Le vote quadratique : une nouvelle forme de gouvernance pour Ethereum ?

Pour maintenir le bon fonctionnement et la sécurité d’une blockchain, le problème de la gouvernance – en équilibre entre centralisation et décentralisation– a toujours été une question centrale dans le monde des cryptomonnaies.

Le principe du vote quadratique

Une des réponses possibles à cette question de la gouvernance pourrait passer par un mécanisme de consensus qui utiliserait le « vote quadratique ».

Le vote quadratique, inventé par le chercheur Glen Weyl, consiste à offrir un meilleur moyen de prendre des décisions collectives, par rapport à la simple voie écrasante de la majorité du nombre.

Ainsi, dans ce principe, si un participant a une préférence marquée pour une décision particulière, des votes supplémentaires peuvent être acquis. Cependant, le coût de ces votes supplémentaires augmenterait de façon quadratique (par exemple 1 vote : 1 $ / 2 votes : 4 $ / 3 votes : 9 $ / 4 votes : 16 $).

Vitalik Buterin croit au vote quadratique

Vitalik-ButerinD’après Forbes, Vitalik Buterin, le cofondateur d’Ethereum, croit au vote quadratique, car il empêcherait à un seul groupe de prendre tranquillement des décisions, simplement parce qu’ils sont plus nombreux. Ainsi, ils devront être aussi les plus convaincus, sinon un petit groupe ayant une préférence marquée contraire à la majorité pourrait acquérir assez de votes supplémentaires pour finalement changer la décision finale.

À la fin de chaque cycle de gouvernance, tous les votes seraient redistribués équitablement entre les électeurs. Il faudrait ainsi un nombre de cycles et un nombre de votes extrêmement coûteux pour prendre le contrôle, ce qui laisserait le temps d’alerter le reste de la communauté d’une blockchain sur cet éventuel problème.

Mais d’après Hope Liu, PDG d’EximChain, un tel mécanisme nécessiterait également que les utilisateurs d’une blockchain s’identifient via un processus KYC (Know Your Customer). Car cela signifierait qu’un groupe d’utilisateurs essayant de prendre agressivement le contrôle d’une blockchain pourrait être identifié.

Les cryptomonnaies cherchent toujours à faire la part entre les avantages et inconvénients d’une gouvernance centralisée ou décentralisée, et au jour d’aujourd’hui, la question est toujours en suspens.

Sources : Forbes || Image from Shutterstock

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Commentaires

Une réponse à “Le vote quadratique : une nouvelle forme de gouvernance pour Ethereum ?


Lame
Types de vote: Avec le vote isonomique, une majorité de votants pauvre peuvent imposer leur volonté; c'est le vote prescrit dans une organisation démocratique.Avec le vote quadratique, une minorité de votant riche peuvent imposer leur volonté à la majorité en achetant suffisamment de vote; on peut en obtenir mille pour un million de dollars; c'est le vote prescrit dans une organisation ploutocratique. Compromis du Connecticut: Si l'on veut créer un équilibre des pouvoirs entre la majorité et les minorité, la logique est de grouper les votants par communauté et de prendre les décisions à la majorité des voix des votants et à la majorité voix des majorités des communautés. Double majorité démocratique: Dans une organisation démocratique, l'application de la double majorité signifie que les décisions sont prises à la majorité des votants (1 votant=1voix) et à la majorité des communautés (1 communauté=1voix) Double majorité quadratique: Dans une organisation quadratique, l'application de la double majorité signifie que les décisions sont prises à la majorité des votants (1 votant=x voix achetées+nombre de voix minimal octroyé) et à la majorité des communautés (1 communauté=x voix achetées+nombre de voix minimal octroyé) Justice du vote quadratique: Par crainte de l'exploitation, beaucoup considérerons par réflexe que le vote quadratique est moins juste que l'isonomique. En réalité, tout dépend du contexte dans lequel il est employé et de l'usage qui est fait des recettes de la vente des votes. Futarchie à vote quadratique: a) Imaginons que le marché prédictif d'une futarchie soit employé pour valider et financer la création d'entreprise à mission ayant pour objectif social d'améliorer un indice (ex: hausse indice IDHI, baisser du taux de cambriolage, etc). Les paris pourraient prendre la forme d'appel de fond pour la création d'une entreprise par émission de warrants. Le sous-jacent des warrants seraient la réalisation de la mission de l'entreprise. b) Le marché prédictif peut fonctionner avec la monnaie légale mais ils pourraient aussi utiliser des monnaies intermédiaires fondante. Par exemple, des tokens rouges, bleus et jaunes. L'émission d'un warrant coûte un token rouge. Ils sont achetés avec des tokens bleus. Si le sous-jacent est réalisé, le propriétaire du warrant gagne un certain nombre de tokens jaunes, chacun lui donnant droit à une part des bénéfices réalisés par le marché sur la vente des tokens rouges et bleus. c) Les bénéfices du marché prédictif sont partagés en autant de parts que le nombre de tokens rouges et bleus vendus. d) Dans ce système, l'achat de token bleu ou rouge pourrait suivre la logique du vote quadratique: on achète x token bleu ou rouge contre x² token jaune ou unité de la monnaie légale. Intérêt: Avec ce système, le marché prédictif collecte toujours plus de monnaie légale qu'il en distribue, les parieurs capitalisant les entreprises à mission à la place de l'Etat. Vu comme cela, la vote quadratique paraît plus juste, non? Vote plural financier: Dans certains Etats, comme le Canton de Genève, les magistrats de la cours des compte sont élus au suffrage direct sur des liste de candidats sélectionnés par les assemblées. On peut envisager d'appliquer le vote quadratique à cette élection en considérant que l'électeur reçoit un nombre de vote proportionnel au montant d'impôt versé à l'Etat. Ce système valorise les contribuables qui paient plus et ne recourent pas trop à l'optimisation fiscale.
Répondre · Il y a 2 ans

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour