Scam-Prison-1

LEOCoin : fausse “cryptomonnaie”, mais vraie arnaque pyramidale

Trading du CoinTrading du Coin

Au même titre que OneCoin ou Bitconnect, LEOCoin constitue un énième schéma de vente pyramidale, rendu un peu plus “sexy” grâce à l’ajout d’une cryptomonnaie, évidemment présentée comme “le nouveau Bitcoin”Dirigeant interpellé au Pakistan, pratiques commerciales outrancières, techniques typiques des pyramides de Ponzi, promesses marketing vides d’effet, plateformes “révolutionnaires aujourd’hui inaccessibles… Tous les ingrédients sont réunis pour dresser le portrait caricatural de ce qu’on qualifie dans l’écosystème crypto de “scam”.

Si LEOCoin est en perte de vitesse dans de nombreux pays, particulièrement depuis 2018, la Polynésie constitue un territoire idéal pour traquer et harponner quelques victimes supplémentaires. La faute notamment à l’éloignement et à une plus grande vulnérabilité qu’ailleurs aux techniques dérivées du MLM (le Marketing de Réseau, même s’il convient de ne pas jeter l’opprobre sur tout un secteur, alors même qu’une grande partie de ses acteurs mérite le respect).

Or, alors même que la Polynésie peine à légiférer sur l’interdiction des Pyramides de Ponzi ou “Vente à la boule de Neige, un réseau LEOCoin tente actuellement de recruter en Polynésie française, au travers de publications Facebook, de “réunions publiques” ou de “formations“.

LEOCoin, du développement personnel à la crypto-arnaque

LEO (“Learn – Earn – Own”, littéralement “Apprendre – Gagner – Obtenir”),est une société Britannique spécialisée dans l’e-learning, cofondée en 2012 par Dan Andersson et Atif Kamran.  LEO propose des produits centrés sur le développement personnel, des livres et DVD, des formations… Cette activité initiale, assez traditionnelle, existe d’ailleurs toujours, comme en atteste leur site internet.

En mars 2015, la société décide de prendre le virage crypto, secteur alors en plein boom technologique et financier.

Très vite Andersson affirme que le LEOCoin représente la deuxième cryptomonnaie mondiale (derrière Bitcoin) par sa capitalisation et que 32 000 marchands l’acceptent déjà. Avec le recul, on peut raisonnablement supposer que nous tenons là le nombre total “d’ambassadeurs LEO” ayant eux-mêmes payé pour revendre ensuite les formations acquises à prix d’or. Les réactions du secteur crypto réel ne se font pas attendre : “bullshit selon Dalais, patron d’une des grandes bourses de l’époque.

Par ailleurs, assez rapidement, il apparaît que les 2 associés ont trempé dans une précédente affaire de vente pyramidale au Pakistan. Ainsi, en 2012, la SEC du pays (le gendarme boursier) affirmait que les sociétés UNAICO et Stetalk, dirigées par Andersonn et Kamran, leur avaient été signalées à de nombreuses reprises en tant qu’entités organisant des pyramides de Ponzi.

Bénéficiant d’un environnement de marché euphorique et d’une époque où n’importe quel projet – même le plus bancal – était en mesure de lever des millions de dollars, la galaxie LEO va prospérer en 2016-2017. Des centaines de pages Facebook s’ouvrent, les réunions et séminaires se multiplient, les différents “packs” (associés à une certaine quantité de LEOCoins “offert“) se vendent comme des petits pains ; en dépit de leurs prix élevés et de la vacuité de leur contenu (des formations en ligne qu’il convient de suivre pour apprendre à les revendre à plus naïf que soi…#inception).

Le LEOCoin est alors présenté comme “la future monnaie mondiale”, acceptée chez de nombreux commerçants sur la planète! Comble de la surprise, en acheter à l’époque, c’était la “garantie de devenir immensément riche” lorsque 1 LEOCoin vaudrait à terme 1 Bitcoin !

Évidemment, les grandes promesses ne sont pas tenues. Si du point de vue de la société traditionnelle LEOCoin, le groupe connaît une réelle “success-story” et engrange les millions, la grande majorité des “ambassadeurs” se révèlent incapables de revendre leurs packs ou d’utiliser la crypto LEOCoin. Les plaintes se multiplient, poussant certains états et administrations à se saisir du problème.

“Depuis 2016, certaines personnes malhonnêtes offrent des monnaies virtuelles dans notre pays et essayent d’attirer des investisseurs en leur promettant des rendements particulièrement élevés. Ce qui est présenté comme un placement n’est en fait rien de plus qu’un jeu de pyramide présenté sous une variante technologique. Outre le Nanocoin, cela concerne entre autres le Leocoin, le OneCoin et l’Ormeus Coin. Ces fausses monnaies virtuelles tirent parti du succès des Bitcoins avec lesquels elles n’ont pourtant aucun lien.” Question écrite n° 6-1743 du 12/01/2018 au vice-premier ministre et ministre de l’Emploi belge sur la thématique des arnaques cryptos. Source.

Et comme dans tout bon système pyramidal, seuls les dirigeants et les premiers entrants du réseau sont capables d’en sortir avec un gain.

Un retour de bâton

En août 2018, Dan Andersson le PDG de LEOCoin est interpellé au Pakistan et assigné à résidence dans ce pays, suite à des violations des lois anticorruptions.

Un peu de budget dans une formation Photoshop n’aurait peut-être pas été du luxe

Pourtant annoncé comme devant “prendre perpétuellement de la valeur, sur le même modèle que Bitcoin”, le LEOCoin atteindra un maximum de 2.14 USD fin 2016. À l’heure actuelle,  sa valeur oscille entre 0.02 et 0.08 $. Bitcoin quant à lui vaut 5 330 $ au moment de la rédaction de ces lignes (même si les prévisions sur ses prix à l’horizon 2023, varient de 250 000 USD à… rien du tout !)

En interne, la situation n’est alors guère meilleure, notamment entre les 2 cofondateurs Dan Andersson et Atif Kamran. Ce dernier reprochait à son ancien associé de l’avoir “discriminé”, mais surtout d’avoir émis plus de coins que prévu, pour son propre avantage (un cas malheureusement assez classique dans le domaine plus général des ICO). Andersson ripostait en accusant Kamran de “fraude financière” devant les juridictions canadiennes. Une ambiance au beau fixe dans la plus belle camaraderie, pour tout dire.

Enfin, le forum de référence Bitcointalk s’est progressivement rempli d’informations relative à ce scam, mettant clairement en évidence l’escroquerie que représente LEOCoin, sous l’angle strictement crypto. On y trouve des posts très documentés démontrant point par point la vacuité et la malhonnêteté du projet, ainsi que ses carences techniques manifestes (en anglais, source 1,  source 2, source 3).

La réalité opérationnelle du projet en 2019 : du vide, du rien et des paillettes (payantes)

Les promesses étaient pourtant ambitieuses et enthousiastes ! Il convenait de couvrir un large périmètre : remplacer Bitcoin bien sûr avec “une blockchain améliorée” (naturellement introuvable et impossible à auditer), mais aussi devenir une “monnaie pour les start-up”, ou encore œuvrer “pour un monde meilleur et plus transparent”. Rien que ça, ma bonne dame !

Malheureusement, force est de constater qu’en avril 2019, la multinationale LEO relève plus du bateau fantôme que du yacht de luxe ! Les dernières “news” sur le site censé permettre le trading du LEOCoin, le LEOExchange, datent du 20 décembre 2017. Le site officiel de la “Place de Marché” propriétaire renvoie à une page de promotion Microsoft (Bill Gates vous dit merci pour cette attention). Pour autant, cette place de marché ayant rejoint le cimetière des dino-scam, une autre plateforme semble avoir été déployée parallèlement.

Si ce site a la politesse d’être en ligne, impossible de ne pas voir que ses rayonnages sont bien vides : la catégorie vêtements et bijoux, traditionnellement la mieux achalandée d’une plateforme commerciale, propose en tout et pour tout 10 articles, sans qu’il soit même assuré que ces biens existent véritablement.

Le site de la Fondation www.LEOCoin.org, à “but non lucratif” (c’est savoureux), est lui consultable.  Principalement centré sur la cryptomonnaie de LEO, on y trouve quelques informations, au milieu de beaucoup de vent. Retenons les éléments suivants:

  • On nous informe que le “nouveau LEOCoin migrera vers un standard ERC20” (sur la blockchain Ethereum donc, sans aucune précision sur le pourquoi du comment, ce qui laisse supposer que la “blockchain de bitcoin en mieux” précédente ne ferait plus l’affaire. Bref, en tout cas un petit tour sur Etherscan permet de constater le non-événement et de constater l’ampleur du désastre : pas de transaction journalière, pas de valeur, un Total Supply de 100 millions de coins… Tracer l’historique des premiers mouvements permet de constater que la création du token Ethereum “Leocoin” date de la toute fin 2017, période où tout le monde semblait déjà avoir plus ou moins quitté le navire en laissant la lumière allumée… Fun fact pour finir sur le côté novateur et technologique de la chose et pour votre culture personnelle, sachez que coder un smart contract de ce type sur Ethereum doit coûter environ 500 euros, en voyant large. La grande classe pour une multinationale.
  • Comme nous ne sommes plus à un n’importe quoi près, le site présente sur son propre explorateur d’Etherscan…un autre token ! Le “LEOcoin” (notez la typographie différente), présentant lui un supply de 130 millions de jetons. Ce token n’est pas plus dynamique que son petit cousin avec ses 151 transactions et ses 51 adresses de détention. En revanche, il a été créé tout début avril 2019 : quelque chose me dit que ce token tout neuf va prochainement faire parler de lui !

Il semble qu’un début de quelque chose ait vaguement pointé le bout de son nez sous la franchise LEO Bank (c’était annoncé ici), mais comme attendu, entre les paroles et les actes il y a eu comme un imprévu… Même si la mise en avant frauduleuse de cette “banque” qui n’en a que le nom n’est sans doute pas terminée.

Dommage, le graphiste paraissait en progrès

Soyons complet en évoquant LEOCrowd et  LEOCoin Charity.

LEOCoin Charity est l’émanation supposément “humanitaire” de la galaxie LEO. Le site web dédié n’est plus à jour depuis 2014 et la page Facebook a été alimentée 2 fois en 3 ans. Petite “friandise“, les photos présentées de petits écoliers indiens (hypothétiquement soutenus par LEOCoin Charity donc) ont été “empruntées” à une autre ONG, réelle celle-ci, et active en Asie du Sud Est, The Library Project.

LEOCrowd se présente quant à elle comme une sorte de plateforme de crowdfunding (ou financement participatif). Les médias sociaux dédiés sont inactifs depuis mi-2018 et le site web ne m’inspire pas la moindre confiance non plus.  Une Illustration ? Des médias prestigieux sont mis en avant sur le site en tant que “partenaires” (on parle quand même de Bloomberg, de TheTelegraph ou de WeWork), ce qui bien évidemment est – au mieux – délirant. Après vérifications, serez-vous vraiment étonnés d’apprendre que “LEOCrowd est inconnu de leurs sites respectifs” ?

Oups

Cerise sur la pyramide : je vous présente le LFON4 ! Le smarphone de LEO, prêt à conquérir le monde ! Tremblez Samsung et Apple ! (Ah, on me dit dans l’oreillette que ladite conquête était prévue pour 2016 et semble avoir été… reportée ?).

Il y a quelqu’un ?

Le site “corporate” www.learnearnown.com semble à l’heure actuelle être l’espace le mieux tenu (le seul ?) d’un écosystème qui sent lourdement le renfermé, le délabrement et l’arnaque manifeste. Bonne nouvelle : sur ce site, tout est achetable ! Mais attention, pas en LEOCoin bien évidemment, seulement en Livres Sterling , soit en véritable monnaie s’il-vous-plait, si cela ne vous dérange pas, et avec les remerciements de la maison.

Par exemple, si vous avez envie d’un luxueux “Executive Trip” au Cambodge en juin 2019 (en compagnie de la Direction de LEO, dans un hôtel tout confort et en bénéficiant de “séminaires” sur le leadership), ce sera gratuit pour tout membre de niveau “Executive”! La grande classe. Seule condition pour bénéficier de ce voyage “gratuit” : s’acquitter de 1800 livres. Vous pouvez relire cette phrase, elle ne contient pas d’erreur.

À ce stade, j’ai une question simple : comment comprendre que les fondateurs du projet eux-mêmes n’aient pas suffisamment confiance en leur propre création monétaire (celle qui va disrupter la finance mondiale, rappelez-vous) pour l’accepter en tant que moyen de paiement principal sur leur propre site web ? Méditons la question quelques instants.

La proposition de valeur de LEOCoin

Sous l’angle Crypto

Pour la forme, faisons semblant un instant de croire que la “crypto” LEOCoin (ou LEO ou Leocoin, on ne sait plus trop) a vocation à réellement fonctionner et s’inscrit dans un vrai modèle économique, voici sa proposition de valeur :

  • Il semble que ce soit un modèle  POS “proof of stake” (dite preuve d’enjeu). En résumé, détenir une certaine quantité de coins génère des avantages et permettrait de participer au fonctionnement du réseau. Encore faudrait-il cependant que le réseau à proprement parler existe.
  • 28 000 LEOCoin seraient minés chaque jour. Pour autant, c’est ce qui était prévu au départ avec un total supply de… 1 milliard de coins.. Nous sommes donc très très loin des 100 ou 130 millions de supply actuellement aléatoirement mis en avant. Mais il s’agit probablement de simples détails dans le monde de la finance, non ?
  • 1000 à 5000 LEOCoin détenus = 10% de dividende/an ; 5000 à 15 000 = 15%… etc. Là encore, ces promesses sont pour le moins délirantes.
  • Classée 333e sur MarketCap avec une capitalisation totale d’un peu moins de 10 millions USD,
  • Cette “crypto” est présentée comme devant automatiquement prendre de la valeur chaque année (Alerte spoiler : PERSONNE ne pourra JAMAIS vous garantir une telle affirmation, quel que soit le contexte d’investissement).
  • Cette “monnaie” est censée être acceptée par des milliers de commerces (plus de 30 000 annoncés en 2017, “tous les utilisateurs de VISA” selon d’autres sources pour le moins louches) selon sa présentation officielle. Évidemment, en réalité, personne n’utilise de manière concrète ce token en avril 2019.
  • Elle est supposément échangeable sur de nombreuses plateformes cryptos, dont il est pourtant bien difficile de trouver une quelconque trace.
  • Si le coin n’est pas tradable et n’est pas le fruit d’une ICO, il s’obtient seulement auprès de l’entreprise émettrice, au moment de l’acquisition de “packs” dont le niveau – et le prix – conditionnent le nombre de LEOCoin distribués (au maximum 960 par an, ce qui équivaut à 77 euros au cours actuel, félicitations).

Pour plus de détails, n’hésitez pas à vous reporter aux 11 pages du Livre blanc du projet (d’un vide sidéral…) ou à l’annonce officielle de décembre 2015 sur le forum Bitcointalk.

Sous l’angle “Marketing de Réseau”

Capture d’écran de ce que vous pouvez acheter sur le site officiel. S’ensuit une course malsaine vers la revente vers une autre victime malheureuse.

Souscrire à des “packs (en plus de vous alléger de sommes variables, jusqu’à 2000 livres pour le “Gold Pack“) vous donnerait notamment accès à une plateforme online : CoreLine. Il y a une certaine cohérence, car, au final, au bout du processus,  après avoir multiplié les ambitions planétaires ou encore ambitionné de révolutionner le système monétaire global, LEO revient à ses premières amours : l’e-learning (#toutçapourça). Vous auriez ainsi le privilège d’accéder à la sainte parole de moult “coachs en développement personnel” et autres mentors en “leadership et conduite des affaires”... L’objectif de ces formations ? Vous rendre capable de vendre à votre tour les fameux packs proposés par LEO, ces ventes vous offrant des commissions, au même titre que celles de vos “filleuls”. La boucle du MLM frauduleux est bouclée.

Les mécanismes internes exacts sont le secret le mieux protégé de la couronne ! Il est cependant possible en recoupant les sources de définir les contours d’un système pyramidal dans toute sa splendeur, dépourvu de la moindre valeur ajoutée et qui laisse beaucoup de victimes du système au bord de la route, lessivées et honteuses d’avoir entraîné leurs familles et leurs proches dans cette galère (ce qui d’ailleurs représente la principale raison expliquant la relative rareté des dépôts de plainte).

Des centaines de blogs et de pages francophones reprennent la vieille soupe qui caractérise ce type de pyramide de Ponzi : nous nous passerons de les lier en source pour éviter de donner à ces sites la moindre visibilité supplémentaire, déjà bien suffisante dans cet article à titre informatif et pédagogique.

Un tableau dont la convivialité le dispute à la mise en confiance.

Ainsi, dans les grandes lignes, LEO vous proposerait :

  • De revendre des packs et de récupérer des commissions sur vos filleuls, les filleuls de vos filleuls, les filleuls de leurs filleuls, etc. (bref, vous avez compris).
  • “D’affilier des commerçants” pour les convaincre d’abandonner VISA au profit de la “solution de paiement” LEO. Félicitations, vous étiez déjà mal avec votre famille, vous venez de vous cramer auprès de votre boulanger en sus.
  • D’accéder pour 1 an à l’offre de e-learning interne à cette formation malhonnête, ce qui ressemble à peu près au seul “produit” réel au final, exclusivement en anglais bien évidemment.
  • De disposer d’une Mastercard à certaines conditions bien floues, puisque cette disposition prévue pour être développée dès 2017 n’a toujours pas pointé le bout de son nez.
  • De bénéficier de pleins de LEOCoins tout aussi inutiles les uns que les autres, associés aux “packs” précédemment cités.
  • De pouvoir “dépenser” les LEOCoins, notamment pour accéder à “de beaux voyages” grâce à un site dédié : LEOTravel, lequel redirige bravement à l’aide d’un lien affilié vers booking.com ! Bonne chance pour y dépenser vos cryptos !

LEOCoin, en résumé

LEOCoin, c’est pour vous si :

  • vous avez trop d’argent et souhaitez vous en soulagez pour acquérir des produits à 100 fois leur prix réel,
  • vous vous moquez bien de perdre vos quelques amis, le respect et la confiance de votre famille, et d’une manière générale du voisinage que vous allez harceler pendant un certain temps,
  • Vous ne voyez pas d’objection particulière à “tester quand même pour voir” une pyramide de Ponzi des familles, en dépit de l’unanime rejet international qu’il a déclenché depuis des années : le frelaté, c’est votre truc,
  • Vous ne comprenez rien aux cryptomonnaies (mais vous espérez faussement quand même devenir riche avec),

LEOCoin, vous ne serez pas client, et vous aurez raison, si vous adoptez quelques précautions d’usage, notamment :

  • Avant de dépenser votre argent, vous considérez comme utile de consacrer 25 minutes à quelques recherches sur Internet, notamment en vérifiant les mises en garde de l’AMF ou encore la liste d’alerte de CryptoFR,
  • Vous ne considérez pas l’esprit critique comme un défaut, spécialement quand on vous demande un gros paquet d’argent,
  • Vous considérez la blockchain et les crypto-actifs comme méritant mieux que de servir de nouveaux supports à la mode aux profits d’escrocs tout à fait traditionnels.

En résumé, et en un mot comme en cent : le LEOCoin, c’est un grand NON, mieux vaut vous en tenir loin, et ne pas y consacrer un centime. Restez toujours prudents dans vos investissements, et n’oubliez jamais : si une offre d’investissement vous paraît trop belle pour être vraie, c’est bien souvent parce qu’elle l’est.

PARTAGER
Hellmouth Banner
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies."Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

16 Commentaires

  1. Merci pour l’article. J’aimerais attirer votre attention sur dagcoin, une fameuse “crypto” venant de l’estonie qui se vend avec “succesfactory”, une entreprise MLM. ses équipes font des tournées dans le monde. Ça serait intéressant si vous faites un papier là dessus avant qu’elle ne récolte des milliards (si elle n’est pas legit)

  2. n’importe quoi leo est membre de la DSA, LEO c’est un très bon business. c’est pas toi un individu qui ne connais absolument rien de la cryptomonnaie qui pourra faire cet article. tu dois être jaloux de LEOCOIN. LEOCOIN c’est du lourd

    • Je valide ce riant commentaire, je trouve qu’il sert assez bien le fonds du propos de l’article 😉
      Si vous êtes simple utilisateur du bazar, ça matérialise bien le “profil type” du cœur de cible de ce type de “business”.
      Si vous êtes employé (aka: vous avez acheté des packs, et vous cherchez à recruter plus naïf que vous), je trouve que votre discours donne tout de suite envie de mieux vous connaitre, vous et votre produit !

  3. Bonjour Bentacour,

    Que l’entreprise LEO, qui fut créée avant LEOCoin, soit membre d’une DSA, c’est plutôt mauvais signe. D’ailleurs, quelle DSA ? Il ne s’agit pas de la DSA américaine, qui regroupe 125 entreprises douteuses, et qui a fait du lobbying durant plusieurs années afin de contraindre la Federal Trade Association (une ONG aux buts également douteux) d’exempter ses entreprises membres des régulations mises en place pour la protection des consommateurs.

    En se référant au site web de LEOCoin, nous voyons que l’entreprise LEO est membres de 4 DSA aux réputations sulfureuses : Angleterre, Irlande, Pakistan et Émirat Arabes Unis.

    Si le fait que LEO soit membre de ces ONG dangereuses, et ait propagé ses programmes de formation fantômes durant plusieurs années grâce au lobbying de ces organisations, vous inspire confiance, grand bien vous fasse : c’est votre problème. Vous semblez être adepte des méthodes de marketing de réseau qui exploitent la naïveté de la population afin d’enrichir les cadres qui sont au sommet de la pyramide (je rappelle que le fondateur de LEO est incriminé dans plusieurs affaires de pyramides de Ponzi – https://www.coindesk.com/bitcoin-alternative-leocoin-pyramid – et assigné à résidence au Pakistan), c’est votre choix.

    Il semble cependant que ce soit vous qui ne comprenez pas les cryptomonnaies. Le LEOCoin est un token ERC-20, pas une cryptomonnaie, dont je vous invite à aller voir le contrat sur Etherscan : https://etherscan.io/address/0xf97b5d65da6b0468b90d531ddae2a69843e6797d#code

    À la lecture des pauvres 300 lignes de codes du contrat, il apparaît facilement que cet ERC-20 correspond à un token fantôme, créé dans le seul but d’attirer plus de naïfs au sein de ce système pyramidal, qui je le répète, ne sert qu’à générer des profits en vendant à des âmes naïves les produits hors de prix d’une entreprise scélérate.

    Je vous conseille fortement de vous éloigner de ce projet avant qu’il ne soit trop tard. D’ailleurs, en faisant un tour rapide sur CoinMarketCap et en regardant son cours, vous vous apercevrez vite que même malgré la duperie, pas grand-monde ne l’achète.

  4. les gens gagnent sérieusement de l’argent à Leo. moi ma marraine à gagner 27000 euros de prime en 70 jours d’activité. c’est un gros business. dommage pour vous qui avait échoué à Leo

    • Mec putain j’ai ri comme jaja.
      Non, plus sérieusement, même réponse pour toi que pour les autres : on laisse passer ton commentaire pour illustrer par l’exemple comment fonctionne un système pyramidal, avec son lot de rabatteurs qui viennent raconter n’importe quoi.

      Maintenant on en a suffisamment, alors petit avertissement pour les prochains : ce sera modération directe, la bise certifiée AMF les copains de chez LEO 😘

  5. Si il y a des blaireaux assez débile pour penser que se faire des milliers d’euros sans rien faire.. alors ce n’est pas à ceux qui proposent l’arnaque de s’excuser.
    réunion tupperware, sextoys, developpement personnel et charge mentale.

    Ces embrouilles existent depuis 1920. les boulets qui mettent leur argent la dedans, ce sont eux les coupables.
    L’avidité est la cause.

    • Salut Oscar,

      Si le JDC paraît être un torchon aux yeux de gens comme toi, c’est qu’on fait bien notre boulot.
      Merci pour tes encouragements, ça nous va droit au cœur, et c’est grâce à ce genre de commentaires qu’on sait quand un article a atteint sa cible.

      Je te souhaite une magnifique soirée.

  6. Je suis MDR avec ces commentaires ! Sérieusement, arrêter de tomber dans ces arnaques de gogo. On ne peut pas devenir riche en étant idiot ! Arrêter de donner votre argent dans des shitcoins ! Pour bentacour et cie, lisez, apprenez NE FAITE PAS CONFIANCE A CEUX QUI VOUS PROMETTE DES FORTUNES EN NE FAISANT RIEN OU EN VENDANT DES PACKS DE MERDE ! Faites une DAPP, rédiger des articles sur des plateformes Eos, steem …ou bien investissez dans de vrai projet blockchain, 10 % de vos revenus tous les mois sur BTC, ETH, EOS, ADA, TEZOS, LTC, TEL, ZIL, ARK, ICX, STEEM…Sinon trouver un vrai travail ! Arrêter d’être naif !

  7. Cela me fait penser à FLASHMONI ou FLASH4PEOPLE, ou FLASH4PIGEON, je ne me rappelle pas bien mais c’est un marketing de réseau qui est orchestré par un gourou FABRICE KERHERVE qui a déjà sévi dans le domaine et PATRICK et SANDRA COLIN, drôle de ménage à trois. Enfin s’il y en a qui aiment se faire avoir, avec de l’or, des dollars, des roll, du DUBAI par ci DUBAI par là, des vrais jambons.

  8. JACQUES attention à Flashforpeople, il s’agit d’une Venture avec FLASHMONI qui était-elle même à prioris une grosse arnaque de grosse ampleur orchestrée par Serge Lobreau. Disparu de linkedin depuis
    En plus de l’apparence Douteuse du Fabrice, l’OZT a couté beaucoup à de nombreaux investisseurs particuliers
    Faites fort attention

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici