Raydium (RAY) : évident, efficient, bientôt indispensable, découvrez la technologie de la DeFi 2.0

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

Raydium est un automated market maker (faiseur de marché automatique ou AMM) dédié à la finance décentralisée. Il est basé sur la blockchain Solana et utilise le carnet d’ordres de Serum, la plateforme d'échange décentralisée lancée par l'équipe de FTX. Raydium propose des solutions pour aller au-delà des limitations de l'écosystème DeFi actuel.

Cet article promotionnel vous est proposé en partenariat avec Raydium.

Raydium s'attaque aux problèmes de la DeFi

La finance décentralisée permet à n'importe qui d’accéder à des services qui étaient auparavant l’exclusivité des banques. Grâce aux cryptomonnaies, il est désormais possible de prêter des fonds, d’en emprunter, ou d’en épargner de façon décentralisée, le tout avec la transparence d’une blockchain.

L’effervescence autour de la DeFi démontre un intérêt croissant pour cette finance libre et inclusive. Ainsi, les protocoles les plus connus comme Maker, Compound, Uniswap, Aave ou SushiSwap attirent toujours plus de fonds.

Evolution de la TVL (Total Value Locked)  dans les protocoles DeFi entre avril 2020 et février 2021
La quantité totale de fonds verrouillés au sein des protocoles DeFi – DeFi Pulse.

Cependant, la DeFi est encore embryonnaire et il reste de nombreux challenges à relever pour les développeurs.

  • Tout d'abord, les transactions sont lentes et leurs frais élevés. La blockchain d’Ethereum est saturée et déposer des ETH au sein d’un pool de liquidité coûte plus de 100 $. Cela exclu de la DeFi les petits portefeuilles et nuit à l’expérience utilisateur ;
  • Ensuite, les pools de liquidité sont fragmentés entre les différents protocoles, qui sont en compétition les uns avec les autres.
  • Enfin, sans carnet d’ordres, l’expérience de trading est minimaliste. On ne peut placer des ordres à cours limité et on est obligé de fournir des liquidités de chaque côté d’une paire d’échange.

Raydium apporte les solutions à ces limitations, grâce à la rapidité de la blockchain Solana (65 000 tps) et à la liquidité de Serum, la plateforme d’échange décentralisée propulsée par l’équipe de FTX.

Qu’est-ce qu’un automated market maker (AMM) ?

Sur les marchés, les liquidités ne sont pas seulement apportées par les traders eux-mêmes. Les faiseurs de marché se chargent ainsi de pallier le manque de liquidités organiques, et assurent une meilleure fluidité des échanges en apportant de la liquidité de façon dynamique.

Un automated market maker (AMM) est donc un protocole qui permet d’assurer la liquidité d’un marché numérique, notamment dans le domaine des échanges de cryptoactifs.

Ils sont très utilisés au sein des marchés prédictifs (par exemple Augur et Gnosis) et des protocoles de finance décentralisée, comme le célèbre Uniswap. Différents algorithmes sont alors utilisés en fonction des types de marchés.

Raydium - AMM - Les algorithmes, cœur et cerveau de la Finance Décentralisée

Dans la finance décentralisée actuelle, les AMM assurent l’accès à la liquidité via des pools de liquidités. Contrairement au trading classique, il n’y pas de carnets d’ordres. Les traders échangent leurs actifs avec un liquidity pool, un agrégat de liquidités apportées par les utilisateurs du protocole.

Il y a ainsi trois agents qui participent à ces protocoles :

  • Les traders qui souhaitent échanger des actifs entre eux ;
  • Les fournisseurs de liquidités qui apportent ces actifs aux traders en échange de frais ;
  • Les arbitragistes, qui se chargent de garder le prix des actifs cohérents sur l’AMM par rapport aux marchés extérieurs, tout en générant du profit.

Fonctionnement de Raydium

Raydium est un AMM qui a deux propriétés fondamentales. Premièrement, il permet d’accéder à un carnet d’ordres (celui de Serum). Et deuxièmement, son algorithme est basé sur une fonction constante (on parle de CFAMM, constant function automated market maker).

Les AMM à fonction constante

Les algorithmes d’AMM à fonction constante, dit aussi à produit constant, utilisent une fonction qui assure que quels que soient les trades effectués, le produit des quantités en réserve de chaque actif reste constant.

Uniswap a implémenté en premier ce mécanisme, défini par la relation suivante :

(Ra – Ta) (Rb + yTb) = k

où :

  • Ra représente la quantité d’actif a en réserve ;
  • Rb représente la quantité d’actif b en réserve ;
  • y représente les frais de la transaction ;
  • k est une constante (à ceci près que sa valeur augmente graduellement à cause des frais prélevés par la plateforme qui sont ajoutés aux réserves).

Ainsi, échanger n’importe quelle quantité d’actif doit modifier les réserves de telle sorte que si les frais sont nuls, le produit Ra * Rb reste égal à la constante k. On dit souvent pour simplifier que la fonction est de type x*y = k, où x et y représentent les quantités d’actifs en réserve.

Cette relation peut être représentée graphiquement une hyperbole :

La fonction à produit constant : variation de la quantité de chaque actif en réserve (Dmitriy Berenzon).

Comme nous pouvons le voir, même lorsque la quantité d’un actif tend vers l’infini, il y a toujours de la liquidité disponible.

Le market making sur Raydium

L’innovation de Raydium est l’utilisation d’un carnet d’ordres au sein de son AMM. Il s’agit de celui de Serum, le DEX développé par l’équipe de FTX. Tout comme Raydium, Serum utilise la blockchain Solana, qui repose sur une innovation majeure, la proof of history. Elle offre plusieurs avantages :

  • Elle est très rapide : 65 000 transactions par seconde pour des blocs de 400 ms ;
  • Les frais sont minimes : de l’ordre de 0,00001 $ par transaction en moyenne ;
  • Elle est interopérable avec Ethereum.

Le carnet d’ordres de Serum est entièrement on-chain. Son intégration bénéficie aux deux écosystèmes. Les pools de liquidité de Raydium peuvent alimenter le carnet d'ordres de Serum, et vice-versa : les utilisateurs de Serum peuvent accéder aux pools de liquidités Raydium.

Raydium va utiliser ses pools de liquidités pour placer ses ordres au sein du carnet de Serum de façon stratégique. L’objectif est d’établir une correspondance des ordres fiables et un prix juste pour l’actif échangé.

Raydium va donc répartir les liquidités dans le carnet d’ordres à différent prix et en différentes quantités. Plus précisément, le protocole se base sur la suite de Fibonacci pour placer jusqu’à 20 ordres. Dans le futur, Raydium intégrera d’autres modèles d’apport de liquidités, notamment grâce aux oracles.

Le swap de cryptos

Il s’agit d’une fonctionnalité classique des AMM : la possibilité d’échanger des actifs entre eux à la volée. Raydium fournit ce service avec des avantages : le swap est rapide, et les frais sont très faibles, grâce à la blockchain Solana.

Raydium

Le farming

Raydium récompense les fournisseurs de liquidités. Tout d’abord, ces derniers reçoivent des intérêts grâce aux frais de transaction. Raydium émet un token (LP token) qui permet de tracer le pourcentage du pool que chacun possède. Ces tokens peuvent ensuite être “farmés” pour recevoir des RAY en retour, le token utilitaire de Raydium (plus de détails sur le farming ici). Enfin, les projets crypto peuvent également alimenter des pool de récompenses, comme mécanisme incitatif pour les utilisateurs de leur token.

Le jeton de Raydium : le RAY

Le token RAY permet à ses détenteurs de générer des intérêts et d’interférer de façon limitée dans la gouvernance du protocole.

  • Via le staking, les détenteurs de RAY génèrent des intérêts (0,03% des frais de trading) ;
  • Les RAY permettent également de participer et de voter quant aux propositions et aux amendements de la communauté.

Voici comment ont été distribués les tokens RAY :

  • Quantité maximale en circulation (max supply) : 555,000,000 RAY
  • Réserve de minage (mining reserve) : 34%
  • Partenariats et écosystème : 30%
  • Équipe : 20% (verrouillés entre 1 et 3 ans)
  • Liquidité : 8%
  • Communauté : 6% (verrouillés 1 an)
  • Conseillers : 2% (verrouillés entre 1 et 3 ans)

Raydium, l'avenir de la DeFi sur Solana ?

Grâce aux capacités techniques de Solana, l’écosystème qui se construit autour du projet offre une nouvelle expérience de finance décentralisée, fluide et peu coûteuse. Raydium intègre parfaitement cette dynamique en combinant les carnets d’ordres de Serum à leur protocole d’AMM.

Raydium - Trading interface

Raydium propose une interface graphique intuitive, il vous suffit de lancer l’application pour en explorer ses possibilités. Il faudra disposer d’un wallet Solana (par exemple Sollet.io). Pour plus de détails sur la création d’un portefeuille Solana, se référer au tutoriel sur l’utilisation du DEX de Serum.

Auteur

Cofounder @ 8Decimals - Journal du Coin / BitConseil / Trading du Coin

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER