Christine Lagarde euro numérique banque centrale

Christine Lagarde : l’euro numérique ne remplacera pas le cash

Trading du CoinTrading du Coin
4.2
(11)

Vers l’euro numérique – Christine Lagarde s’est adressée en début de semaine à l’Assemblée parlementaire franco-allemande. La présidente de la Banque centrale européenne a précisé sa vision de l’euro numérique.

La monnaie numérique européenne : un complément au cash

L’Assemblée parlementaire franco-allemande est une institution binationale, comportant 50 membres du Bundestag et 50 membres de l’Assemblée nationale. Lors de son discours du lundi 21 septembre, Christine Lagarde a tenu à rassurer son auditoire.

« L’Europe sera forgée dans les crises, et sera la somme des solutions adoptées pour ces crises. » Jean Monnet

Ainsi, selon Christine Lagarde, la crise du COVID-19 est une opportunité pour renforcer l’Union européenne. Après avoir fièrement défendu le pandemic emergency purchase programme (PEPP), c’est-à-dire l’injection de 1350 milliards d’euros de liquidités dans le système, la présidente de la Banque centrale a donné sa vision de la future CBDC européenne.

Elle assure que l’Europe bénéficiera grandement de l’arrivée d’une monnaie numérique.

« Nous explorons les avantages, les risques et les défis opérationnels liés à l’introduction d’un euro numérique. »

Cette monnaie numérique de banque centrale ne remplacera pas l’argent liquide. Elle en sera un complément et concurrencera les cryptomonnaies.

« Un euro numérique pourrait être un complément, et non un substitut, des espèces. Il pourrait offrir une alternative aux monnaies numériques privées et garantir que la monnaie souveraine reste au cœur des systèmes de paiement européens. »

La course aux monnaies numériques de banques centrales

L’Union européenne avance prudemment, malgré la pression de la Banque centrale hollandaise. En effet, les questions de la cybersécurité et de la protection des données ne seront pas éludées.

En juillet, la Banque de France a annoncé la liste des 8 candidats retenus pour ses expérimentations sur l’euro numérique.

Et comme nous l’avons appris plus tôt en septembre, Forge, la filiale de la Société Générale dédiée aux titres financiers numériques (security tokens) a choisi la blockchain française Tezos pour mener ses tests.

Les marchés attendaient sans doute l’annonce d’un assouplissement quantitatif de plus. Ils devront se contenter d’un taux négatif à – 1% pour les banques. La CBDC européenne sera l’occasion de renforcer les systèmes de paiements au sein de l’Union, selon Lagarde. Ainsi, “la pandémie est l’occasion d’accélérer la mise en place d’un Marché Numérique Unique (Digital Single Market).”

Ce discours sur la monnaie numérique de banque centrale à l’européenne fait écho aux déclarations de la Banque populaire de Chine. En tant que première économie à avoir traversé la crise, la Chine a ralenti les rotatives de sa planche à billets et compte déployer sa CBDC au plus vite.

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 4.2 / 5. Nombre de votes : 11

Pas encore de votes ! Soyez le premier à noter cet article.

Morgan Phuc
Co-fondateur de BitConseil et du Journal du Coin

1 COMMENTAIRE

  1. Les avantages avec du e-cash: accessible h24, pas de frais inutiles, pas besoin des banques, traçable, biométriquement compatible, moins cher à produire, auditable, possibilité de voter et d’étendre des données.

    Inconvénient: aurevoir la vie privée, permet donc de faire des études très ciblés, toute la technologie repose sur l’énergie jusqu’en bout de chaine, dépendant de matériaux (périphériques) connectés, confiance ouverte obligatoire: connexions internet tcp/ip communiquant des transactions qui passent obligatoirement par les cables sous-marin Chinois et Américains = pas sécurisant géostratégiquement parlant (Niv4&5).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici