Carrefour se lance dans l’immobilier virtuel du métavers The Sandbox (SAND)

Shopping virtuel ? – Décidément, chaque jour les métaversces fameux mondes virtuels – semblent attirer de plus en plus de secteurs d’activité, y compris parmi ceux auxquels on n’aurait pas forcément pensé. Après un dépôt de brevet sur le sujet déposé par le géant américain Walmart, voilà que c’est le groupe français Carrefour qui se met à acheter des terrains virtuels dans le métavers de The Sandbox (SAND).

Faire ses courses à Carrefour dans The Sandbox ?

Le groupe Carrefour semble s’intéresser de près à l’univers des technologies blockchains, et plus précisément à son nouveau secteur des métavers. Comme le rapporte notamment le site Numerama, le géant français de la grande distribution a annoncé avoir acheté une des parcelles de terrain virtuel, appelées « LAND », dans le monde numérique du projet The Sandbox.

C’est d’abord Élodie Perthuisot, responsable e-commerce et transformation numérique de Carrefour, qui a annoncé la nouvelle sur Twitter, avant que ces propos soient confirmés par le PDG du groupe en personne – Alexandre Bompard.

Carrefour débarque dans The Sandbox
Compte Twitter @bompard

La parcelle, pour l’instant encore vierge, que Carrefour vient d’acquérir se trouve aux coordonnées 33,147 du métavers. Hormis l’aspect coup marketing de participer à une tendance en vogue, il est encore difficile de savoir ce que fera le groupe de supermarchés de cet espace, au-delà donc de la simple publicité par sa présence.

De nombreuses marques et sociétés souhaitent en tout cas avoir leur place virtuelle dans le métavers de The Sandbox. Il y a un mois, c’est par exemple le grand cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers (PwC) qui achetait un LAND dans ce nouveau monde numérique porté par la société Animoca Brands.

C’est désormais toute l’économie dite « traditionnelle » qui se met en ordre de bataille pour profiter des potentialités de Bitcoin et des cryptomonnaies. Et vous ? N’attendez plus pour vous inscrire sur l’exchange crypto de référence FTX. Une réduction à vie de vos frais de trading vous y attend grâce au lien affilié du JDC.

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour