Tata Colette #1 “Bitcoin est une pyramide de Ponzi !”

Trading du CoinTrading du Coin

« Ton Bitmachin là, ils ont dit à la télé que c’était un Bonzai (Ponzi ?). Tu vas finir en prison comme Bernard si tu continues à jouer avec ça. » Tata Colette

C’est par cette véritable remarque que nous allons commencer notre nouvelle série. Laissez-moi tout d’abord vous présenter rapidement ma tata.

Colette, 62 ans, jeune retraitée, redoute par-dessus tout d’être considérée comme une ringarde. Entre le suspense insoutenable du Bingo et les danses endiablées avec les copines lors des guinguettes, elle a une autre passion : le JT du midi de TF1 présenté par l’étalon Jean-Pierre Pernaut, que Colette regarde amoureusement tous les jours. Cet apport d’informations, renforcé occasionnellement par le Sept à Huit du ténébreux Harry Roselmack, lui permet d’avoir un avis sur tout qu’elle partage généreusement.

Cette série recense à travers des articles courts toutes les remarques entendues lorsqu’on évoque « Bitmachin ». J’espère qu’ils vous seront utiles dans vos débats enflammés avec vos tatas Colette.

« Bitcoin est un poison nocif ! » Charlie Munger (14/02/2018)
« Tout ça finira mal ! » Warren Buffet à propos de Bitcoin (11/01/2018)

Le jour de la St Valentin est traditionnellement placé sous le signe de l’amour mais cela n’a en rien affecté la déclaration de Charlie Munger. Pour ceux qui ne connaissent pas Warren et Charlie, ce sont les Batman et Robin de l’investissement. Ils contrôlent Berkshire Hathaway qui est considérée comme une des plus grosses réussites parmi les sociétés d’investissement : 10 000$ investis en 1964 vaudraient 125 000 000 $ aujourd’hui. Ce n’est pas Bitcoin mais en considérant qu’entre-temps ils ont plusieurs crises du pétrole, la guerre froide, la bulle internet et les subprimes, pas de quoi se plaindre.

Charlie, Warren et leur meilleur pote Bill : 140 milliards de dollars d'amitié sur une photo.
Charlie, Warren et leur meilleur pote Bill : 140 milliards de dollars d’amitié sur une photo.

Comme Warren et Charlie, il est difficile pour Colette d’évoquer Bitcoin sans parler de la Tulipomanie de 1636 et de tous les autres systèmes pyramidaux qui ont suivi.

Qu’est-ce qu’une pyramide de Ponzi ?

Charles Ponzi, un homme élégant… mais fourbe !

Charles Ponzi est un italien qui a vécu de 1882 à 1949. C’est lui qui a rendu célèbre l’escroquerie qui porte maintenant son nom, la « Chaine de Ponzi » ou la « Pyramide de Ponzi ». C’est un principe tout simple de redistribution de richesse : vous prenez l’argent des nouveaux entrants pour le donner aux plus anciens. Ce système marche tant que vous arrivez à recruter des nouveaux investisseurs et qu’il n’y a pas de retraits massifs. Autrement, comme en 2008 avec Madoff, toute la pyramide s’écroule.

Historique des pyramides de Ponzi

« Il faut placer son argent dans des produits garantis par le gouvernement ! C’est la sécurité, c’est garanti ! » Tata Colette

Et pourtant, si elle savait… Dans l’histoire, une grande partie de ces escroqueries ont été mis en place, ou soutenues, par les gouvernements.

« Mais tu cherches la petite bête ! Ça n’arrive que dans les pays du tiers monde »

Mais Tata Colette, regarde-moi cette liste d’arnaques soutenues par les gouvernements bien de chez nous :

  • Bulle de la Compagnie du Mississippi (1718) – Le responsable, John Law, un ancien meurtrier et joueur compulsif, était soutenue par la Banque de France
  • Krach de la Compagnie de la mer du Sud (1720) – Compagnie issue d’un partenariat public-privé avec la couronne d’Angleterre
  • Bulle des emprunts « Poyaisiens » (1826) – Ponzi mis en place avec le soutien du gouvernement britannique qui a conduit à la première crise de la dette en Amérique Latine.

Cas d’école d’un crypto-ponzi : Bitconnect

Nous avons déjà établi une liste de critères pour repérer un Ponzi dans Bitconnect, la guerre des clones, et nous avons également publié un article détaillé démystifiant le système Bitconnect. Nous prendrons donc pour exemple Bitconnect pour établir une liste de caractéristiques d’un Ponzi.

Page d'acceuil de Bitconnect : une pyramide pour expliquer le système d'affiliation...
Page d’acceuil de Bitconnect : une pyramide pour expliquer le système d’affiliation…
  • Des fondateurs louches – une simple recherche sur Google aurait suffi pour voir que M. Ken Fitzsimmons, fondateur officiel de Bitconnect, était un personnage fictif.
  • Une stratégie peu transparente – Bitconnect avait annoncé avoir développé un algorithme de trading ultra secret qui leur permettait de garantir un retour sur investissement important.
  • Une garantie de retours sur investissement constants et trop belle pour être vraie
  • Difficulté à recevoir son argent – dans le cas de Bitconnect, il fallait bloquer son argent sur la plateforme pendant plusieurs mois.
  • Un marketing extrêmement agressif
  • L’affiliation – le fait de gagner de l’argent en amenant d’autres investisseurs
Le marketing selon Bitconnect
Le marketing selon Bitconnect…

Et Bitcoin alors ? Ponzi ?

Appliquons les critères ci-dessus à Bitcoin :

  • Fondateurs – Bon … Personne ne sait qui est Satoshi Nakamoto mais ça fait aussi une des forces du réseau. Dans plusieurs projets antérieurs à Bitcoin, les fondateurs avaient une tendance à être mis en prison et le projet arrêté. Nous avons aussi pu constater qu’à chaque fois qu’une personne clamait être Satoshi, elle avait toujours droit à une visite de la police. Bitcoin a pour but d’être résistant au gouvernement et l’anonymité de son fondateur participe à cette résistance.
  • Stratégie / Retour sur investissement – Il n’y a pas de stratégie Bitcoin pour vous faire gagner de l’argent : Dans le whitepaper publié en 2008, il n’y a aucune mention de retour sur investissement. Le but de Bitcoin n’a jamais été d’être un investissement rapportant de l’argent. C’est un projet open source dont le code est accessible à tous et dont toutes les transactions sont visibles.
  • Difficulté à retirer son argent – Il n’y a aucune promesse sur un quelconque gain futur lorsque vous achetez un bitcoin. Au cours d’aujourd’hui, si vous me donnez 10 000$, je vous donne un Bitcoin. Le prix peut monter ou descendre par la suite, mais en attendant je vous ai donné ce pour quoi vous avez payé. Si vous voulez récupérer votre argent, c’est une transaction classique : Vous trouvez un acheteur qui accepte de payer le prix que vous demandez et le tour est joué !
  • Importance du marketing – c’est la communauté de fans qui fait vivre le Bitcoin, souvent de façon bénévole. Il n’y a pas une autorité qui décide de faire de la publicité ou de distribuer des lambos.
  • Gagner de l’argent en amenant des gens – Bitcoin ne génère pas de revenus, c’est juste un programme informatique. Son prix est corrélé à l’offre et la demande, comme sur tout marché classique. Dans un schéma pyramidal, plus vous entrez tôt et plus vous êtes riches car vous avez profité de l’argent de ceux qui sont arrivés derrière. Pour Bitcoin, il n’y a pas cette corrélation. C’est vrai pour ceux qui ont HODL depuis le début mais comme sur un marché classique, tout dépend de votre stratégie d’investissement.

Conclusion : Bitcoin n’est pas une pyramide de ponzi

Les « experts » (Tata Colette y compris) qui considèrent Bitcoin comme un Ponzi sont nombreux. Si nous remontons quelques années en arrière, c’était le cas aussi dans les débuts de l’Internet. Où sont ces experts aujourd’hui ? Plus personne en 2018 n’aurait l’idée de dire qu’Internet ne sert à rien et n’apporte rien à la société.

« L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes » Bertrand Russel

Je n’ai rien contre ces gens (souvent d’un certain âge) car je pense que pour la plupart il n’y a pas de malveillance. C’est le résultat de l’ignorance et l’incapacité à voir sur le long terme. Nous devons regarder droit devant nous et continuer à développer la technologie et l’écosystème pour les générations futures. Bitcoin a commencé en 2008. En 10 ans les cryptomonnaies sont devenues un marché évalué aujourd’hui à 435 milliards de dollars, et ce n’est que le début. Des investisseurs entrent sur le marché tous les jours, des entreprises se développent sur la blockchain et des milliers d’emplois sont créés. Bitcoin n’est pas un Ponzi ; Bitcoin n’est pas une mode passagère ; Bitcoin est le futur et est là pour rester.

PARTAGER
Avatar
Libertarien de naissance et atteint du virus Bitcoin depuis 2016, mon exposition continue aux cryptomonnaies ne fait qu'empirer la situation. Tel un témoin de Jéhovah superactif, j'ai deux buts dans la vie : Répandre la bonne parole de Satoshi Nakamoto et Da Hongfei à travers l'éducation des fondamentaux, et embêter les banquiers.

5 Commentaires

  1. Bien écrit. Et j’aime bcp l’auto-présentation de l’auteur !
    Et effectivement, cela ressemble bcp a ce que je constate dans mon entourage. Le cérébrolessivage des mass-médias a une puissance incommensurable sur l’esprit des masses. Je crains hélas que même en le sachant, les masses se font laver le cerveau par la TV en premier lieu mais aussi par les journaux et la Radio. Ce qui pose problème car les communs des mortels n’ont plus vraiment de repères d’informations fiables. Même pas ces soi-disant journalistes qui ne sont en fait que des présentateurs plus ou moins zélés sous le contrôle de l’état ou de lobbys financiers et industriels de toutes sortes.
    La propagande, comme il se diait autrefois est bien là sous des formes de plus en plus sophistiquée grâce ou a cause des neurosciences qui leurs donnent encore plus d’outils pour utiliser nos émotions et nos réflexes reptiliens d’humains ou plutôt “d’animaux humains”.

    Le journal de JP mais aussi tous les autres, y compris a la radio comme sur BFM, Radio france toute entière et bien d’autres chaines d’informations. Et après ils viennent nous parler de fake news remettant même en cause les faits ! Bcp de gens perdent leurs repères et vont se noyer dans des théories complotistes plus ou moins bien construites et hasardeuses.

    La blockchain pourra remettre les choses a leur place quand un maximum de choses sera enregistrée dedans. Et en cela, les gouvernement et tout le petit monde qui tourne autour ne pourra plus refaire l’histoire comme ils l’entendent. Ils résistent de toute leur force mais ils n’ont plus que le choix de bloquer l’enchevêtrement des réseaux( internet) et donc la mondialisation ou laisser les choses se faire comme leur sacro-sainte destruction créatrice shumpetrienne qu’ils nous rabâchent sans cesse en économie.

    PS : je veux seulement signaler un toute petite coquille a la fin : “des entreprises se développement sur la blockchain”, rien de bien méchant, mais je pense que le le verbe développer a un petit soucis de conjugaison.

  2. crypatometrader44 : j’ai aussi repéré plein de petites coquilles dans votre commentaire :

    “les communs des mortels”. On dit “le commun (au singulier) des mortels”
    “comme il se diait autrefois” (au lieu de “disait”)
    “sous des formes de plus en sophistiquée” (manque le s à sophistiquée…)
    manque l’accent sur le à de “à cause” et de “à la radio”
    manquent les “s” à toutes leurs forces

    Rien de bien méchant mais ça fait beaucoup quand même…

  3. Maître capelo ton esprit hante les commentaires de la toile et c’est toujours amusant. Bel article, je crois moi aussi dur comme fer à la blockchain et aux smart contract. Aussi révolutionnaire qu’internet je dirais même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici