EOS : premier “jugement” du Forum d’Arbitrage (ECAF) et fonds rendus à un utilisateur arnaqué

Trading du CoinTrading du Coin

“A new standard for decentralized systems.” – L’EOSIO Core Arbitration Forum (ECAF), le forum de jugement décentralisé censé régler les conflits pouvant surgir entre les utilisateurs du réseau EOS, a rendu un simili-jugement unique en son genre dans la cryptosphère : après étude du cas d’un utilisateur dont les clés privées avaient été revendues au marché noir, l’organisme s’est prononcé en faveur du “plaignant” et lui a restitué son compte associé et ses tokens EOS.

EOS (EOS)

€ 2.6480.00071323 BTC
Change
  • 1h
    2.9%
  • 24h
    9.42%
  • 7j
    44.53%
Rang
4
Market Cap
€ 2.40Md
Volume 24h
€ 1.11Md
Supply
906.25M / 1.00Md

ECAF, quésaco ?

L’ECAF est donc une sorte de jury populaire dont les membres sont désignés puis contrôlés en théorie par la communauté EOS. Les membres de ce jury cryptopopulaire se voient alors assignés des rôles spécifiques : arbitres, gestionnaires de cas, conseillers, ou encore administrateur principal. Ils sont également supposément entraînés pour gérer ces cas.
Les juristes qui ont fait l’erreur saugrenue de faire des études poussées apprécieront sans doute de voir qu’il suffisait en fait d’investir dans un token cryptographique pour devenir membre d’un système juridique parallèle à part entière. Une sacrée disruption à n’en pas douter.

Vivement qu’EOS se lance dans la télémédecine.

Intervenir pour régler un cas de phishing

Un plaignant a donc saisi l’ECAF après avoir compromis ses clés privées suite à un phishing via un site se présentant comme en lien avec l’écosystème EOS. L’ECAF s’est penché sur ce cas lorsqu’elle en a été saisi par le plaignant le 17/10/18, avant de rendre son jugement définitif le 08/11/18.

Elle l’a finalement annoncé officiellement sur Twitter à la même date. Dans le temps de transition pendant lequel l’organisme “enquêtait”, les fonds en question avaient été gelés par les Bloc Producers à la demande de l’ECAF. Finalement, tout est bien qui finit bien, le plaignant ayant pu récupérer ses fonds.

Ce dernier a cependant dû prendre à sa charge les “frais de justice afférents : l’attaquant ayant relativement bien fait son travail, et n’ayant pas pu être clairement identifié, c’est le plaignant qui a dû régler les honoraires, pour un total de 400 $.

Décision “unique”… mais surtout controversée

Les réactions de la communauté crypto dans son ensemble ne se sont pas faites attendre, bien évidemment. Comme souvent, c’est l’illustration du réel degré de “décentralisation” qui justement centralise tout le feu des critiques. Si l’argument principal avancé par l’ECAF est implicitement qu’il devient enfin possible de régler le problème des fonds volés et des utilisateurs arnaqués, endémiques dans l’espace cryptomonétaire, difficile de dire si le jeu en vaut alors véritablement la chandelle.

En effet, s’il est possible à un organisme centralisé, opaque et à l’expérience très discutable d’édicter des ordres s’imposant aux Bloc Producers, et donc à piétiner l’immutabilité de ladite blockchain EOS, quel intérêt a cette dernière ?
Méditons donc là-dessus.

Sources : Unhashed ; EOS Corearbitration || Images from Shutterstock & Gipy

PARTAGER
Grégory Guittard
Bitcoin Maximaliste, Blockchain-sceptique. Je doute très fortement que la sacro-sainte Blockchain qu'on nous vend à tout bout de champ nous sauvera tous, façon délire christique. La perspective d'un moyen de paiement pair-à-pair, décentralisé et non censurable (Bitcoin) est ce qui me semble réellement révolutionnaire dans la cryptosphère. Je disrupte des articles à l'occasion sur mon temps libre, et souvent, aux dépends de vos shitcoins préférés. Je privilégie les sources vérifiables et le cynisme à la neutralité plate, mais je suis ouvert à la discussion : si j'ai écrit une énormité, n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires, remarques ou vos vociférations directement à [email protected]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.