Perquisitions en Belgique dans le cadre d’une enquête sur le blanchiment d’argent.

Trading du CoinTrading du Coin

Selon le journal belge l’Echo, à la demande d’un juge d’instruction limbourgeois, la police belge a procédé à neuf perquisitions le mardi 25 juillet à Bruxelles, Jette, Molenbeek, Laeken et Evere, dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent.

Cette enquête ciblait des utilisateurs de localbitcoins.com, en particulier le compte “Zhao Dong 1982”, qui proposaient des services d’échanges de bitcoins contre de l’argent liquide et inversement.

En effet, afin de ne pas faire transiter des milliers d’euros par des comptes à leurs noms, les prévenus achetaient des bitcoins en liquide (sûrement à des mineurs ou des personnes voulant elles-mêmes échapper aux services fiscaux de leur pays) afin de les revendre à des personnes souhaitant cacher leur argent dans des avoirs numériques, sans se soucier des *lois AML-KYC.
Les perquisitions ont permis aux enquêteurs de retrouver 100 000 euros en liquide et 300 000 euros sur des comptes.

Trois personnes ont été emmenées en détention (dont deux frères) et déférées devant un juge d’instruction.
Selon un communiqué du parquet fédéral : « L’enquête contient des indices sérieux selon lesquels les frères arrêtés ont effectué ces derniers mois de nombreuses transactions lors desquelles des bitcoins ont été échangés contre de l’argent liquide et inversement, non seulement en Belgique mais aussi aux Pays-Bas et en Allemagne. »

La police Néerlandaise a, de son côté, elle aussi mené une perquisition à Maastricht chez une personne soupçonnée d’être un client de ce réseau.

*lois AML-KYC : Anti Money Laundering – Know You Customers. Lois servant à lutter contre le blanchiment d’argent et à s’assurer de l’identité des clients.

Source : L’echo.be

PARTAGER

2 Commentaires

  1. […] L’enquête a révélé que les criminels se sont rendus en Colombie pour effectuer des retraits d’argent liquide sur les comptes bancaires. Toutefois, ils ont vite réalisé que leurs opérations étaient traçables et ont changé de méthode pour se tourner vers les monnaies numériques. Grâce aux autorités finlandaises, Europol a pu déterminer que l’exchange utilisé par les malfaiteurs était basé en Finlande. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.