Google Cloud teste l’intégration des oracles ChainLink pour des dApps

Trading du CoinTrading du Coin

Parmi les GAFA, c’est peut-être Facebook qui est le plus en pointe en ce qui concerne de sortir sa propre crypto, mais c’est bien Google qui semble est probablement le plus avancé dans ses recherches de technologies blockchain-compatibles. C’est en tout cas ce que montre ses essais récemment menés afin de démontrer qu’il était possible d’intégrer les oracles Chainlink (LINK) au sein d’une partie expérimentale de son service Google Cloud, pour permettre des interactions entre ses services et certains smart contracts.

Notons pour commencer que le service Google Cloud Public Datasets avait déjà, en février dernier, intégré des ensembles de données comprenant l’historique des transactions de huit cryptomonnaies dans son cloud internet, à savoir : Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), Litecoin (LTC), Bitcoin Cash (BCH), DASH, Dogecoin (DOGE), Ethereum Classic ETC) et Zcash (ZEC).

Docteur Google et Mister Chainlink

Dans une publication datée de ce 13 juin, l’équipe de Google Cloud explique qu’elle est capable d’utiliser l’oracle middleware de Chainlink dans le but d’expérimenter une mise en relation entre les applications décentralisées (Dapps) d’Ethereum et les informations disponibles au sein de son service Cloud appelé BigQuery.

En tant que middleware (ou intergiciel), l’oracle de Chainlink se trouve alors à servir de passerelle d’échange d’informations entre les deux différents réseaux principaux (la blockchain ETH d’un côté et le Cloud de BigQuerry de l’autre).

Il devient alors possible ainsi de déclencher des smart contracts récupérées à partir d’une requête on-chain vers le service Cloud basé sur internet.

Comment lier Cloud et Blockchain ?

Les Dapps d’Ethereum demandent des données à Chainlink, qui à son tour récupère les données d’un service web construit avec Google App Engine et BigQuery :

Source : blog de cloud.google.com

Pour récupérer les données de BigQuery, une dApp doit donc appeler le contrat Chainlink Oracle correspondant, en incluant le paiement de la demande paramétrée à traiter (par exemple, le prix du gas à un moment donné, dans le cas des smart contracts basés sur Ethereum).

Les nœuds Chainlink surveillent ces requêtes, jusqu’à ce que la prédiction se réalise et qu’un de ces nœuds exécute la tâche demandée. Google App Engine récupère alors les données de BigQuery, qui héberge les ensembles de données dans son Cloud.

Des adaptateurs spécifiques sont également évoqués, devant permettre aux nœuds ChainLink d’intéragir de la sorte avec ces divers services du Cloud de Google.

A terme, ce système pourrait selon la note de Google être généralisé pour développer des applications hybrides cloud-blockchain, dans lesquelles les contrats intelligents pourront déléguer des opérations complexes aux ressources cloud pour plus d’efficacité, et soulager d’autant la blockchain sous-jacente. Sont également évoqués des synergies imaginables dans différents domaines, par exemple avec de futurs marchés prédictifs, en soubassements de certaines opérations financières comme les contrats à terme, ou encore pour améliorer la confidentialité de certaines transactions prenant place sur Ethereum.

Rémy R.
Issu d’une formation universitaire en Sciences, je m’intéresse aux blockchains et à Bitcoin depuis 2013 et en ai même miné à l’époque. La bulle qui s'en est suivie m'en a détourné, mais je m'y suis replongé depuis 2017 et les étudie depuis avec passion.

Poster un Commentaire

avatar