Tout sauf Bitcoin – Le FMI veut imposer sa loi au Salvador

Coup de pression – Les administrateurs du Fonds monétaire international ont-ils lu – ou pas –  le récent article du Journal du Coin sur l’adoption de bitcoin (BTC) par quatre habitants sur six au Salvador ? L’institution semble en tout cas maintenant bien décider à stopper l’adoption de bitcoin dans le pays en montrant désormais ses muscles. Le Salvador fait-il figure de poids-plume dans un match l’opposant à plusieurs géants de la finance traditionnelle bien décidés à défendre l’hégémonie du dollar ?

Quand le FMI hausse le ton contre le Salvador : la stabilité monétaire garantie par l’inflation et non par bitcoin

Selon un communiqué du 25 janvier 2022, les administrateurs du Fonds monétaire international exhortent désormais le Salvador à supprimer « le statut de monnaie légale du bitcoin ». Le FMI justifie sans surprise cet empiétement manifeste d’une institution étrangère – internationale ? – sur la souveraineté monétaire d’un de ses pays membres, en évoquant les maux classiques imputés à bitcoin par ses détracteurs :

« l’utilisation de bitcoin comporte des risques importants pour la stabilité financière, l’intégrité financière et la protection des consommateurs, ainsi que les engagements budgétaires conditionnels qui y sont associés »

De telles affirmations supposeraient donc qu’une politique monétaire classique avec des banques centrales abusant de la planche à billets – loin de la fameuse théorie de la monnaie de crédit – garantit la stabilité financière d’un pays. Sans être un spécialiste en économie monétaire, il suffit d’ « apprécier » les vœux pieux des banques centrales sur la maîtrise de l’inflation en 2021 pour comprendre ce qui cloche dans tous ces beaux discours, une fois que les principes « vertueux » enseignés sur les bancs des écoles sont confrontés aux réalités du terrain.

L’article de Duncan Cameron intitulé « Le Fonds monétaire international, la réforme monétaire et le Tiers-Monde » publié en 1979 dans le volume 55 (1) de l’Actualité économique, rappelle que le FMI assure la « fonction d’un agent de crédit ». L’institution enquête ainsi sur « la gestion de ses clients en matière de finance » pour déterminer si ces pays peuvent – méritent ? – ou non obtenir des crédits.

Ainsi, si le Salvador continue son bras de fer avec le FMI concernant bitcoin, l’institution de Bretton Woods étiquettera tout simplement le Salvador comme « un mauvais client », indigne des prêts de ses partenaires qui se réfèrent à son évaluation pour ouvrir ou fermer les robinets du crédit – la Banque mondiale et les autres bailleurs qui forment une grande famille avec le Fonds.

L’article du 25 janvier 2022 de Bloomberg rapporte d’ailleurs l’existence un premier blocage en défaveur du Salvador. Le pays avait sollicité un prêt de 1,3 milliard de dollars auprès du FMI en 2021, mais les négociations sont actuellement closes à cause des préoccupations de l’institution concernant bitcoin.

>> Prêt à rentrer dans le crypto-game ? Swissborg vous attend et vous offre jusqu”à 100 euros (lien affilié)  <<

Bitcoin comme une (meilleure) alternative aux fiats : quand la décentralisation monétaire d’un pays ne serait que pure utopie ?

Quelles leçons les cryptophiles peuvent-ils tirer des pressions que subissent actuellement le Salvador ?

Un pays ne peut sortir partiellement du système monétaire et financier traditionnel, en espérant avoir un pied dans bitcoin, et un autre dans le monde des monnaies fiduciaires où règne en maître le dollar américain.

Tant qu’un pays se base sur les schémas classiques pour financer – ou plutôt dans l’espoir de financer – son développement, il reste sous le contrôle des bailleurs classiques ayant en horreur bitcoin et qui vont bien évidemment sortir la carte des fameuses « conditionnalités » – subjective ou objective – pour pénaliser tous dissidents au billet vert.

Donner cours légal à bitcoin implique la réalisation d’un nombre important de changements stratégiques pour éviter de faire marche arrière une fois que les institutions financières traditionnelles auront émis, de manière diplomatique, des menaces de gel du crédit.

La constitution d’un stock de bitcoin important via l’achat de ses « dips »et son minage sont certes nécessaires, mais ces mesures pourraient être insuffisantes pour mener la révolution jusqu’au bout. Un pays qui tenterait l’expérience du Salvador doit avoir au moins un plan pour financer la transition :

  • Comment financer adéquatement les politiques d’ajustement visant à soutenir la croissance du pays, sans avoir à imposer une politique d’austérité budgétaire à la population ? Il faudra en effet couper les ponts avec les bailleurs traditionnels et accepter que le prix du bitcoin soit volatil. Tous gains conséquents éventuels générés par les avoirs en bitcoin ne se produiront pas dans l’immédiat, il ne faudra donc pas compter sur ces rendements pour compenser le vide financier laissé par le départ des bailleurs.
  • Comment convertir les bitcoins en monnaies fiduciaires lorsque cela s’avèrera nécessaire, sachant que les anciens « partenaires » techniques et financiers pèseront certainement de tout leur poids pour priver le pays ennemi de fiats ? Ce pont entre bitcoin et les monnaies fiduciaires est stratégique pour le moment, tant qu’il existe une cohabitation – pacifique ? – nécessaire entre une cryptomonnaie et les fiats.

Le Salvador peut-il effectivement réduire le champ de sa loi sur la légalisation du bitcoin ? Si l’exécutif ne trouve pas des solutions alternatives pour financer son développement, il pourrait céder à la pression du club des amis du dollar. La question est maintenant de savoir si l’écosystème crypto en général est aujourd’hui suffisamment solide pour venir en aide au Salvador pour gagner une bataille, une victoire qui serait marquante dans l’histoire des cryptomonnaies. Dans le cas contraire, il faudra certainement se résoudre à accepter que certaines belles prévisions pour bitcoin du président Salvadorien, Nayib Bukele, ne se réaliseront point.

Dans 2 jours ? dans 2 semaines ? dans 2 mois ? personne ne sait quand le bull run crypto reprendra. Ce qui est certain, c’est qu’il ne sera plus temps d’avoir des regrets. Préparez au mieux cette prochaine phase de croissance en profitant dès aujourd’hui d’une offre exceptionnelle : jusqu’à 100€ en cryptomonnaies offerts lors de votre inscription sur la plateforme Swissborg (lien affilié, pour un dépôt minimum de 50€)

Kallisté O'Sullivan

Courtière en assurance dans une autre vie, crypto-addict dans celle-ci ! Je vulgarise Bitcoin et la blockchain pour ma famille et mes amis depuis bien trop longtemps, il était temps de passer aux choses sérieuses

Recevez un condensé d'information chaque jour