NFT : Yat Siu, CEO d’Animoca Brands fait l’éloge de la propriété numérique

Mon web, mes données – Le cofondateur d’Animoca Brands, Yat Siu, défend la cause des droits de propriété numérique, avec des métavers et des tokens non fongibles (NFT) qui seraient promis à un bel avenir en Asie.

Le web3 en libérateur des internautes

Le web 3 mettra fin à la « colonisation numérique ». Yat Siu s’est exprimé sur l’importance des droits de propriété numérique, lors de la Korean Blockchain Week 2022.

Le discours tourne autour des enjeux du contrôle des données personnelles, qui constituent la manne des géants du web2. Les mastodontes, à l’instar de Google et de Meta, ont bâti leur empire en exploitant ces données qui « sont la ressource des métriques ».

Yat Siu place ses espoirs de liberté dans le web3, qui est censé délivrer les « dépendants numériques » que nous sommes, de l’emprise de ces titans du web2. Les applications décentralisées basées sur la blockchain devraient théoriquement permettre à tout un chacun de se réapproprier la propriété de ses données sur internet.

>> Vous êtes crypto friendly ? Inscrivez vous sur la plateforme FTX  (lien commercial) <<

NFT : Richesse réelle et droits de propriété virtuels

Yat Siu illustre l’importance des droits de propriété numérique, en laissant entrevoir les richesses potentielles qu’ils peuvent générer. Il a notamment souligné la corrélation qui existe entre l’indice international des droits de propriété (IPRI) et le Produit intérieur brut (PIB).

Les pays où les droits de propriété sont quasiment inexistants se situent dans la tranche inférieure des 20 %, en termes de PIB. A contrario, les résidents de la Corée du Sud, des États-Unis, du Japon ou des pays européens, « jouissent de droits de propriété très, très élevés ».

À l’instar des droits de propriété sur les biens physiques, leurs équivalents numériques disposeraient ainsi de la même capacité à influer positivement sur le PIB d’un pays.

L’Asie : terreau fertile pour le métavers et les NFT

L’avenir du web3 et de la capitalisation des droits de propriété numérique serait en Asie. Yat Siu défend cette thèse en évoquant le temps passé sur internet sur le continent, qui serait supérieur à celui des autres. L’Asie disposerait, de surcroit, d’une marge de croissance, eu égard du taux de pénétration de l’internet qui s’élèverait à 67 % sur le continent, contre « près de 100 % en Occident ».

Yat Siu évoque un autre argument qui plaide en faveur de l’Asie. La perception des métavers, des jeux décentralisés, et des NFT, y seraient plus positifs, qu’en Occident.

Le web3 qui nous sauvera tous : certains y croient, d’autres sont probablement plus sceptiques. Jack Dorsey lui, imagine déjà le web5.

Pas nécessairement envie de secouer la tête dans tous les sens en vociférant « No futur !! » ? Vous pouvez aussi faire le choix de la tranquillité et vous immerger dans le monde des cryptomonnaies en douceur en venant échanger vos premiers bitcoins sur la plateforme FTX. En vous inscrivant sur FTX via ce lien commercial au JDC, vous bénéficierez en outre d’une réduction à vie sur les frais de trading.

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour