Coinbase-exchange

Coinbase Pro intègre l’USDC – Critiques quant au blocage d’adresses “suspectes”

Trading du CoinTrading du Coin

Les listages de nouvelles cryptomonnaies sur Coinbase sont toujours sources de buzz, et ont généralement un effet de pump sur le cours des cryptos en question. Après le listing de Bitcoin Cash (BCH), puis d’Ethereum Classic (ETC), et plus récemment du token 0x (ZRX), c’est désormais le stablecoin USDC de Circle qui figure sur Coinbase et Coinbase Pro. Des critiques sur une ligne du code de l’USDC voient le jour dans le même temps.

L’USDC débarque sur Coinbase Pro

L’USD Coin (USDC), développé par la société Circle (soutenue par Goldman Sachs), est désormais disponible sur Coinbase Pro (ex-GDAX) depuis le jeudi 25 octobre, après son arrivée sur Coinbase deux jours auparavant, le 23 octobre.

L’USDC est un stablecoin (de plus, pourrait-on dire) adossé au dollar américain, dans un ratio de 1 USDC pour 1 USD.

L’annonce est venue d’un tweet officiel de Coinbase Pro :

« L’USDC est mis en place sur Coinbase Pro. Les clients peuvent déposer en USD et cliquer pour convertir en USDC, sans aucun frais. Les clients peuvent également transférer [directement] des USDC vers leurs comptes Coinbase Pro et les retirer, mais ne peuvent pas encore placer ou remplir des ordres ».

Mais peu après, un second tweet est venu annoncer les deux premières paires de trading associées à l’USDC, à savoir le bitcoin (BTC) et l’ether (ETH) :

« Après un minimum de 12 heures, une fois que les liquidités disponibles seront suffisantes, le trading des carnets d’ordres BTC/USDC et ETH/USDC commencera ».

Critiques sur la capacité de blocage d’adresses USDC suspectes

Une polémique autour de l’USDC a vu le jour, commentée par Cryptoslate. Rappelons que l’USDC n’est pas aussi décentralisé que certains le pensent peut-être, car certaines lignes de code dans la programmation du token ERC20 indiquent clairement une capacité d’action de la part de Circle, la société créatrice et émettrice de l’USD Coin.

La ligne de code incriminée est mise en lumière dans le tweet ci-dessous : elle indique que la société Circle a prévu la capacité de mettre en pause, voire même de blacklister des adresses USDC, certainement dans l’objectif de bloquer (temporairement ou définitivement) les adresses de wallets suspects voire frauduleux.

Le tweet a même attiré l’attention du co-fondateur d’Ethereum en personne, Vitalik Buterin, qui relativise cet élément, expliquant que le fait que le code soit open-source est déjà une amélioration en soi :

« Le fait que de telles choses doivent être placées dans des lignes de code [open-source], visibles aux yeux de tout le monde, qui peut le mettre en évidence et le critiquer sur Twitter, est en soi une amélioration sérieuse par rapport à la finance traditionnelle, ce que je pense que nous devons apprécier davantage ».

Il est vrai que dans ce sens, le fait que le code soit auditable par tous est une nette amélioration par rapport au monde complètement opaque de la finance classique.

Mais après tout, est-ce si étonnant qu’une société privée capitalistique prévoie de bloquer des transactions jugées illégales par le biais de son système (pouvant sinon lui causer de graves ennuis judiciaires/financiers) ? Circle n’est pas cypherpunk (la société est soutenue par Goldman Sachs !), ceux qui souhaitent utiliser l’USDC doivent en être conscients, et l’accepter, ou pas.

Source : AMBCrypto || Image from Shutterstock

PARTAGER
Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici