Inde : les exchanges crypto devront stocker les données utilisateurs pendant 5 ans

Ça bouge en Inde ! – L’équipe indienne d’intervention d’urgence informatique (CERT-in), qui relève du ministère de l’électronique et des technologies de l’information, a publié une nouvelle directive. De ce fait, les exchanges, les fournisseurs de réseaux privés virtuels (VPN) et les centres de données devront stocker un large éventail de données de leurs utilisateurs pendant cinq ans. Ces nouvelles directives les obligeraient à collecter des informations privées critiques des clients.

Une nouvelle directive pour les exchanges indiens

En vertu de la directive récemment publiée, les exchanges opérant en Inde devront stocker des données de leurs clients. Cela concerne, entre autres, les noms des clients, les modèles de propriété, les informations de contact et diverses autres données.

Les exchanges crypto et les fournisseurs de services VPN devront également signaler tout incident cybernétique. Ils devront le faire dans les six heures suivant sa survenance et remettre les données collectées aux autorités.

« Lorsque requis par ordre/direction du CERT-In, aux fins de la réponse aux incidents cybernétiques, des actions de protection et de prévention liées aux incidents cybernétiques, le fournisseur de services/l’intermédiaire/le centre de données/la personne morale est mandaté pour prendre des mesures ou fournir des informations ou toute assistance au CERT-In. »

Extrait de la directive officielle indienne
L'Inde surveille les utilisateurs de crypto-monnaies.

Les nouvelles directives entreront en vigueur le 22 juin. Elles pourraient obliger de nombreux fournisseurs de services VPN et plateformes cryptos à fermer. En effet, certains misent beaucoup sur la confidentialité et ne collectent ni ne stockent aucune donnée utilisateur critiques. Ces derniers devront cesser leurs opérations.

>> Jouez la sécurité, inscrivez-vous sur la référence des exchanges crypto FTX  (lien affilié) <<

Quel intérêt pour les cryptomonnaies en Inde ?

CERT-in affirme que les nouvelles directives visent à les aider à agir contre les cybercrimes. Cependant, les données qu’ils demandent aux plateformes de stocker et de transmettre posent problème par rapport au respect de la vie privée des utilisateurs.

« Notre gouvernement veut contrôler la vie privée des gens et notre constitution ne le permet pas. Mais pour être honnête, personne en Inde n’est très conscient des données personnelles. »

Témoignage d’un utilisateur consterné

Certains propriétaires d’exchanges ont salué cette étape. Ils affirment qu’elle aidera à poursuivre les fraudeurs fiscaux.

Les utilisateurs de crypto-monnaies ne pourront pas blanchir leur argent facilement sur les exchanges en Inde.

« C’est une bonne décision et cela aide les acteurs de la cryptographie à avoir une idée claire des données qu’ils stockeraient. Les données aideraient à poursuivre les fraudeurs fiscaux et tout crime utilisant la crypto. »

Sathvik Vishwanath, PDG d’Unocoin

À ce stade, l’application de ces nouvelles règles n’est pas très claire. Personne ne sait si elles s’appliqueraient uniquement aux exchanges opérant en Inde ou aussi aux plateformes étrangères offrant également leurs services aux Indiens. Cependant, en regardant les directives antérieures, cela pourrait bien être applicable à tous les prestataires.

La régulation crypto est en marche dans le pays

Le ministre indien des Finances, Nirmala Sitharaman, connaît le potentiel de la crypto et de la blockchain. Les problèmes de sécurité qui l’entourent ne sont pas non plus un secret pour lui.

« La blockchain elle-même est tellement pleine de potentiel non seulement dans le domaine du paiement, mais aussi dans de très nombreux autres domaines (…) Notre intention n’est en aucun cas de nuire à cela (…) Il peut également être manipulé à des fins moins souhaitables, que ce soit pour blanchir de l’argent ou pour conduire au financement du terrorisme. »

Nirmala Sitharaman, ministre indien des Finances
L'Inde régule les crypto-monnaies.

Les processus et les données KYC devront s’aligner sur les directives de trois entités : la Reserve Bank Of India (RBI), le Securities and Exchange Board of India (SEBI) et le Department of Telecom (DoT). Les entreprises de cryptographie doivent également nommer un point de contact pour le CERT.

S’exprimant lors d’un forum public, Nirmala Sitharaman a demandé une « action mondiale collective » pour une réglementation efficace de cette technologie dynamique.

« S’il y a de l’impatience à l’extérieur dans le monde, que faites-vous à propos de la crypto ? Je peux comprendre l’impatience, mais je suis désolée, c’est comme ça que ça va se passer. »

Nirmala Sitharaman, ministre indien des Finances

Les nouvelles directives sur la collecte de données interviennent à un moment clé pour les cryptomonnaies en Inde. La politique fiscale régressive sur la crypto dans le pays a déjà entraîné une forte baisse du volume des échanges et de l’activité des utilisateurs sur les exchanges indiens.

Cet acharnement des régulateurs en Inde vous laisse sans voix ? Qu’à cela ne tienne ! Inscrivez-vous sans attendre sur la plateforme crypto de référence FTX et bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site officiel).

Lipucciu

Tombé sous le charme depuis 2017, je suis passionné par la blockchain et les cryptomonnaies. Éternel curieux, j’étudie sans cesse cet écosystème futuriste et éprouve un grand plaisir à partager mes connaissances et fascinantes découvertes.

Recevez un condensé d'information chaque jour