Bitcoin-BTC-ETF

Nick Szabo et Andreas Antonopoulos expliquent leur méfiance à l’égard d’un ETF Bitcoin

Trading du CoinTrading du Coin

Après le rejet par la SEC (Securities and Exchange Commission) de la contre-proposition d’ETF Bitcoin des frères Winklevoss, puis le report de la décision sur l’ETF Bitcoin VanEck-SolidX, le marché des cryptomonnaies a fortement corrigé. Un grand nombre d’observateurs corrèle cette baisse à une « déception » ou un « découragement » de ne pas voir un ETF BTC.

Mais est-ce une si bonne chose d’être pressé d’en voir l’avènement ?

Pour Nick Szabo, l’ETF BTC pourrait poser « plus de problèmes que cela n’en vaut la peine »

Dans un tweet sur son compte officiel en date du dimanche 12 août, on peut lire :

« Pour ma part, je ne fais pas de lobbying pour un ETF, ou pour de l’argent géré par Wall Street en général. Cela pourrait causer plus de problèmes que cela n’en vaut la peine. La récente période de baisse par la « dumb money » a, ou va bientôt, désapprouver beaucoup d’ignorants dogmatiques dans cet espace. Nous n’avons pas besoin de nouveaux pour prendre leur place. »

Un avis bien tranché et sans pincettes en somme, pour lui les manipulations déjà existantes sur les cours des cryptomonnaies promettent sans doute d’être des vaguelettes en comparaison des tsunamis manipulatoires.

Andreas Antonopoulos : avec un ETF BTC « vous n’avez pas les clés [privées], vous n’avez pas de bitcoins »

antonopoulos

Le célèbre « Bitcoin evangelist » Andreas Antonopoulos a de son côté publié une vidéo sur sa chaîne YouTube ce mardi 14 août, et lui non n’est pas pressé de voir un ETF Bitcoin arriver sur le marché, et il donne quelques arguments de poids (la vidéo, en anglais, est consultable en fin d’article). Antonopoulos commence par rappeler certains éléments à ceux qui pensent que, comme pour les ETF sur l’or, des ETF Bitcoin entraîneraient une forte croissance : le marché des « commodities » (marchandises) est un des plus manipulé qui soit.

Les subites (et toujours inexpliquées) ventes à découvert d’ETF or en avril 2013, qui ont entraîné une forte correction du cours du métal précieux, ont par exemple été permise par le fait que les ETF ne sont que des parts, comme des actions, donc en somme du papier, et il n’y a même pas besoin de le posséder réellement avec le principe des ventes à découvert (on vend ce qu’on n’a pas encore et espère acheter plus bas). Il revient ensuite sur le problème des clés privées (private keys) : « Not your keys, not your bitcoins ».

Il sera facile aux investisseurs ETF de détenir des parts du dit ETF, rien de plus simple via un broker (courtier) classique, sauf que ce n’est qu’une promesse papier pour ‘x’ bitcoins, ce ne sont en aucun cas ‘x’ vrais bitcoins.

Imaginons un hard fork à la Bitcoin Cash, ou des airdrops pour les possesseurs de bitcoins : ils appartiendront aux gérants de l’ETF puisque ce sont eux qui possèdent les clés privées ! Ensuite, cela dépendra de leur bon vouloir de répercuter (et encore, dans ce cas, ça serait de la façon qu’ils voudront) les gains provenant des coins issus de fork, ou reçus par snapshot de la blockchain BTC pour les réels possesseurs de bitcoins (ceux qui possèdent les clés privées toujours).

Et même en cas de « soft forks » (mise à jour d’un réseau blockchain n’entraînant pas de scission, contrairement au hard fork), les gérants de l’ETF, possédant énormément de bitcoins, pourraient influer fortement sur ce soft fork, et même sur le simple fait qu’il ait lieu ou non.

Antonopoulos cite l’exemple d’une amélioration sur Bitcoin qui y apporterait une anonymisation totale (bête noire des gouvernements) : les gérants de l’ETF ont tout intérêt à empêcher qu’un tel fork ait lieu, car il déplairait fortement aux autorités, qui pourraient menacer de fermer le fonds ETF.

Bitcoin BTCEn résumé, avoir des parts d’ETF Bitcoin serait pire que d’avoir des bitcoins sur un compte de plateforme d’échange de cryptos : non seulement vous ne possédez pas vos clés privées – comme sur un exchange – mais en plus vous ne pourriez pas les récupérez sur votre propre wallet si vous le vouliez.

Tout cela est à méditer et à prendre en compte face à l’exultation ambiante (et la déception proportionnelle) quant à l’arrivée (ou non) d’un ETF Bitcoin.

Images from Shutterstock  & youtube

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.