NFT : un CryptoPunk vendu un demi-milliard de dollars – Attention au record à deux balles !

Faux record, vraie manipulation ? – Le secteur en pleine expansion des tokens non fongibles (NFT), voit parfois des records de prix hallucinants. La série des CryptoPunks, créée en 2017, fait partie des NFT qui s’arrachent le plus, à tel point que même le géant des cartes bancaires Visa en a acheté un. Mais le dernier record en date réalisé par un de ces tokens semble surtout être une bonne grosse manipulation à base de flash loan.

532 millions de dollars le CryptoPunk ? Oui… mais non

Les CryptoPunks sont des petites images simplistes de visage de seulement 24 par 24 pixels, mais elles se vendent à des prix se chiffrant en millions de dollars. La raison en est assez simple : chacune de ces images a été rendue unique grâce à la blockchain Ethereum (ETH) et son standard de token ERC-721, qui sont des tokens non fongibles.

Ce 29 octobre, ce qui s’est apparenté – dans un premier temps – à un record de prix pour un CryptoPunk a été repéré par le compte d’alerte automatique CryptoPunks Bot sur Twitter.

Le CryptoPunk N°9998 a ainsi été « vendu » pour un peu plus de 124 457 ethers, ce qui a représenté au moment de la transaction une somme d’environ 532,4 millions de dollars. Mais comme cela a été découvert depuis, cet énorme record cache surtout une grosse anguille sous roche.

Tweet annonçant la vente du CryptoPunk 9998
Compte Twitter @cryptopunksbot

>> Hors de question de laisser tous les ETH aux fans de NFT ! Venez réclamer votre part ! <<

Une vente à soi-même d’un NFT pour gonfler sa valeur

Beaucoup d’observateurs ont assez vite repéré qu’il y avait un effet un gros problème avec cette transaction : l’acheteur et le vendeur se sont en effet avérés la même personne !

La transaction sur Etherscan montre qu’il s’agirait là d’un petit traficotage à base de flash loan, un prêt instantané qui est émis et remboursé dans la même transaction blockchain.

Ce prêt éclair a permis au manipulateur de s’auto-acheter le crypto-punk, puis de se le revendre pour rembourser le flash loan, tout ça dans une seule transaction.

Une attitude bien étrange qui fait penser à beaucoup que l’individu en question aurait fait cela pour gonfler très artificiellement le prix de son NFT. D’autres pensent même qu’il pourrait s’agir là d’une tentative de blanchiment d’argent.

Mais avec la transparence des transactions blockchain, l’individu et sa transaction bidonnée ont donc été repérés rapidement. Puisqu’il semble très bien maîtriser les flash loans, le manipulateur doit se douter qu’une transaction d’une telle ampleur, par rapport aux précédentes ventes de CryptoPunk, serait repérée, et serait donc virtuellement inexploitable. Ses motivations restent ainsi bien mystérieuses.

Tant que l’acte reste isolé et repérable, cela n’a pas vraiment d’effet dramatique. Par contre, si des transactions plus discrètes dans ce genre venaient à se multiplier, cela pourrait poser un problème de bulle sur les prix de NFT, bulle qui pour le coup serait totalement artificielle. Tout cela sans parler des failles dans les protocoles DeFi, ce qui a permis encore récemment de piller 130 millions de dollars au projet Cream Finance, via ces fameux flash loans.

Toujours plus résistant, Ethereum avance inéluctablement… même si les spéculateurs et les petits malins continuent encore de s’en servir comme terrain de jeu ! Pour faire partie de la révolution, préparez l’avenir en vous inscrivant sur la plateforme de référence FTX.

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour