NFT en première page : le Parisien fait la Une dans le Web3

Fondé en 1944 sous la forme d’une coopérative ouvrière, le journal quotidien français Le Parisien se nomme pendant un temps «Le Parisien libéré». Aujourd’hui, il met le pied à l’étrier afin de rejoindre la révolution de la propriété numérique qui se propage à toute allure sous nos yeux. En témoigne sa récente initiative nommée Crypto-unes, visant à tokeniser sous la forme de NFT (non-fungible token) les “unes” les plus emblématiques parues dans le journal depuis 1945. Il permet à ses lecteurs ainsi qu’aux collectionneurs en tout genre de jouir d’avantages dédiés, et d’aller un peu plus loin dans l’expérience des prémices de la presse dans l’univers Web3.

Le Journal du Coin vous propose cet article promotionnel en collaboration avec Le Parisien.

Le NFT : porte d’entrée du web décentralisé

Ainsi, Le Parisien lance sa première collection de NFT, et le mint public est imminent. Dès ce jeudi 27 octobre, 16 heures CET, il sera en effet possible de générer de façon publique et aléatoire l’une des couvertures sélectionnées par la rédaction. De véritables condensés d’histoire présentant de manière imagée et désormais numérique les événements les plus marquants depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Au total, 1000 NFT seront donc accessibles aux futurs acquéreurs. Ces versions numériques de couvertures de journal physique possèderont un niveau variable de rareté. Il leur sera attribué de façon arbitraire lors du mint, tout en respectant l’émission prévue par le projet. À chaque “une” historique correspondront 10 NFT : 6 exemplaires communs, 3 exemples rares et un dernier exemplaire unique qui aura la particularité d’être animé. Du degré de rareté découleront les nombreuses utilités communautaires associées.

Le quotidien Le Parisien lance sa collection de NFT tirée de couvertures emblématiques de ces 80 dernières années, et fait son entrée dans le web3 grace à la technologie blockchain
Avec ses NFT, le Parisien entre de plein pied dans l’ère du Web3

Option WalletConnect : une première mondiale

Le jour du mint, pour recevoir votre NFT “Crypto-Unes”, il sera donc possible de connecter son wallet personnel, par exemple MetaMask. Cette fonctionnalité jouit d’un trés bon accueil puisqu’elle permet d’obtenir le précieux sésame numérique directement dans un portefeuille numérique personnel. Mais Le Parisien a décidé d’aller encore plus loin. En effet, le quotidien prend l’initiative d’une première mondiale dans l’identification et l’accès à un compte personnel. L’innovation WalletConnect est ainsi disponible sur le site dans son ensemble. Elle permet aux détenteurs de NFT d’accéder à l’ensemble du contenu proposé par la simple identification de leur adresse publique.

Notons que les 500 premiers acheteurs bénéficieront d’avantages exclusifs non dévoilés pour le moment. Le Parisien aura finalement opté pour Ethereum comme registre distribué afin d’héberger ses NFT. En effet, le 2e réseau blockchain mondial totalise à lui seul 95% de l’activité NFT. Une garantie quant à la sécurisation, la pérennité et la liquidité dans l’éventualité d’une revente future de ces précieux témoignages historiques numérisés. Le groupe LVMH, propriétaire du journal développe pour l’occasion une marketplace nommée Aura afin de réaliser le mint.

Les couvertures les plus emblématiques de ces 75 dernières années seront numérisées sous forme de NFT émis sur la blockchain Ethereum ce jeudi 27 octobre
De véritables morceaux d’histoire à acquérir au format NFT ce jeudi 27 octobre 2022

Presse et NFT, une symbiose naturelle qui profite à tous 

C’est ainsi que les détenteurs de NFT pourront s’identifier afin de profiter de leurs multiples attributions. On y trouve notamment :

  • Un abonnement au journal Le Parisien dont la durée de validité dépend de la rareté du NFT. 12 mois si NFT commun, 18 mois si rare, 24 mois si unique.
  • La participation au développement de contenu relatif au Web3 au sein de la rédaction via une future rubrique dédiée
  • Des échanges avec les journalistes
  • Des évènements réservés aux détenteurs.

Ainsi, Le Parisien accueillera à bras ouverts la plus-value apportée par les cryptophiles souhaitant contribuer à la démocratisation de la technologie blockchain à travers les médias. Sa ligne éditoriale s’enrichira progressivement de contenu dédié aux cryptoactifs et au développement du Web3 dans son ensemble.

Le Parisien se place donc en position avant-gardiste parmi les principaux médias d’actualité en France vis-à-vis des NFT. Le célèbre quotidien affirme ainsi son souhait de s’engager durablement dans l’écosystème sous-tendu par les technologies blockchain. Ce premier pas original dans le monde du Web3 que constitue les Crypto-unes semble prometteur. Nous l’espérons vecteur d’initiatives similaires qui profiteront au plus grand nombre à l’avenir. Si vous n’avez pas pu vous inscrire pour la prévente du 26, vous pouvez tout de même faire partie des pionniers qui pourront prétendre dès ce jeudi 27 octobre à leur part d’histoire. Pour ce faire, veillez à vous connecter sur le site un peu avant 16 heure, il n’y en aura pas pour tout le monde.

Tristan A

Issu du milieu médical, j’ai découvert les protocoles Bitcoin et Ethereum durant l’année 2017. Électrisé par cette révolution technologique en expansion, principalement du fait des propriétés de décentralisation et d'émancipation des tiers de confiance qu’elle tend à développer, je n’ai cessé depuis d’y accorder une grande partie de mon temps libre et souhaite pouvoir contribuer positivement à son développement.

Recevez un condensé d'information chaque jour