Il simule son propre enlèvement pour récupérer du Bitcoin – L’imagination sans limite des escrocs

Alors que le Bitcoin flirte avec les 50 000 dollars, certains sont tentés de faire grossir, si possible sans trop d’effort, leur portefeuille crypto, y compris en utilisant les procédés les plus malhonnêtes. Ainsi, de plus en plus de voleurs 2.0 saisissent l’opportunité de demander des rançons en cryptomonnaies par exemple en utilisant des ransomwares. Créativité et malveillance n’ayant pas de limite, certains vont même jusqu’à simuler leur propre enlèvement afin d’obtenir des bitcoins !

« 23,5 Bitcoins, sinon rien ! »

Au Venezuela, un homme de 23 ans, Andrés Jesus Dos Santos Hernandez, est recherché par la police locale (CICPC) pour blanchiment d’argent et escroquerie. Ce jeune homme, opérateur financier, est soupçonné d’avoir organisé et simulé son propre enlèvement pour obtenir 23,66 bitcoins, soit l’équivalent d’environ 1,15 million de dollars au cours actuel. Il est toujours activement recherché par les autorités.

Tweet de la presse vénézuélienne sur la recherche de Andrés Jesus Dos Santos Hernandez soupçonné d'avoir organisé son enlèvement pour obtenir une rançon en Bitcoin.
Tweet de la presse vénézuélienne à propos de la recherche de l’auteur présumé — Twitter

La CICPC explique que l’intéressé aurait déclaré à ses clients que leurs fonds avaient été volés, sous la menace de supposés ravisseurs, qui l’aurait contraint à transférer l’ensemble des bitcoins en gestion sur de multiples portefeuilles. Cependant, l’enquête n’a pas tardé à révéler que la rocambolesque histoire pourrait avoir été monté de toute pièce. Il n’y aurait en réalité ni ravisseurs ni enlèvement mais un simple jeune vénézuélien en quête de satoshis.

Ce fait divers rappelle le tragique événement intervenu dans le même pays, au début du mois d’août, dans l’État de Zulia. Un commerçant de 39 ans avait été kidnappé, et ses ravisseurs demandaient le paiement d’une rançon de 1,5 bitcoin. Néanmoins, les négociations avaient permis d’abaisser la rançon à 0,5 BTC car seule une infime partie avait été réunie. Deux jours plus tard, le corps de la victime avait été retrouvé criblé de balles sur la voie publique.

>> Envie de trader du Bitcoin et des cryptomonnaies sans y laisser votre chemise ? Ascendex vous réserve une belle surprise ! <<

Le Bitcoin, bientôt favori des demandes de rançons ?

Dès 2018, Control Risks faisait état d’une augmentation des demandes de rançons en bitcoins et autres cryptomonnaies. En effet, en 2017 la même société avait déclaré avoir enregistré une moyenne de deux demandes de rançon en actifs numériques par trimestre, contre une moyenne d’une demande tous les mois pour l’année 2018. La quasi-totalité des continents était déjà touchée par cette nouvelle criminalité.

Planisphère indiquant les pays dans lesquels, des demandes de rançons en bitcoins et crypto ont été réclamées.
Pays concernés par les demandes de rançons en cypto monnaies – Source : Control Risks

Depuis 2018, la pratique des rançons en cryptomonnaies s’est largement développée chez les cybercriminels. Ces demandes ont des fondements criminels variés : le vol de données, s’offrir les services d’un tueur à gages, ou encore l’esclavage sexuel. Il est probable que ce type de rançon ait séduit les ravisseurs en raison de leur caractère anonyme, mais surtout de la réglementation qui n’en est encore qu’à ses balbutiements.

En France, ces demandes de rançons notamment par le biais de ransomwares ne sont pas sanctionnées par application d’une infraction spéciale. Ces procédés tombent en effet sous le coup de l’incrimination traditionnelle d’extorsion de fonds, qui consiste à obtenir, sous la contrainte, par la violence ou des menaces, quelque chose d’immatériel (renonciation, engagement, révélation d’un secret) ou de matériel (remise de fonds, ou de tout autre bien). L’extorsion est passible d’une peine de 7 ans d’emprisonnement et jusqu’à 100 000 euros d’amende.

Même si les peines prévues dans certains pays sont très lourdes, la mode semble malheureusement être à la crypto-rançon. Outre les scams habituels, véritable cancer de l’industrie, l’essor et la démocratisation de Bitcoin et des cryptomonnaies va également de pair avec un intérêt grandissant des cybercriminels pour cette nouvelle classe d’actif.

Si vous lisez ceci, il n’est peut-être pas trop tard pour profiter d’une offre exceptionnelle réservée par Ascendex aux 400 premiers utilisateurs qui s’inscriront sur cette plateforme d’exchange réputée ! Outre bénéficier de 10% de réduction sur leurs frais de trading, un airdrop de 5$ supplémentaire vous sera offert (lien affilié, sous réserve de trader au moins 100$, voir conditions sur site)

Margot Marin

Avocate en devenir, j'ai mis un pied dans le monde des crypto grâce à la passion dévorante de mon partenaire de vie. Je me suis finalement pris moi-même de passion pour ce domaine, et plus particulièrement les interactions entre la blockchain et le droit.

Recevez un condensé d'information chaque jour