Comment choisir son ASIC de minage ?

Trading du CoinTrading du Coin
3.9
(14)

Après avoir vu ensemble les deux grands archétypes de matériel de minage, vous avez opté pour la puissance sans concession d’un ASIC, plutôt que la polyvalence d’un rig GPU. Nous allons donc vous guider pour choisir l’ASIC de minage qui convient le mieux à votre projet de cryptomonnaies à miner.

Critère primordial de l’ASIC : le ratio puissance de hachage/consommation électrique

Contrairement aux rigs de cartes graphiques (GPU), les ASICs sont vendus d’un bloc, avec leur alimentation spécifique. Vous n’aurez donc pas à vous préoccuper de détails concernant les différents composants informatiques qui composent un ASIC.

ASIC est l’abréviation de Application-specific integrated circuit, car il est conçu spécifiquement pour une seule tâche : effectuer les calculs de hachage liés à un algorithme unique. Soyez donc prévenu que votre ASIC ne pourra servir à rien d’autre.

Sa puissance de calcul (ou hashrate) sera ainsi un des critères essentiels à prendre en compte lors du choix de votre ASIC de minage.

Il vous faudra également déterminer quelle(s) cryptomonnaie(s) vous souhaitez miner avant de choisir l’ASIC, car ils sont spécifiques à un seul algorithme de Preuve de travail (PoW). Par exemple, un ASIC spécialisé dans l’algorithme SHA256 ne pourra miner que du Bitcoin (BTC) – ou éventuellement du Bitcoin Cash (BCH) qui utilise ce même algorithme – mais vous ne pourrez pas miner d’Ethereum (ETH) ou de Litecoin (LTC) par exemple, car il requiert des ASIC spécialisés dans d’autres algorithmes – ici, Ethash et Scrypt respectivement.

Un autre critère très important est la consommation électrique (en Watts) de votre futur ASIC, car ces machines spécialisées sont très énergivores. De façon globale, plus un modèle d’ASIC est récent, et plus son ratio production/consommation est sensé avoir été amélioré. Mais cela ne doit pas empêcher de contrôler cette donnée : car plus l’ASIC consommera, plus son coût en électricité augmentera, logique implacable !

Il faudra également prendre en compte le bruit en fonctionnement (décibels/dB) de l’ASIC, car dire que les ASICs sont très bruyants est un euphémisme. Même si des solutions d’atténuation sonore existent, il vous faudra très probablement une pièce dédiée (dans l’idéal insonorisée) pour votre ASIC.

Quelques exemples d’ASICs de minage

Pour mieux vous aider à choisir, et mettre en application les critères ci-dessus, nous allons prendre trois exemples parmi les ASICs les plus connus.

Ces ASICs sont tous de la marque Antminer du fabricant chinois Bitmain, mais sachez que d’autres constructeurs existent, comme Canaan et ses ASICs AvalonMiner.

Antminer S9

Le Antminer S9 est désormais devenu un ASIC d’entrée de gamme, au prix très abordable (270€ sur la boutique du Mining du Coin).

Cet ASIC est dédié au minage de l’algorithme SHA256, permettant de miner du Bitcoin (BTC) et ses forks, comme BCH et BSV par exemple. Mais attention pas Bitcoin Gold (BTG) dont le PoW est dans un autre algorithme (Equihash).

Le S9 possède une puissance de hachage de 16Th/s (Terahash par seconde) pour une consommation électrique de 1280W.

On notera également que son bruit en fonctionnement est de 76 dB.

 

Antminer T17

Le Antminer T17e est un des modèles d’ASIC les plus récents du constructeur Bitmain, son prix est donc plus élevé (1155€ sur la boutique du Mining du Coin) même s’il existe des machines encore plus performantes et plus chères.

Le T17e est également dédié à l’algorithme SHA256 de Bitcoin, mais son hashrate est bien plus important : 53Th/s. Sa consommation électrique est de 2915W. Comme ce modèle d’ASIC est plus récent, il faut voir ici que le ratio hashrate/consommation est nettement meilleur par rapport au S9. Car pour une puissance de calcul 3,3 fois supérieure, la consommation n’est que 2,3 fois supérieure.

Le bruit de fonctionnement est aussi un peu plus élevé, de l’ordre de 80 décibels.

 

Antminer Z11

Contrairement aux deux précédents, l’Antminer Z11 est dédié à l’algorithme Equihash, utilisé par le PoW de nombreux altcoins, comme Zcash (ZEC), Bitcoin Gold (BTG) ou Komodo (KMD) pour n’en citer que trois.

Avec cet algorithme, plutôt que des hash/s, la puissance de calcul est donné en sol/s (SOLutions per second). Le Z11 fait ainsi parti des plus puissants ASIC en Equihash, avec une puissance de 135 KSol/s.

Sa consommation électrique est de 1418W, et son débit sonore de 70 dB.

 

Conclusion

Comme nous l’avons vu, choisir son ASIC de minage n’est pas une chose aussi facile qu’il n’y parait au premier abord. Car bien qu’il n’y ait pas à choisir les différents composants internes de l’ASIC, son ratio de production et consommation est vital pour s’assurer une rentabilité. Sans cela, le coût de production des cryptomonnaies peut rapidement devenir inférieur à celui du coût en électricité.

Les ASICs évoluent également assez rapidement, et malheureusement, contrairement aux rigs de minage, une fois devenu obsolète, les ASICs ne sont pas recyclables dans d’autres domaines. Il n’en reste pas néanmoins que les ASICs de minage sont de loin les appareils les plus puissants existants actuellement pour produire des cryptomonnaies fonctionnant en PoW.

Pour vous aider à choisir plus précisément quel modèle d’ASIC convient le mieux à votre budget et à vos objectifs de minage de cryptomonnaies, nous vous fournirons bientôt des guides détaillés de plusieurs ASIC de minage.

 

Cet article vous a plu ? Nous vous invitons à lire également :

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez pour lui donner votre note !

Moyenne 3.9 / 5. Nombre de votes : 14

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récent plus ancien Le plus populaire
Blabla
Invité
Blabla

Article bien trop léger qui ne fait qu’une pub déguisée pour la boutique !

On oublie le plus important qui est le retour sur investissement … uniquement les pays oû l’électricité est/était bien moins onéreuse que chez nous, on pu se permettre l’utilisation d’ASIC.

Sans oublier que la plus part du temps … entre l’annoncé de pré-commande, le prix demandé en Bitcoin pour l’achat et la sortie … et la qualité des machines … c’est vraiment un monde différent.

Il y a eu un grand soupçon que d’entrée de jeu … les sociétés d’ASIC ont utilisé les machines au départ avec l’argent des pre-acheteurs …

Au final beaucoup sont juste rentré dans leurs frais … puisque entre l’achat et la sortie et la réception du matériel … plusieurs mois se sont écoulés et bien sur la difficulté à continuer à grimper ….

Hervé
Invité
Hervé

Entierement d’accord . Ne pas oublier en sus que la puissance de calcul augmente en permanence, ce qui fait qu’une machine semblant rentable a l’instant T ne l’est pas forcemment longtemps, et ce sans parler du halving qui va avoir lieu pour le bac cette année.

D’autre part si la chaleur générée peut être profitée en hiver, il faudra penser à pouvoir l’évacuer, la aussi pas forcément simple….

Pour résumer, si on n’a pas son électricité a un tarif très avantageux (< 0.05€/KWh) il y a de gros risques de ne pas rentrer dans ses frais.