Révélations sur les caisses noires de Terra (LUNA) – Sur la piste de 3.6 milliards disparus

Le linge sale de Terra enfin dévoilé ? – Le crash de l’écosystème Terra (LUNA) a fait trembler la cryptosphère. Il a également ouvert la saison d’un hiver crypto qui semble s’annoncer glacial. Très vite, les soupçons ont pesé sur Do Kwon, figure emblématique du réseau déchu. Face à une gestion de crise critiquée et critiquable, les premières enquêtes menées par les gendarmes de la blockchain et par les régulateurs internationaux ont montré que 3,6 milliards de dollars, en Bitcoin, manquaient dans les comptes. Paradoxalement, la Luna Foundation Guard ne possédait alors officiellement plus que 90 millions de dollars. Dès lors, nombreux sont ceux qui ont enquêté. C’est le cas d’Uppsala Security, société de sécurité blockchain qui a travaillé de concert avec Coindesk Korea. Explications !

Une enquête sur Terra : des activités suspectes révélées

Du côté des suspects, il faut bien distinguer Terraform Labs, qui représente le réseau Terra, et la Luna Foudation Guard (LFG), organisation à but non lucratif qui a pour but de garder une réserve de cryptomonnaies pour préserver l’ancrage de l’UST en cas de déflation.

Les analyses on-chain ont alors révélé que les portefeuilles détenus et contrôlés par TerraForm Labs et la Luna Foundation Guard (LFG) détenaient d’importantes sommes opaques et non justifiées. Ces sommes non identifiées s’élèveraient à 3,6 milliards de dollars en stablecoins (UST et USDT).

De premiers indices montrant des malversations sont apparus, dès les 6 et 7 mai, soit juste avant le crash. En effet, ce jour-là, 300 millions d’USDT ont été déposés dans le portefeuille d’échange identifié par les enquêteurs, comme le portefeuille dit principal de la LFG (0x8d47f08ebc5554504742f547eb721a43d4947d0a). Ce portefeuille serait alors le point de départ de l’effondrement de l’écosystème. Ces fonds se sont envolés vers un portefeuille Binance qui a ensuite dispatché la somme.

>> Vous cherchez une plateforme crypto dûment régulée ? Inscrivez-vous sur Binance (lien affilié) <<

Terra et la LFG : 3 portefeuilles suspects

Dès le départ, la chasse au trésor a été faussée. En effet, le rapport confirme que les historiques des transactions ne sont pas transparents. Pour faire simple, 3 portefeuilles sont en lien avec le portefeuille principal que nous évoquions.

Un premier portefeuille Binance (0x21ec2dbb3bfd2210a84bbc924466a70becddd572), identifié comme un portefeuille de Terraform Labs, a reçu du portefeuille de la LFG 3,6 milliards de dollars. Cette somme a été dispatchée sur 9 portefeuilles entre le 17 novembre 2021 et le 5 février 2022.

Un second portefeuille, sur la DeFi (0xa046a8660e66d178ee07ec97c585eeb6aa18c26c) cette fois-ci, s’est vu déposer des stablescoins sur des services, tels qu’Abracadabra et Curve, en échange de MiM et d’autres rendements en stablecoins. Depuis ce portefeuille, ce sont ainsi plusieurs millions d’USDT qui ont été ensuite dispatchés sur divers échanges ( Huobi, OKX etc… )

Un troisième portefeuille a également été trouvé sur Binance, en lien avec la blockchain Terra, il est lui aussi étudié par les enquêteurs (terra1ncjg4a59x2pgvqy9qjyqprlj8lrwshm0wleht5, note : 100055002).

Rapport d'Uppsala sécurité concernant les données on-chain des portefeuilles Terra Luna et LFG
CoinDesk Korea et Uppsala Security enquêtent sur la blockchain – Source : CoinDesk Korea et Uppsala Security

Un rapport qui confirme les soupçons de détournement de fonds

Toujours d’après le rapport, ces fonds sont utilisés pour manipuler les prix sur la DeFi. En outre, les services DeFi permettent de profiter de rendements juteux. Dans la pratique, il faut garder en tête que les plans des sociétés doivent être transparents. Les transferts et les swaps, devraient être écrits dans le white paper ou bien annoncés, ce qui ici n’est pas le cas.

Pour que l’enquête se poursuive, il faudra que Binance, Coinbase Huiobi ou encore KuCoin collabore. Le CEO d’Uppsala Security, Patrick Kim (Hyung-woo Kim), a déclaré :

« Le fait que Terraform Labs ait déposé des milliards et des milliards de dollars d’USDT dans des exchanges juste avant la crise de Terra signifie que l’argent peut avoir été utilisé pour manipuler les marchés ou pour blanchir de l’argent. (…) Pour confirmer cela, les autorités d’enquête doivent vérifier les données internes des exchanges centralisés, tels que Binance, Coinbase, Huobi et KuCoin. »

L’affaire Terra continue donc de faire couler de l’encre. Cependant, certaines questions se posent quant à la divulgation d’informations détenues par des exchanges centralisés, tels que Binance et Huobi. Accepteront-ils de coopérer et de divulguer des données qui ne sont connues normalement que par la blockchain ? Si l’on prend l’exemple de Binance, ce ne serait pas la première fois que celui-ci aide une enquête on-chain.

L’effondrement de Terra vous semble lunaire ? Retrouvez un environnement serein pour trader vos bitcoins. Courez vous inscrire sur Binance, LA référence absolue des plateformes crypto (lien affilié).

Magali

De simple lectrice en 2017 à rédactrice depuis janvier 2022, j'allie maintenant l'écriture à mes connaissances à travers mes articles pour Le Journal du Coin. Mon seul but est celui de vous informer sur l'univers de demain : celui de la blockchain, des cryptomonnaies, des NFT et du metaverse. Persuadée que Bitcoin est une révolution, j'entends participer à la vulgarisation de notre écosystème.

Recevez un condensé d'information chaque jour