Bitcoin-BTC futures

Bitcoin : qu’est-ce qu’un contrat à terme ?

De plus en plus d’institutions financières commencent à ajouter des produits financiers sur Bitcoin. On citera par exemple le NASDAQ, le CME Group ou encore le CBOE, qui ont annoncé ajouter des contrats à terme sur Bitcoin à leurs places de marché. Ces annonces ont fait beaucoup de bruit, laissant entrevoir un nouveau paradigme financier pour Bitcoin. Cependant, le fonctionnement des produits dérivés n’est pas des plus aisé, et aujourd’hui, nous allons tenter de comprendre le fonctionnement des contrats à terme.

Des contrats à terme sur Bitcoin ?

Le contrat à terme ou future contract, permet de miser sur l’évolution positive ou négative du prix de l’actif sous-jacent. En l’occurrence, l’actif sous-jacent aux contrats à terme dont nous allons parler est le Bitcoin.

contrat à terme

Un peu d’histoire

Les contrats à terme sont apparu au XIX siècle au États Unis sur le marché des matières premières. Ils permettaient aux producteurs de définir un prix de vente pour leur récolte.

  • Si le prix de la matière première vendu augmentait, le producteur était perdant.
  • En revanche, si le prix de la matière première vendu diminuait, le producteur était gagnant.

Originellement, les contrats à terme permettaient ainsi aux producteurs de se protéger de la variation des prix sur les marchés, en anticipant le prix de vente d’une récolte dans un contrat à terme.

Les contrats à terme sont aujourd’hui le premier instrument financier tradé en terme de volumes, plusieurs milliards de dollars par jour. La dernière étape de l’évolution de ces contrats est leur application à Bitcoin.

Un peu de vocabulaire

Pour bien comprendre, il va falloir jouer avec plusieurs notions :

  • le sous-jacent : l’actif que l’on s’engage à acheter ou à vendre. Dans notre cas, il s’agit du Bitcoin.
  • le terme ou échéance : la date à laquelle on s’engage à réaliser l’opération
  • le prix : c’est le montant pour lequel on s’engage à vendre ou à acheter le sous-jacent.
  • le tick : la variation minimale du prix
  • la cotation : exprimé en euros
  • la quantité : nombre minimum d’actif

Les règles de négociation Euronext, qui régissent la plupart des instruments financiers au niveau européen les définissent comme :

« l’engagement, à un prix et à une date déterminés ; – pour l’acheteur de prendre livraison et de régler l’actif sous-jacent, – pour le vendeur de livrer et de recevoir le règlement de l’actif sous-jacent ».

L’avantage que présente ce contrat est qu’il permet de vendre ou acheter un actif à un prix déterminé à l’avance. 

Bitcoin-first-1

Comment fonctionne un contrat à terme ?

Acheteur ou vendeur de contrat à terme

Il existe deux façons de se positionner par rapport à un contrat à terme.

  • Le trader peut vouloir vendre le contrat, il prend une position courte. Il spécule donc sur une baisse du prix du Bitcoin ;
  • À l’inverse, le trader peut vouloir acheter ce contrat, il prend une position longue. Cette position permet de miser sur une hausse du cours du Bitcoin.

Pour illustrer nos propos nous allons prendre l’exemple des contrats proposé par le CBOE lors du lancement. Selon la CNBC, le contrat le plus tradé à l’ouverture était celui arrivant à terme le 17 janvier 2018. Notre exemple se basera sur un contrat portant sur 3 bitcoins et arrivant à terme le 17 janvier 2018. À l’heure du lancement des futures le prix du Bitcoin avoisinait 15 000$, notre contrat vaut donc 45 000 $ (3*15 000). Au terme de celui-ci, le 17 janvier 2018, la personne possédant le contrat se verra délivrer 3 bitcoins à 15 000 $ l’unité peu importe le cours du Bitcoin.

Dépôt de garantie et tick

Notre trader a donc acheté un contrat à terme dont le sous-jacent est 3 bitcoins valant 45 000$ au total. Avant de devenir propriétaire du contrat, il devra verser un dépôt de garantie au CBOE. La valeur du dépôt de garantie correspond à 10% de la valeur du contrat, dans notre cas 4 500$ (45 000 x 10%). Une fois le dépôt fait, le trader prend une position longue, il mise sur la hausse du cours du Bitcoin par rapport au prix d’achat (15 000$).

Chaque bourse fixe son tick, le CBOE a fixé le sien à 10$, ce qui signifie que les variations à la hausse ou à la baisse de moins de 10$ ne seront donc pas prises en comptes. Donc ces variations inférieures au tick, n’entraînent ni perte, ni gain. Si le prix du Bitcoin augmente de 5 ticks donc de 50$ (510$), le trader possédant un contrat sur 3 bitcoins gagne 30$ par tick (310) , donc 150$ (3*50). Si le cours chute de 50$, de la même manière le trader perdra 150$.

Fed-usa-bitcoin

L’encadrement des fluctuations du prix

Chaque acteur financier va établir une amplitude maximale de fluctuation quotidienne, au-delà de laquelle le marché est automatiquement interrompu. On parle de :

  • limit up si c’est une hausse ;
  • limit down si c’est une baisse.

Le CBOE a posé deux limites 10% et 20%.

  • Lorsque le prix évoluera de 10 % par rapport au prix de clôture de la veille, le marché sera interrompu pendant 2 minutes ;
  • Si le même jour le prix évolue de plus de 20% le marché sera interrompu pendant 5 minutes. Enfin, l’Exchange se réserve le droit d’interrompre le trading pour une durée indéterminée si la limite de 20% est dépassée.

Par ces mesures, le CBOE veut limiter la frénésie qui s’empare des traders lors des fluctuations importantes du marché. En effet, une variation de plus de 20% peut amener les traders à vendre compulsivement leurs actifs de peur de subir des pertes définitives. Des ventes soudaine d’importants volumes de contrats pourrait avoir un impact négatif sur le cours du Bitcoin. La pratique des limit up et limit down est commune à tous les futures.

Toutefois, chaque exchange fixe ses limites et leurs conséquences sur le trading. Par exemple, le CME Group a établi que pour ses contrats, lorsque la limite des 20% est atteinte le trading sera interrompu pour toute la journée.

Pourquoi faire des contrats à terme sur Bitcoin ?

Pour bien comprendre ce mécanisme, il faut retenir que le trader, pour acquérir le contrat d’une valeur de 45 000$ n’a du déposer que 4 500$. On peut voir les futures comme des prêts de la part de l’exchange qui joue l’intermédiaire entre acheteurs et vendeurs. En effet, on investit 10 fois moins que la valeur réelle du sous-jacent, le contrat applique donc un ratio de 10 à toutes nos pertes et gains. Vous avez ici le parfait exemple de ce que l’on nomme l’effet levier.

Reprenons notre exemple sur le contrat de 45 000 $ arrivant à échéance le 17 janvier 2018. Si le prix du Bitcoin a augmenté de 10% au 17 janvier 2018, le trader gagne 4500$ (45 000 x 10% = 4 500). Par conséquent, notre trader a donc gagné 100% de son dépôt initial et a doublé sa mise. Le trader se retrouve donc avec 9000$ alors que s’il s’était contenté d’acheter des bitcoins avec la même somme, il aurait 4500 + (4500*10%) soit 4 950$.

Au contraire, si le prix du Bitcoin baisse de 20% alors notre trader aura perdu 120 % de son dépôt de garantie. Son dépôt de garantie ne sera donc pas suffisant pour couvrir ses pertes, et il aura une dette de 4500$ envers le CBOE. Ici, le contrat à terme prévoit un appel de marge (ou Margins call en anglais). Le but de l’appel de marge est de reconstituer le dépôt initial qui a été entamé par la baisse du cours de l’actif.

Le mot de la fin

BitcoinFinalement, le contrat à terme, est un instrument financier particulièrement intéressant. En effet, il permet au traders de bénéficier de ce que l’on nomme en droit et en finance un effet levier. Ce terme désigne toutes les techniques permettant de multiplier les pertes et profits. L’arrivée des contrats à terme sur Bitcoin annonce les prémisses d’un nouveau paradigme financier, celui de l’acceptation des cryptomonnaies comme des produits financiers classiques, qui peut-être un jour, se démocratiseront au point d’être utilisables dans tous les commerces.

Images from Shutterstock.com

Restez connecté à l'actualité
Qui d'autre veut recevoir un résumé de l'actualité des dernières 24h chaque matin ?
PARTAGER
Juriste spécialisé en droit des affaires, je suis passionné par les cryptomonnaies depuis leur apparition sur le Deepweb. Fervent supporter du Bitcoin, je suis convaincu que les devises numériques joueront un rôle déterminant dans l'avenir de nos sociétés. Je m'intéresse tout particulièrement aux aspects financiers et législatifs des cryptomonnaies.

10 Commentaires

  1. En tant que néophyte, j’ai plutôt bien compris.

    Je pense qu’il manque le symbole de multiplication à certains endroits dans l’explication sur le tick.

    J’aurais 2 questions :
    1) Dans le cas de notre trader, devra-t-il également verser le 17 janvier les 40500 € restants ? Il s’était engagé à acheter pour 45000 € de BTC et n’a versé qu’un acompte de 4500 €. Pour moi, il doit encore verser la somme restant dû au 17 janvier, soit 40500 €. Ce qui veut dire qu’il ne suffit pas d’avoir 4500 € de côté pour réaliser cette opération financière. Il faut avoir la totalité des 45000 € dès le départ. Pour l’individu lambda, ça change tout.
    OU
    Est-ce que 17 janvier, les Bitcoin sont illico convertis en € par la plate-forme CBOE et c’est elle qui payera le vendeur-détenteur des 3 BTC sans demander à l’acheteur-trader de le faire ?

    2) Quand le prix a dépassé le tick, est-ce que celui-ci est inclus ou pas ? Si le prix a atteint 15 €, considère-t-on uniquement les 5€ au-dessus de 10€ ou considère-t-on l’ensemble 10 + 5 = 15€ ?

    Merci.

    • Bonjour Yoms,

      Merci de tes questions.

      Premièrement, notre trader n’aura pas à verser le 40 500 $ restant. Il n’a à verser plus que son dépôt de garantie que lorsque le cours baisse, et donc entame le dépôt. C’est là tout l’intérêt du contrat à terme, l’effet levier limite l’investissement nécessaire.

      Deuxièmement, au 17 janvier 2018 notre trader reçoit 3 Bitcoin, avec lesquels il fait ce qu’il désire. Il peut les conserver ou les vendre à un exchanges. De plus, le trader peut prendre une position courte et vendre ses Bitcoins via un contrat à terme, si il pense que le cours du Bitcoin va diminuer après le 17 janvier 2018.

  2. […] Cette nouvelle a fait beaucoup de bruit et a été reprise par la quasi-totalité des médias crypto. Toutefois, il nous semble important de souligner que le projet d’ICE reste quelque peu flou et sera très certainement réservé aux investisseurs de haut vol. Enfin, ce projet fait écho à l’annonce de Goldman Sachs plus tôt cette semaine qui entend lancer des contrats à terme. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici