Régulation en Inde : WazirX et 10 plateformes crypto accusées de blanchiment

Sous enquête – Suspectées d’avoir aidé des criminels à blanchir leurs gains mal acquis sur leur plateforme, des bourses d’échanges de cryptomonnaies en Inde se sont attirées la foudre du régulateur.

Des bourses cryptos en Inde éclaboussées par des affaires de blanchiment d’argent

L’Enforcement Directorate en Inde passe à la loupe les activités d’au moins dix bourses d’échanges de cryptomonnaies, et a déjà sévi contre l’une d’entre elles. Le régulateur a gelé des actifs de la plateforme crypto WazirX, suspectée d’avoir violé des règles de change en vigueur.

Plus précisément, les bourses cryptos qui sont dans le viseur de l’agence, sont soupçonnées d’avoir participé au blanchiment de plus de 10 milliards de roupies, soit environ 125 millions de dollars, qui seraient issus d’activités criminelles.

Les plateformes cryptos paient aujourd’hui, leur présumé négligence en matière de diligence raisonnable dans la surveillance de ces transactions. Elles auraient même manqué de signaler les transactions suspectes aux autorités.

>> Pour acheter du Bitcoin sans prendre de risque, inscrivez-vous sur PrimeXBT (lien commercial) <<

Procédure KYC : tromperie de haut niveau ou incompétence des plateformes

Une source proche de l’affaire affirme que le processus KYC mis en œuvre par les exchanges crypto, n’aurait permis que de collecter des informations d’une fiabilité douteuse. Certaines de ces informations auraient conduit à des personnes qui résident « dans des zones reculées ou dans des villes de niveau 2 ou 3, qui n’avaient aucun lien avec les transactions ».

Les plateformes cryptos accusées par le régulateur, ne plaident pas pour autant coupable. Dans un communiqué du 9 août dernier publié sur Twitter, Zanmai Labs, l’entreprise derrière WazirX, a insisté sur le fait qu’il mettait en œuvre une « politique de tolérance zéro » concernant toute activité illégale sur la plateforme crypto.

Zanmai Labs a également souligné que les utilisateurs de WazirX sont inscrits sur la bourse crypto, après avoir « terminé le processus KYC », qui inclut l’envoi « d’une preuve d’adresse et d’identité ».

Les plateformes d’échanges de cryptomonnaies devront toutefois être en mesure de prouver leur bonne foi et l’existence d’un processus de vérification qui soit à minima efficace d’un point de vue opérationnel, si les criminels ont utilisé des documents volés ou des faux, qui ne sont toutefois pas facilement décelables.

WazirX doit affronter une double tempête. L’une concerne ces accusations de blanchiment d’argent, qui a abouti à un gel des actifs de la plateforme. L’autre est liée aux récentes déclarations du PDG de Binance, Changpeng Zhao, qui a lâché une bombe en révélant la nature réelle des relations entre WazirX et son entreprise.

On ne se lance pas dans les cyptos à la légère, et c’est la même histoire pour choisir la bonne plateforme pour acheter et revendre ses cryptos-actifs. N’ayez pas peur de vous mouiller en plongeant dans le bain crypto ! Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme PrimeXBT (lien commercial).

Le Journal Du Coin

Un article de la rédaction. Le Journal du Coin, premier média d’actualités francophone sur la cryptomonnaie, Bitcoin, et les protocoles blockchain.

Recevez un condensé d'information chaque jour