Qatar : la banque centrale réfléchit à une cryptomonnaie nationale

Collectionnez les articles du JDC en NFT

Collecter cet article

Le Tour du Monde en 80… jetons – Il devient presque difficile de tenir le compte exact du nombre de pays qui expérimentent ou réfléchissent à leur monnaie numérique. Les fameux MNBC (monnaie numérique de banque centrale) ont définitivement la côte. La question n’est plus de savoir si ça va arriver aussi chez nous mais simplement quand. Tout ceci à lieu sous le regard bienveillant du Fond Monétaire International (FMI) qui suit à distance tous ces projets de cryptomonnaies nationales. Nous avions visité ensemble les Philippines, faisons aujourd’hui escale à Doha, dans la péninsule arabique.

Le projet de cryptomonnaie du petit émirat avance à pas prudents

En marge de la 8ème édition de la Conférence de la Finance Islamique de Doha, le chef de la section FinTech de la Banque Centrale du Qatar (QCB) s’est confié au média qatari The Peninsula. Alanood Abdullah Al Muftah  a déclaré :

« (…) nous voyons (…) la direction du marché évoluer vers une monnaie numérique. Cependant, la question de savoir si nous allons avoir une monnaie numérique ou non est toujours à l’étude ».

Pour développer de nouveaux projets, le Qatar a mis en place ce qu’on appelle “un bac à sable“. Un espace dans lequel les entreprises fintech peuvent tester des nouveautés dans un environnement réel tout en bénéficiant de facilités règlementaires et d’un encadrement renforcé.

Trois entreprises de paiements sont actuellement dans ce bac à sable. Elles développent leurs produits avec l’aide de la QCB et d’autres sont en passe de les rejoindre. La Dukhan Bankanciennement Barwa Bank – a elle aussi des ambitions numériques. Son directeur des opérations et du numérique confesse réfléchir à la création d’une banque numérique et à l’utilisation de la blockchain pour rester “à la pointe de l’innovation“. Mais la patience et la réflexion sont les maîtres mots au Qatar.

Le FMI s'engage en faveur de la monnaie numérique de banque centrale. Le Qatar fait partie des pays qui y réfléchissent sérieusement.

>> Votre cœur bat pour Ethereum ? Inscrivez-vous sur Binance et économisez 10% de frais (lien commercial) <<

Le FMI a pris pleinement la mesure du phénomène MNBC

L’institution financière a récemment communiquer sur les MNBC. Kristalina Georgieva – la Directrice Générale – a signé un article sur le site du FMI. Elle y détaille ses positions sans équivoque. En voici quelques extraits :

«Nous sommes allés au-delà des discussions conceptuelles sur les CBDC et nous sommes maintenant dans la phase d’expérimentation. Les banques centrales retroussent leurs manches et se familiarisent avec les bits et les octets de la monnaie numérique.»

«Si les MNBC sont conçues avec prudence, elles peuvent potentiellement offrir plus de résilience, plus de sécurité, une plus grande disponibilité et des coûts inférieurs aux formes privées de monnaies numériques. C’est clairement le cas par rapport aux cryptomonnaies non adossés qui sont intrinsèquement volatiles. Et même des stablecoins (…) peuvent ne pas être tout à fait à la hauteur d’une monnaie numérique stable et bien conçue de la banque centrale.»

«Comme on pouvait s’y attendre, le FMI est profondément impliqué dans cette question, notamment en fournissant une assistance technique à de nombreux membres. Un rôle important pour le Fond est de promouvoir l’échange d’expériences et de soutenir l’interopérabilité des MNBC.»

Rien à ajouter. Le FMI sait ce qu’il veut et agit en conséquence. Voici la liste des pays concernés :

  • avec une MNBC active : les Bahamas, le Nigéria et l’Organisation des États des Caraïbes orientales qui représente 7 pays.
  • avec un projet avancé : Suède, Chine, Jamaïque et Ukraine .
  • ils commencent à y penser : Thaïlande, Brésil, Inde, Venezuela, Inde, Corée du Sud, Canada, Japon, Indonésie, Les Philippines, les USA et bien sûr les pays de la zone Euro.

Les cryptomonnaies de banque centrale sont le futur du Qatar mais pas que. Le nombre de banques centrales qui y pensent ne cesse de s’agrandir. Si vous êtes un cypherpunk de la première heure, cet article doit vous tirer une petite larme. J’en suis moi même désolé. Mais les cryptomonnaies sans frontières ni tiers de confiance ne sont clairement pas dans les objectifs du FMI. Pour finir notre Tour du Monde citons Phileas Fogg qui disait avec malice : «les passeports ne servent jamais qu’à gêner les honnêtes gens et à favoriser la fuite des coquins».

The Merge vous laisse perplexe ? N’attendez plus pour préparer l’avenir.Inscrivez-vous vite sur la plateforme Binance, LA référence absolue du secteur. Vous économiserez 10% sur vos frais de trading en suivant ce lien (lien commercial).


Ben Canton

Prof à la ville comme à la scène, vulgariser et expliquer c'est mon quotidien. Crypto-agnostique pratiquant, je cherche la lumière dans les ténèbres des internets en essayant d'éviter les querelles de chapelles ! En attendant la révélation, j'achète du Bitcoin pour mes enfants et je m'enthousiasme pour les projets à destination du grand public.

Recevez un condensé d'information chaque jour