La Chine déteste Bitcoin… mais adore les NFT !

Quand on aime, on ne compte pas ! Historiquement fâchée avec le Bitcoin et les cryptomonnaies, seuls les NFTs sont autorisés dans le pays du soleil levant. Néanmoins, la République populaire de Chine tisse son réseau autour du Yuan Numérique et prévoit même fin janvier 2022 de proposer des NFT sur sa blockchain nationale. Coup de cœur ou « coup d’État » ?

Blockchain, NFT et Yuan Numérique : le triangle amoureux

L’année 2021 a été un exemple de cette passion naissante pour les NFT. Le journal South China Morning Post nous raconte les épisodes de cette idylle.

Tout commence pendant l’été 2021 avec Ant Group. Cette filière Chinoise (qui gère notamment les services d’Alipay) est un des premiers déclarant sa flamme pour les NFTs. Puis, c’est au tour du South China Morning Post. Il succombe et propose au mois de novembre 2021 des cartes numériques NFT à collectionner. Enfin, la veille de Noël cette même année, c’est l’agence de presse d’État Xinhua qui offre plus de 110 000 NFTs (des photos numériques d’évènements marquants de l’année 2021).

C’est donc dans ce contexte que continue de se développer la BSN (Blockchain-based Service Network), plateforme Blockchain soutenue par l’État Chinois. Son ambition est d’intégrer plusieurs blockchains publiques, dont une version adaptée d’Ethereum. Elle est soutenue, entre autres, par :

  • China Union Pay State : entreprise de transaction Carte Bleue qui opère sous l’autorité de la Banque Populaire de Chine.
  • Chinamobile : le plus grand opérateur de téléphonie mobile chinois.

Le South China Morning Post nous explique d’ailleurs que la BSN permettra à des entreprises comme à des particuliers de pouvoir développer leurs propres applications sur la blockchain d’État. Ainsi, dans la foulée, elle proposera également les infrastructures pour mettre en place les NFTs fin janvier 2022.

C’est Red Date Technology qui tiendra la chandelle entre la blockchain et les NFT. Architecte numérique de la BSN, Red Data, gère les infrastructures technologiques et développe les objets de collections numériques (le terme de NFT rappelant parfois trop « l’ennemi Bitcoin »). La BSN développe ainsi des DDC (Distributed Digital Certificate), en bref des NFT. Le Yuan numérique (toujours lui) est la seule monnaie d’échange pour les acquérir. La relation est à sens unique : la cryptomonnaie d’État reste, par conséquent, centrale.

Les NFTs disponibles sur la blockchain BSN ne seront disponibles qu'en yuan numériques.

>> Venez vous exposer au Bitcoin aux côtés de Kucoin, l’acteur leader du secteur (lien affilié) <<

La Blockchain d’Etat chinoise : une muraille numérique

Le South China Morning Post souligne l’intérêt de cette relation exclusive entre le Yuan numérique et les NFTs.. La création d’une nouvelle industrie parallèle sur une blockchain publique d’Etat pourrait perturber les marchés. Les 20 partenaires annoncés pour la BSN-DDC sont, en plus, solides. Parmi eux, on retrouve:

  • Cosmos Network (réseau de blockchain travaillant sur l’interopérabilité des réseaux blockchain).
  • Baiwang, plus grande entreprise de facturation électronique de Chine.

Attiré par cette industrie naissante, et par les profits qu’elle peut engendrer, He Yifan, PDG de Red Date Technology, explique alors le potentiel du marché des NFTs. Certificats d’authentification numérique pour des objets physiques les NFT sont, pour lui, « une réelle base de donnée révolutionnaire ».

La protection de l’identité et des libertés financières déjà en danger avec la mise en place du Yuan numérique nous montre que la blockchain publique d’Etat chinoise n’en est qu’à ses débuts. Dans ce sens, le PDG de Red Data se projette et explique :

« Dans la gestion des plaques d’immatriculations des véhicules basés sur NFT, le propriétaire de la voiture, le gouvernement et l’assureur ont chacun accès à des données telles que le kilométrage, le numéro de moteur, l’historique des réparations et chacun est conscient des droits des autres. »

He Yifan

L’attachement chinois pour les NFTs est sous condition de l’utilisation des infrastructures d’État. Les NFTs ne semblent servir que les intérêts de la cryptomonnaie nationale et abîment la protection de l’anonymat. La Chine déteste les Bitcoins et adore les NFTs à sa manière. « Mémoire écrite dans le monde du metavers » pour la presse d’État Xinhua, il est certain que la Chine composera cette année avec les NFTs.

Accompagnerez-vous la révolution Bitcoin ? Il ne tient plus qu’à vous d’embarquer dans le train crypto ! Pour ce faire, et commencer à vous familiariser avec ce monde passionnant, n’attendez pas pour vous créer un compte sur Kucoin, l’exchange Bitcoin et crypto de référence (lien affilié).

Magali

Issue d’une formation littéraire en classe préparatoire puis universitaire, je suis passionnée par l’univers de la blockchain depuis 2017. L’univers des NFT, play to earn et du metaverse m’ont happée; je suis devenue en 2019 Axie enthousiaste. De fil en aiguille, j’ai tissé mes connaissances pour n’être plus que crypto-enthousiaste.

Recevez un condensé d'information chaque jour