Cross the Ages : une saga NFT à la hauteur de ses ambitions

Cross the Ages s’annonce comme un jeu crypto hors du commun. Une fable philosophique située sur les rives de l’épopée humaine et des imaginaires. Deux univers puissants s’y affrontent sur le continent Artellium. La magie animiste des temps immémoriaux, apanage des Arkhantes, fait face à la techno transhumaniste des Neurotechs de la cité Mantris. Entre les deux civilisations, le désert, ou presque.  

Cet article vous est proposé dans le cadre d’une campagne de communication éducative, soutenue par Cross the Ages.

Vous avez dit ambitieux ? 

Il y a un peu plus d’un an, Sami Chlagou, fondateur et dirigeant de la société Pixelheart s’est lancé le défi d’une vie : la création d’un jeu crypto hors-norme, la première saga NFT de la technologie blockchain. Et le jeu, c’est justement le domaine d’excellence de Sami ! Joueur et collectionneur invétéré de cartes Magic et Pokemon entre autres, c’est dans le gaming que sa société réussit ses premiers coups d’éclat. En 10 ans, plus de 50 licences pour Playstation, Nintendo Switch ou encore Dreamcast. 

Face à l’ampleur du projet Cross the ages, le serial-entrepreneur sollicite son ami Christophe de Courson, spécialiste de l’écosystème blockchain. Ensemble, ils constituent une équipe dirigeante compétente et talentueuse. Des spécialistes qui sauront mettre à contribution le petit empire de 5 studios de développement répartis sur tous les continents. Un seul mot d’ordre : s’étendre rapidement au-delà des limites physiques de notre monde.

Les visuels développés pour les cartes de Cross the Ages sont magnifiques, se démarquant des esthétiques simplistes en vigueur dans la crypto. Ici un dragon attaquant un guerrier
Argonath par Diego Gilsbert © Cross The Ages

A bien des égards, l’univers “blockchain” est un espace technologique encore sauvage, presque vierge d’esthétique et de valeurs. Un terrain de jeu idéal pour y développer les multiples couches d’un récit dystopique cohérent et passionnant. Une saga jalonnée de héros complexes, d’amour et de trahison, d’empires et de conquêtes. Une aventure à la hauteur des possibilités, des attentes et des enjeux. Idéale pour fédérer des cohortes d’aventuriers et les emporter à travers les âges.

Il aura fallu réunir une armée. Ou plutôt des armées, recrutées parmi les plus fines gâchettes de leurs domaines respectifs. Une armada de développeurs, écrivains, designers, connus parfois pour avoir participé à d’immenses projets tels que le Seigneur des anneaux ou encore Matrix. Tous prêts à mettre leurs talents au service d’une nouvelle page d’histoire dans l’écosystème blockchain.

Un conte riche et profond pour un univers fantasmagorique

Pour durer dans le temps et s’affranchir des effets de mode, il faut de la matière, de l’épaisseur. Le jeu va donc s’appuyer sur une trame puissante matérialisée par une histoire originale. Un récit fondateur qui sera révélé au cours des sept prochaines années. Sept tomes dont les chapitres sont autant d’épisodes livrés au compte goutte. Aux commandes, Arnaud Dollen, scientifique de formation, et auteur renommé sur les rivages de la SF. Il supervise aujourd’hui l’écriture et la scénarisation d’une escouade de presque vingt scribes-éclaireurs d’élite qui nous ouvrent ensemble le chemin.

Une esthétique exigeante et évocatrice 

Pour illustrer le propos et bâtir le succès du concept, la charte graphique devait être de toute beauté. Ce sont pas moins de 66 illustrateurs qui constituent le bataillon de la création picturale. Des artistes digitaux emblématiques. Tous rompus aux techniques et aux standards des supports numériques les plus avancés. Une troupe d’illustrateurs chargée d’une mission délicate: transcrire l’ambiance « techno-fantaisy » du récit sur des cartes à collectionner, et les transformer en objets de désir. A cette heure, certains visuels affichent déjà plusieurs dizaines de milliers de vues sur l’instagram du projet.

Les cartes du jeu Cross the Ages pourront être conservées sous forme digitale, mintées en NFT, et pour les plus méritant, seront produites sous forme physique
Tree Monster par Brian Valeza © Cross The Ages

Une mécanique de jeu satisfaisante et addictive   

Si le monde doit être beau, que la narration doit être enlevée, le jeu doit avoir le potentiel de déchaîner les passions. S’y attèlent pas moins d’une vingtaine de développeurs. Des artificiers prêts à dynamiter les contours connus des jeux vidéo déployés sur la blockchain. Depuis les logiques d’évolution aux stratégies de play-to-earn, en passant par la modélisation des avatars et les hiérarchies des factions, toutes les mises en œuvres sont leurs hauts-faits d’armes.

Une approche innovante des jeux on-chain

Ayant sélectionné le réseau Polygon comme base arrière, la compagnie a su mettre sur pied un commando d’élite resserré, voué à mettre en œuvre l’arsenal complet de la technologie blockchain. Réunis autour du CTO Tony Caradonna, ils fomentent actuellement une solide stratégie offensive. Leurs armes ? les NFT bien évidemment, mais aussi une économie de guerre basée sur deux crypto-monnaies distinctes, et des protocoles hérités de la DeFi. Ainsi, le Crystal sera la monnaie dite “stable” de l’écosystème et de l’interaction. Le CTA sera le fer de lance de l’expansion.

Des alliés stratégiques engagés sur le long terme

C’est armé de ces belles promesses que la compagnie est allée chercher fortune à la rencontre des poids lourds du secteur. Une campagne de communication menée tambour battant qui a permis de réunir un véritable trésor de guerre, sans pour autant céder sur l’indépendance du studio. Les fonds nécessaires à l’effort de guerre sont fournis par de grands acteurs qui associent ainsi leurs noms et leurs domaines d’excellence, pour la gloire et la postérité.

La liste des grands acteurs ayant voulu embarquer dans la crypto-aventure de Cross the Ages est trés longue
La liste des partenaires est impressionante

Un jeu à l’épreuve du temps taillé dans la blockchain

Cross the Ages est, à bien des égards, un jeu précurseur, unique en son genre. On pourrait d’abord croire que le marché émergent des cartes “NFT” à collectionner est son cœur de cible. Mais CTA va bien plus loin que cela. II se définit comme une passerelle entre plusieurs univers passionnés distincts, aux exigences fortes

Les gamers sont mis à l’honneur 

La mécanique de jeu, qui veut que vous éliminiez les cartes adverses sur un plateau, est retravaillée pour rendre les parties encore plus fun et addictives. Un gameplay riche et hautement stratégique à mesure que l’on se hisse vers les sommets des classements de joueurs. Pour les plus fins stratèges, une progression régulière les mènera jusqu’aux divisions d’élite. Ils pourront alors participer à de véritables compétitions dotées de prize pool allant jusqu’à 1 million de dollars.

Des cartes à collectionner et à faire évoluer

Les ouvertures de paquets de cartes à collectionner restent pour beaucoup, le souvenir d’un petit bonheur fort en émotion. Ce sont autant de madeleines de Proust que Cross the Ages veut offrir à une catégorie bien particulière de son public. Le “card-onomics” se veut original, incitatif et accessible. Extrêmement riche et travaillé, en voici quelques points marquants. 

  • Les paquets seront tous proposés à des prix abordables situés entre 3 et 15€
  • Les cartes contenues sont d’abord émises et détenues sous forme “digitale”. Le nombre de cartes différentes créées chaque année est fixe.
  • Les possesseurs n’auront qu’un an pour “mint” celles de leur choix sous forme de NFT.
  • Chaque variété de carte aura donc un nombre de NFT limité au nombre que les joueurs auront décidé de “mint” pendant l’année. Les joueurs créeront ainsi la rareté.
  • La rareté fera la valeur, mais la possibilité inédite d’en faire fusionner certaines amènera un intérêt nouveau aux cartes les plus communes.
  • Les plus fétichistes qui réussiront à réunir une série complète pourront prétendre à une carte exceptionnelle. Une carte NFT physique, palpable et holographique dite “phygital”. 
Cross the Ages transpose un univers paradoxal, futuriste et magique sur la blockchain Polygon
Gina par Tek Tan © Cross The Ages

Un authentique environnement crypto pour les investisseurs   

La dimension “blockchain” n’est pas reléguée au second plan. Les modèles économiques nés de jeux comme Axie Infinity ont ouvert la voie à une véritable dimension crypto-économique qui est pour beaucoup dans le succès d’un titre. Cross the Ages permet de s’y impliquer à travers de nombreux mécanismes bien connus des investisseurs crypto.

Outre les gains générés par l’achat/revente des NFT sur la marketplace, les deux token natifs du protocole, le “stable” Crystal et le CTA fluctuant seront prétextes à toutes sortes de rendements estampillés DeFi comme par exemple le “staking”. Ajoutez-y la dimension play-and-earn pour les plus geeks d’entre nous, et vous obtenez un cocktail d’investissement crypto détonant. 

“Science sans conscience n’est que ruine de l’âme” – Il fut un temps dans l’histoire, ou les artistes étaient des esthètes et des philosophes, considérés comme des scientifiques à part entière. Subtilement, à la faveur des singularités du format NFT, l’art véritable retrouve cette analogie oubliée, et se transpose dans toutes les couches du numérique, dont les jeux. 

Discipline ancestrale ayant su voyager à travers les âges en investissant le cœur des hommes, cet « esthétisme » au sens premier du terme projette aujourd’hui son héritage vers le futur à la faveur d’une technologie blockchain aux potentialités infinies.

Dans ce voyage temporel autant que sensoriel, le jeu Cross the Ages se veut démiurge, créateur d’un univers disruptif à la jonction de dimensions parallèles. 

Florent C

Père de famille de 48 ans tombé dans le bain crypto en 2017, je suis un passionné de la technologie blockchain, disruptive, libre et décentralisée. J'aime particulièrement apprendre, comprendre et expliquer tous les projets qui permettront à terme d’améliorer nos quotidiens. J’apprécie aussi de commenter à chaud les news de tous les acteurs du cryptogame.

Recevez un condensé d'information chaque jour