Le NASDAQ souhaite réduire les manipulations de marché sur les cryptoactifs

La grande bourse américaine du Nasdaq a récemment multiplié ses incursions dans l’univers des cryptomonnaies et des blockchains : création d’un outil d’analyse et d’anticipation des prix des cryptos, acquisition cash du crypto-exchange suédois Cinnober, etc. Et la deuxième plus grande bourse mondiale souhaite également être un acteur leader dans la lutte contre les manipulations et fraudes sur les cours des cryptoactifs.

Le Nasdaq affirme vouloir mettre un terme aux manipulations et aux fraudes qui sévissent et gangrènent le marché des cryptomonnaies. Une publication indiquant le point de vue de la grande place boursière, et ses propositions d’amélioration du marché des cryptoactifs, a été annoncé sur le Twitter officiel du Nasdaq :

« Comment les crypto-exchanges peuvent-ils favoriser la transparence et mettre en œuvre des processus et des technologies contribuant à un trading équitable et ordonné et à la protection des investisseurs ? ».

Dans cette lutte, le Nasdaq a déjà commencé à fournir sa technologie de surveillance des marchés, appelée SMARTS, à des acteurs de la cryptosphère. Quelques premières plateformes d’échange de cryptos ont adopté cette technologie depuis quelques mois, comme notamment l’exchange Gemini, fondé par les frères jumeaux Winklevoss.

Lors d’une interview avec Bloomberg, Tony Sio, responsable du Nasdaq pour la surveillance des échanges et de la réglementation, a déclaré :

« Nous sommes maintenant sollicités toutes les semaines ou toutes les deux semaines [par des crypto-exchanges] (…) Nous ne travaillerons pas avec toutes ces entreprises, car bon nombre d’entre elles sont encore à un stade précoce ou n’ont pas encore obtenu une bonne réputation ».

Bien sûr, la mise en place d’un cadre réglementaire d’un côté, et de la surveillance des marchés de l’autre prendront du temps sur un marché aussi jeune que celui des cryptoactifs. Mais le fait qu’un acteur, aussi important que le Nasdaq, souhaite y jouer un rôle important et proactif est un signe très encourageant pour le secteur.

Sources : Bloomberg ; Bitcoinist ; CoinTelegraph || Images from Shutterstock

Rémy R.

Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Commentaires

Votre email ne sera pas publié. En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.


Recevez un condensé d'information chaque jour