ConsenSys et transfert louche de propriété intellectuelle : d’ex-employés déposent plainte

ConsenSys en eaux troubles – Fondée en octobre 2014, la société ConsenSys s’est spécialisée dans le développement de l’écosystème Ethereum (ETH). Elle a su attirer d’importants capitaux provenant d’acteurs financiers de premiers plans, tels que le géant Mastercard ou les banques UBS et JP Morgan. Mais une ombre au tableau vient toutefois de toucher ConsenSys, et elle provient de ses anciens employés.

Joseph Lubin a-t-il privilégié les gros actionnaires de ConsenSys ?

Avec Vitalik Buterin, Joseph Lubin fait partie des principaux co-fondateurs du réseau Ethereum. Il a également fondé la société ConsenSys AG (CAG), aussi connue sous le nom de Mesh, qui est notamment à l’origine du développement du wallet MetaMask.

Dans un communiqué de presse paru ce 1er mars 2022, nous apprenons qu’un groupe de trente-cinq anciens employés de ConsenSys AG a déposé une demande d’audit spécial, en s’appuyant sur une réglementation suisse sur les obligations.

Ces ex-employés, qui représentent 50% de l’ensemble des actionnaires du CAG, portent des accusations de « graves irrégularités » sur des transferts de propriété intellectuelle entre le CAG et la société ConsenSys Software Incorporated (CSI).

« Joseph Lubin est l’actionnaire majoritaire des deux sociétés. La transaction s’est faite au détriment des actionnaires minoritaires du CAG, et au profit personnel de Joseph Lubin. (…) la propriété intellectuelle a été illégalement transférée de CAG vers une nouvelle entité, ConsenSys Software Incorporated (CSI), en échange d’une participation de 10 % dans CSI et d’une compensation d’un prêt de 39 millions de dollars souscrit par le fondateur Joseph Lubin. »

Joseph Lubin, un des principaux co-fondateur du réseau Ethereum.
Joseph Lubin

>> Besoin de transparence ? Découvrez les indices fiables de Invictus Capital (lien affilié). <<

Des accusations réfutées, mais qui entachent la bonne réputation de Mesh

Le transfert en question a eu lieu en août 2020, sous le nom de code « Project North Star ». La transaction aurait permis à des institutions financières – la banque JP Morgan Chase est citée – d’acquérir une forte participation dans les produits MetaMask et Infura de ConsenSys.

Les actionnaires minoritaires affirment que ce transfert d’actifs de CAG à CSI aurait entraîné « une liquidation de facto » de ConsenSys AG. Une version des faits qui est toutefois contredite par un communiqué de Mesh rapporté par Bloomberg :

« Mesh réfute les allégations portées dans cette action en justice, ainsi que celles contenues dans le communiqué de presse factuellement inexact qui a été auto-écrit par l’un des anciens employés (…) Mesh a hâte de réfuter formellement les allégations et les accusations devant les tribunaux suisses. »

Autrement dit, la bataille judiciaire ne fait que commencer, vu les positions arquées des deux parties opposées. Une sale histoire qui ne va pas aider ConsenSys pour son image de marque, qui vient tout juste d’avoir un autre accroc, concernant sa capacité inquiétante de centralisation sur le wallet MetaMask.

Laissons la justice éclairer les zones d’ombre ! Vous pouvez, en toute quiétude, explorer le fonds IML qui propose un rendements annuel supérieur à 10%. Pour ce faire, inscrivez-vous dès maintenant sur Invictus Capital (lien affilié).

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Recevez un condensé d'information chaque jour