommateurs n’arrivent plus à payer leurs dettes qu’ils ont étés forcés à contracter, à quoi pourrait ressembler la suite des événements ? Je vous laisse y réfléchir, mon but étant ici simplement de vous donner des pistes de réflexion.

Quel rapport avec le marché des crypto-actifs ?

Nous n’avons actuellement pas encore parlé des cryptomonnaies, mais nous y venons.

Les actions du Dow Jones, des titans de l’économie américaine tel qu’Apple, Microsoft, Coca, Nike ou encore Walt Disney, ont beaucoup mieux résistés que bon nombre d’actions du NASDAQ, comme Netflix, Snapchat ou encore Zoom.

Ce constat est symptomatique d’un marché qui cesse de s’exposer aux entreprises technologiques, plus spéculatives et moins indispensables que des géants comme Coca ou encore McDonald, qui continueront, peu importe le contexte économique, d’exister.

A votre avis, que coupera le consommateur en premier, son abonnement Netflix ou ses achats hebdomadaires de Coca-Cola ?

Il est très probable qu’il résiliera d’abord son abonnement Netflix.

C’est un peu la même logique pour les cryptomonnaies. Les consommateurs ont peu confiance dans l’économie, ni dans leurs finances personnelles. Que vont-ils faire en premier ? Vendre leurs cryptomonnaies, jugées très risquées et spéculatives, pour récupérer du dollars dont ils manquent.

Pourquoi une telle hausse des cours ces derniers jours ?

Pour qu’un nouveau bull market arrive, il faut de nouveaux entrants, de la liquidité fraîche, un nouvel intérêt du grand public.

L’année 2021 a été marquée par une quantité de liquidités excessives arrivant sur les marchés. Les chèques stimulus se multipliant et la planche à billets ayant imprimé à foison.

Pour le moment, l’heure est à la réduction de la masse monétaire. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour ce marché jugé encore très risqué, très volatil.

Mais la hausse de ces derniers jours s’explique, à mon sens, par plusieurs choses.

D’une part, Powell s’est voulu très rassurant avec les intervenants des marchés financiers. Lors de son meeting, il a laissé entendre que la FED pourrait ralentir le rythme de la hausse des taux, en fonction de l’économie. Il a également déclaré que selon lui, l’économie américaine n’était pas en récession, et qu’une dernière hausse des taux importante était possible pour le prochain meeting.

De plus, la FED s’en est tenue aux prévisions de 75bp, ce que les intervenants ont bien reçu bien qu’une hausse des taux de 75bp soit une hausse importante.

D’autre part, après -63% en 3 mois sur le Bitcoin, il est plutôt cohérent de voir apparaître un rebond technique, alimenté par des vendeurs à découvert en retard rachetant leurs positions en pertes. Ces dernières semaines ont également été marquées par un pessimisme exacerbé, indiquant que les intervenants perdaient beaucoup confiance envers les cryptos.

Dernièrement, bien que les faillites d’acteurs importants tels que Three Arrow Capital, Terra Luna ou encore Celsius soit des événements marquants, ils sont à mon sens paradoxalement assez sains pour l’écosystème. Désormais à part Michael Saylor, qui pourrait encore vendre une énorme quantité de Bitcoin spot ? Ces entités étaient des épées de Damoclès au dessus de nos têtes, qui sont maintenant hors du marché.

>> Choisissez la sérénité en achetant du Bitcoin avec Bitstack… et gagnez 5€ de BTC avec le code JDC5 (lien commercial ) <<

Comment agir sur le marché des cryptomonnaies en ces conditions ?

Pour moi, il n’y a pas de solution miracle dans ces conditions, votre seul but doit être de survivre. Les mois qui arriveront seront très probablement difficiles, mais je pense qu’il y a des solutions pour essayer de survivre au mieux.

Garder du cash

Dans un premier temps, le dollar est dans une forme exceptionnelle depuis le début d’année, et il n’y a pour le moment pas de signe de retournement majeur. Notre écosystème crypto dispose de plusieurs stablecoins indexés au dollars tels que l’USDT, l’USDC ou encore le DAI, qui me semblent être les plus solides.

De plus, sans chercher des rendements mirobolants, AAVE, Curve ou encore Maker n’ont absolument pas eu de soucis durant les épisodes de faillites des géants de l’écosystème et ils disposent chacun d’un solide modèle de génération de rendement. Ils peuvent donc être des contreparties intéressantes pour ne pas laisser votre argent dormir.

Rester sur les capitalisations les plus importantes

Bitcoin, Ethereum ont bien moins subi la baisse que la plupart des altcoins. Rester sur ces actifs de référence en majorité de votre portefeuille, et se laisser un petit pourcentage pour les altcoins plus exotiques et plus volatils.

Dans ce guide, nous avions rappelé que beaucoup de cryptomonnaies qui étaient des stars lors des précédents bullrun sont désormais des projets totalement morts, oubliés. S’exposer aux altcoins, c’est prendre le risque de perdre l’intégralité de l’argent qui y est placé, ne l’oubliez pas ! Tant que le contexte n’est pas favorable à ce que les intervenants risquent leurs argents sur des petites capitalisations, je préfère personnellement m’éloigner des altcoins.

Le DCA peut ainsi être une excellente solution pour accumuler les capitalisations importantes. Et avoir une petite partie d’altcoins, avec des fortes convictions en ces dernières, peut sembler intéressant selon votre profil.

La patience est la clé

Pour en revenir aux altcoins, Bitcoin a toujours pris les devants lors d’un nouveau cycle haussier. Ainsi, accumuler du Bitcoin pour la première jambe haussière importante avant de l’échanger contre des altcoins, peut être plus intéressant, car votre pouvoir d’achat sur les alt en Bitcoin augmentera !

Profiter que Bitcoin prenne les devants !
BTCUSD vs. AVAXUSD

Le graphique ci dessus montre la différence en terme de temporalité entre la première jambe haussière de Bitcoin et la première jambe haussière de l’AVAX (Avalanche). Nous pouvons voir que les premiers intervenants ayant spéculés sur le Bitcoin profitent de leurs profits pour maintenant aller s’aventurer sur les altcoins, comme Avalanche.

Acheter ses alts moins cher grâce au Bitcoin
Garder ses Bitcoin pour mieux profiter des altcoins ?

Ainsi, si vous aviez gardé du Bitcoin, vous auriez pu avoir votre AVAX moins cher, grâce à sa surperformance.

Je n’ai volontairement pas parlé ici du marché de l’immobilier ou encore des obligations gouvernementales qui ont également un impact important sur l’environnement économique afin que l’article reste digeste. Vous avez désormais, je l’espère, identifié le contexte économique dans lequel les marchés financiers évoluent. La macro-économie à une importance prépondérante dans les différents changements de paradigme de l’écosystème crypto, et il me semblait important d’en parler ici. En espérant vous avoir éclairé, bon trading à tous !

Conservez vos cryptos bien à l’abri dans votre wallet. Pour acheter du Bitcoin sans même vous en rendre compte, inscrivez-vous sur Bitstack… et gagnez gratuitement 5€ de BTC grâce au code JDC5 (lien commercial) !

Kolepi

Passionné par l’analyse technique, l'orderflow et la blockchain, j’écris maintenant pour démocratiser la crypto-monnaie et les marchés financiers.

Recevez un condensé d'information chaque jour