Et si les pires ennemis de Bitcoin étaient ses soutiens les plus acharnés ?

Être ou ne pas être maximaliste BTC ? – Si, à une époque, on pouvait encore considérer que seul Bitcoin comptait vraiment dans la cryptosphère, certains vont devoir admettre que c’est de moins en moins le cas aujourd’hui. Le prince de la crypto, Ethereum, prend en importance, entre autres. Dans cette situation, le jusqu’au boutisme des maximalistes BTC ne risque-t-il pas d’être contre-productif pour la bonne intégration de Bitcoin dans la grande crypto-économie qui s’annonce ?

Le temps des maximalistes de Bitcoin est-il révolu ?

Avec sa création en 2009 et sa large domination du Market Cap (valorisation sur le marché crypto), Bitcoin est LA plus vénérable et forte cryptomonnaie, certes. Mais, il y a un mais, la vision des maximalistes de Bitcoin consiste souvent à dénigrer toute autre crypto, en la traitant « d’Altcoins » – ce qui ne vaut guère plus que « shitcoins » pour un maxi.

Une attitude ségrégationniste qui peut se comprendre vis-à-vis de projets douteux à la limite (ou au-delà de la limite) du scam. Mais cette position s’annonce de plus en plus compliquée à tenir, au fur et à mesure que des projets – qui existent parfois depuis de nombreuses années – amènent leur lot d’innovations.

Matt Corallo est un important contributeur et développeur de Bitcoin Core. Dans une série de tweets, il invite vivement les maximalistes BTC à reconsidérer leur trop-plein d’élitisme, ou en tout cas d’isolationnisme.

« Les maximalistes de Bitcoin sont une race en voie de disparition. S’il fut un temps où tout, sauf Bitcoin, était globalement une escroquerie, cela n’est plus vrai depuis longtemps. (…) »

>> Vous êtes crypto friendly ? Inscrivez vous sur la plateforme FTX  (lien commercial) <<

Soutenir l’offre unique du Bitcoin, plutôt que de critiquer les autres projets

Matt Corallo continue en s’adressant en particuliers aux ultras du BTC, qui préfèrent « attaquer d’autres projets » plutôt que « d’expliquer pourquoi Bitcoin est génial et unique ». Qualifier de « scam » un projet qui sent effectivement l’escroquerie, c’est une chose, mais dénoncer Ethereum de scam parce qu’il a choisi de passer à un consensus par Preuve d’enjeu (PoS), s’en est une toute autre.

Plus globalement, pour chaque mono-fan d’une seule crypto, la façon de penser « chacun pour soi » au sein des communautés est décriée comme délétère, et responsable d’une « guerre narrative » permanente :

« Et en raison de la culture du « nous contre eux » qui s’est développée au sein des cryptomonnaies, de nombreux adeptes d’Ethereum (comme Ripple avant eux) feront pression sur les régulateurs pour qu’il soit de plus en plus difficile d’accéder à Bitcoin, « parce que la Preuve de travail (PoW) fait bouillir les océans ». »

Les maximalistes de Bitcoin finissent par être mauvais pour sa cause.
Compte Twitter @TheBlueMatt

En résumé, ce n’est pas tant de penser que Bitcoin est supérieur aux autres projets qui constitue le problème selon Matt Corallo, mais plutôt de dire que tous les autres sont des arnaques. Même simplement en termes de tendance de marché crypto, il va falloir reconnaître qu’Ethereum peut prendre le relais (et non la place) de Bitcoin, pour monter plus haut ensemble.

Quand les hommes les plus riches du monde se concentrent sur un investissement, il n’est pas inutile de s’y intéresser également ! Pour ne pas rater l’opportunité d’une vie, inscrivez-vous sans attendre sur la plateforme d’échange crypto de référence FTX. De plus, vous bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien commercial, voir conditions sur site officiel).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour