Du Bitcoin au néant – Craig Wright et le consensus de Preuve de Rien

« Oups, j’ai glissé chef ! » Si seuls les plus vieux auront immédiatement reconnu cette citation issue des bévues de la « 7e compagnie », sachez que c’est aussi (en résumé) la dernière stratégie de Craig Wright. Il aurait en effet malencontreusement détruit son disque dur… C’est ballot ! Le plus célèbre des Satoshi Nakamoto auto-proclamé prétend pourtant que c’est justement celui-ci qui aurait permis de prouver (enfin) qu’il est le créateur de Bitcoin (BTC).

Procès Hodlonaut : pour avoir osé dire « Craig Wright est une fraude »

Craig S. Wright (CSW) continue de multiplier les procès pour tenter de prouver qu’il ne serait autre que Satoshi Nakamoto, le mystérieux inventeur de Bitcoin. S’il décroche parfois des victoires symboliques sur ses détracteurs, il se fait surtout qualifier de personne sujette à la falsification facile par de nombreux juges.

Un de ses énièmes procès s’est récemment ouvert en Norvège. Il l’oppose à celui qui était connu sous son pseudonyme de « Hodlonaut » sur Twitter – Magnus Granath, de son vrai nom. Ce dernier avait eu le courage de désigner CSW comme « un escroc » et « une fraude » en mars 2019.

Mais revenons-en au nouveau « système de défense » de Craig Wright, qui nous est notamment rapporté par CoinDesk : il a « piétiné le disque dur ». Cette séance de piétinement de disque dur se serait produite en 2016. Des experts en cryptographies avaient démontré que son esbroufe de signatures numériques (devant prouver qu’il était Satoshi) était : totalement mensongère.

>> Vos premiers bitcoins en quelques minutes ? Inscrivez-vous sur Binance (lien commercial) <<

« J’ai détruit les clés pour ne pas avoir à prouver que j’ai les clés »

Petit aparté : le comportement de Craig Wright fait peine à voir, pour lui-même. Qu’il soit un menteur compulsif, ou par le plus grand des malheurs le vrai Satoshi, son incapacité à prouver ses dires en 7 années (depuis 2016) est en soi une histoire bien triste.

Cette petite mise au point était nécessaire, car voilà la suite, et elle est corsée. CSW a détruit ce disque dur qui aurait (soi-disant) permis de prouver de façon irréfutable qu’il est Satoshi. Il ne voulait pas qu’on le force… à le prouver !

Craig Wright serait-il Satoshi Nakamoto ? 7 années après il n'arrive toujours pas à le prouver.
Craig Wright serait-il Satoshi Nakamoto ? 7 années après il n’arrive toujours pas à le prouver.

« J’ai piétiné le disque dur. (…) C’était le seul moyen. (…) Je ne voulais pas encourager les arguments selon lesquels vous avez besoin des clés privées [pour prouver être Satoshi]. (…) Oui, on peut dire que c’était un risque, mais je pense que c’est la chose la plus importante que j’ai faite dans ma vie. »

Un instant :sans surtout vouloir insinuer quoi que ce soit à l’encontre de CSW (vu son penchant pour les procès), mais notre prétendant-Nakamoto ne nous avait-il pas promis un coursier magique avec l’accès aux clés privées de Satoshi en… 2020 !!! Clés dont il aurait donc détruit l’accès (en même temps que son disque dur) 4 ans avant, en 2016 – du moins d’après ses nouveaux dires de 2022. Du coup, Craig Wright a-t-il menti en 2020, ou maintenant en 2022 ? (ou les deux…)

N’est pas Satoshi qui prétend l’être ! Ne vous laissez pas impressionner par ces querelles et commencez à accumuler du Bitcoin. Inscrivez-vous sur Binance, leader incontesté du secteur crypto. De plus, cet exchange de référence a obtenu le statut de PSAN en France (lien commercial).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour