La crypto-city du rappeur Akon est-elle construite sur du sable ?

Trading du coin Recevez notre sélection de cryptos en surveillance

Une cité futuriste trop virtuelle ? – Rêver grand peut-être une chose très noble quand la vision est suivie de fait, ou au minimum d’une tentative. Dans le cas de l’Akon City, rêvée par le chanteur et producteur de RnB américain d’origine sénégalaise Akon, le fantasme semble rester à l'état evanescent. En effet, plus d’un an et demi après l’annonce de l’accord de la star avec les autorités du Sénégal pour construire cette « crypto-cité du futur », rien n’a bougé.

Akon City : une oasis futuriste qui ne serait qu’un mirage ?

La vision d’Alioune Badara Thiam, alias Akon, était pharaonique : construire au Sénégal une très futuriste smart city (ville intelligente), “sobrement” appelée Akon City, avec un budget colossal estimé à plusieurs milliards de dollars.

Cette dernière devait fonctionner en se basant sur une cryptomonnaie, elle aussi sortie de l’esprit fertile de la star : le Akoin (AKN) – mais non voyons, ce n’est pas de la mégalomanie.

Si les représentants du gouvernement sénégalais avaient signé avec enthousiasme cet accord avec Akon en janvier 2020, le constat est amer, 20 mois plus tard.

Comme le rapporte l’Agence France Presse (AFP), depuis le 31 août 2020, lorsque le chanteur a posé la première pierre de la future Akon City, plus rien ne s’est produit (si ce n’est l’herbe qui a poussé autour du petit bloc de béton, bien solitaire).

La première pierre d’Akon City sera-t-elle également la dernière ? – Source : AFP

>> Le Bitcoin fluctue, c'est aussi pour ça qu'on l'aime ! Embarquez sur la plateforme de référence FTX <<

Un simple retard au démarrage ? L'espoir fait vivre

Interrogé par l’AFP, un représentant local du secteur du tourisme explique que la situation semble au point mort :

« Ils ont posé la première pierre avec beaucoup de discours et de promesses (…) mais par rapport à tout ce qui a été annoncé, je constate que nous n'avons pas encore vu grand-chose. ».

Le village de Mbodiene, où doit être édifié la cité futuriste, ressemble pour l’instant toujours à un paisible petit hameau africain, sans la moindre trace de début de travaux, au moins de terrassement, qu’on pourrait attendre vu les ambitions affichées.

En effet, d’ici 2023, plusieurs bâtiments devraient déjà être achevés : un hôpital, une école, un centre commercial, des maisons, un commissariat de police, un centre de traitement des déchets, et même une centrale solaire. Akon City devant être entièrement achevée pour 2030, selon les plans initiaux.

Le maire adjoint de la commune de Mbodiene, a déclaré à l’AFP qu'il ne connaissait pas la raison du retard, même s’il espère toujours que « les choses avancent », au vu des potentielles retombées économiques et des emplois qu’un tel projet engendrerait. Un début réel des travaux leur est par ailleurs promis pour ce mois d'octobre 2021.

Il faudrait en effet que les choses s’activent enfin, car en avril dernier, alors que la deuxième pierre de l’Akon City N°1 n’a toujours pas été posée, le chanteur star a déclaré vouloir bâtir une Akon City N°2, en Ouganda cette fois. Bien sûr, la crypto Akoin y serait également la monnaie officielle. Espérons que ces projets finissent bien par se réaliser concrètement, et qu’ils ne créent pas de faux espoirs pour les populations locales.

Que votre cœur balance pour Bitcoin ou que vous soyez in love d'Ethereum, les deux devises reines du marketcap (et beaucoup d'autres) vous attendent sur la plateforme FTX. Et en allant vous inscrire sur cet exchange crypto de référence, une réduction à vie sur vos frais de trading vous attend grâce au lien affilié du JDC.

Auteur

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Toute l’actualité des cryptomonnaies, analyses, vidéos et guides.

Copyright © 2017-2021 8Decimals - Tous droits réservés.

PARTAGER