La Chine interdit Bitcoin et son minage ! (pour la 6ème fois en 8 ans…)

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance
pub

Pour la seconde fois cette semaine, une dépêche de l'agence de presse Reuters aux termes aussi effrayants que choisis annonce que cette fois-ci, c'est la bonne : la Chine va interdire Bitcoin et plus particulièrement son minage !

La news est effrayante, et si son objectif était d'impacter lourdement le marché, c'est parfaitement réussi avec un Bitcoin qui perd jusqu'à 15% dans la nuit, accompagné dans sa chute par l'ensemble des altcoins qui n'avaient vraiment pas besoin de ça ces jours-ci. Convient-il de paniquer ? Peut-être pas tant que ça, dès lors qu'on s'aperçoit que l'épisode “interdiction de Bitcoin par la Chine” est quasiment devenu une forme de tradition dans le cadre des cycles de croissance de la reine des devises cryptographiques. On élargit un peu le focus.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-encore-temps.png.

La Chine, en guerre contre Bitcoin ?

C'est donc en train de devenir une forme d'habitude ces jours-ci. Dans sa dernière dépêche en date, l'agence de presse Reuters annonce dans la nuit que « La Chine va réprimer les activités de minage et de trading de bitcoins ». Dans le détail, cette décision résulte d'une concertation du Comité de stabilité et de développement financiers du Conseil des affaires d'État.

Présidé par le vice-Premier ministre Liu He, ce comité a également fait connaître la mise en place d'un panel de mesures touchant plusieurs secteurs financiers allant du marché des valeurs mobilières à celui des actions, des obligations et des devises, le tout sous couvert d'une volonté d’assainissement du secteur financier.

Après l'annonce il y a quelques jours d'une politique chinoise de répression des activités liées au Bitcoin coordonnée par les autorités bancaires nationales, l'annonce semble avoir tout du coup de grâce. Avec une concentration importante des site de minage de Bitcoin sur le territoire chinois, l'impact potentiel sur l'industrie s'annoncerait conséquent si les annonces se transformaient en actions concrètes sur le terrain.

Heureusement, pour qui connait la tendance chinoise toute confucéenne à manier les effets d'annonces pour impacter le réel, sans avoir à agir plus que nécessaire, l'heure est probablement à la modération. Encore plus dès lors qu'on se penche sur le passif de la Chine en la matière.

Rien de neuf sous le soleil levant

Le spectre de l'interdiction de Bitcoin par la Chine est pour ainsi dire devenu une forme de tradition, tant les annonces véhémentes et autre hochements de menton de l'Empire du Milieu à l'encontre de la création de Satoshi Nakamoto se sont multipliés depuis 10 ans…sans jamais avoir véritablement eu d'effets réels, ni sur le marché, ni sur la progression organique de Bitcoin.

Ainsi, dès 2013, Pékin annonce “bannir Bitcoin” et interdit à ses banques de détenir la devise maudite. Pourquoi ? Parce que Bitcoin « n'est adossé à aucune banque, ni aucune nation ». L'année suivante, une dépêche Reuters – ça alors – informe le monde que la Chine a contraint le groupe Alibaba (et plus particulièrement sa filiale dédiée aux paiements) à s'éloigner de Bitcoin.

Re-belote en 2016, où la Chine est soupçonnée de s'apprêter à mettre encore un peu plus Bitcoin sous pression. En 2017, outre Bitcoin toujours aussi honni, ce sont les exchanges et les ICOs qui sont interdits. A l'époque, Bitcoin plonge de 500$ à cette annonce, passant de 4600 à 4100$ (avant d'atteindre les 20 000$ quelques semaines plus tard, faites ce que vous voulez de cette information).

Plus près de nous, en 2019, Pékin roule de nouveaux des yeux et cette fois-ci ça semble être la bonne : le minage de Bitcoin pourrait être incessamment interdit en Chine ! Une annonce de mort imminente du secteur largement exagérée alors, ainsi que les événements l'ont démontré.

Dès lors, quel crédit réel apporter à cette énième annonce-choc ? Les jours et semaines à venir nous le diront. On gardera cependant espoir en consultant ce graphique, proposé par le compte Twitter “Documenting Bitcoin” qui remet en perspective l'annonce du ban de 2013 avec son “impact” reel sur la croissance de l'actif.

Image
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CTA-achat-Bitcoin-BTC-encore-temps.png.

Auteur

Fier rédacteur en Chef du Journal du Coin j'apporte ma petite pierre à l'édifice financier global qui émerge sous nos yeux. Les insultes, scoops, propositions de sujets, demandes en mariage et autres corbeilles de fruits sont à livrer sur mes différents comptes sociaux. Vous pouvez également venir discuter sur le groupe FB associé à l'initiative Tahiti Cryptomonnaies

  1. Tony dit :

    Les traders achetent les rumeurs et vendent la news et ce sont eux qui décide du sens du marché car ils engagent des fonds suffisant pour faire bouger les chandeliers suffisamment pour provoquer un suivi massif, a l’achat comme a la vente. Si j’étais traders je profiterai donc de ses rumeurs pour provoquer une chute importante sachant que moi je vends au plus haut et quand l’heure de l’apaisement aura sonnée et que de nouvelles rumeurs positives apparaîtront je rachèterai au plus bas est ferais redecoller une nouvelle bulle…2017 2020 rdv en 2023 ?

  2. Nono91 dit :

    Bonjour à tous,
    De toute façon, vu les tarifs, aujourd’hui acheter du bitcoin, c’est enrichir la Chine et les Etats-Unis. Est-ce que cela vaut encore le coup maintenant pour les européens (sauf pour les traders bien sûr qui n’ont pas de patrie, sauf l’argent), d’autant plus qu’il y a énormément d’altcoins sans parler des shitcoins. Pourquoi le bitcoin devrait-il avoir plus de valeur que les autres dans ce cas sachant que son éco-système n’est pas très développé ? De même, si la techno est super, il est urgent de trouver une solution au problème énergétique (produire de la monnaie avec du charbon ! C’est quand même pire que changer le plomb en or) sans parler de l’impact sur l’industrie électronique (cartes graphiques et disques durs réquisitionnés pour le minage).
    Ce n’est que mon opinion, je ne dis pas que c’est la vérité. Je suis aussi prêt à changer d’avis face à des arguments sérieux. Donc, ne vous excitez pas…

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

*

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER