Seul 1% des transactions en BTC s’exécute sur le Dark Web

Trading du CoinTrading du Coin

Selon un rapport établi par l’entreprise spécialisée dans l’analyse des transactions sur la blockchain Chainlink, 2019 devrait voir pour l’équivalent d’un milliard de dollars de transactions exécutées sur le Dark Web à l’aide de cryptomonnaies, Bitcoin et Monero en tête.

Pour impressionnant que ce montant puisse sembler, il ne doit pas occulter le fait que seul 1% des transactions en bitcoins s’exécutent sur le Dark Web, ce chiffre étant en baisse constante depuis 2012.

Dark web et Bitcoin, une association sulfureuse

Le chef du monde libre le twittait encore rageusement il y a quelques jours, le bitcoin, cette monnaie du blanchiment et des pires trafics dans les endroits les moins fréquentables du Dark Web (partie d’Internet accessible uniquement via des darknets comme TOR ou I2P) !

Il faut cependant convenir que ce constat lapidaire a pu, il y a quelques années, avoir quelques pertinences. En effet, dans sa prime jeunesse la mère de toutes les monnaies numériques était essentiellement utilisée par une communauté cypher, caractérisée par un rejet global de l’ordre capitaliste établi et volontiers hors la loi. L’intracabilité et l’anonymat supposées de Bitcoin (deux qualités dont cette monnaie numérique s’avérera finalement bien peu pourvues, expliquant un repli vers des solutions comme le Monero par exemple), attirèrent alors toute une faune criminelle, bien souvent plus attirée par ces caractéristiques que par les idéaux libertariens sous-jacents.

Ainsi, si en 2012, les bitcoins alimentaient volontiers le Dark web et servait notamment de monnaie d’échange principale sur feu Silk Road, difficile de ne pas constater une forme « d’embourgeoisement » de la devise dont l’utilisation sur le dark web est devenue statistiquement négligeable.

Des sommes conséquentes mais un pourcentage en chute libre

C’est sous la forme d’un webinaire (accès sur inscription) que la société Chainkink spécialisée en audit de la blockchain expose une série de chiffres-clefs s’agissant du commerce sur le Dark Web, et la place des cryptomonnaies dans celui-ci.

Il est ainsi possible d’apprendre que la valeur totale en dollars de l’activité illégale en bitcoin a augmenté, après un déclin général en 2018. En effet, alors même que 872 millions de dollars ont été dépensés en 2017 pour divers produits illégaux sur le Dark Web, à l’aide d’une variété de crypto-actifs, mi-2019, ce chiffre dépasse déjà les 500 millions de dollars. Cette progression laisse entrevoir une année 2019 record qui verrait les transactions sur le dark web atteindre, voire dépasser le milliard de dollars.

Pour autant, si les médias traditionnels voient dans ces chiffres une occasion rêvée de pratiquer un peu de Bitcoin Bashing (« Les criminels du bitcoin s’apprêtent à dépenser 1 milliard de dollars sur le Dark Web cette année », merci Bloomberg), il convient de relativiser cette information.

En effet, la même étude démontre également que si le montant absolu a effectivement augmenté de manière conséquente, seul 1% des transactions en bitcoin à l’heure actuelle s’exécute sur le Dark Web (à mettre en perspective avec les 7% de 2012, ainsi que le matérialise le tableau suivant).

« Nous constatons une croissance de la valeur absolue de l’activité sur le marché du Dark Web au cours de la dernière décennie de même qu’une diminution du pourcentage de cette activité rapportée à l’activité crypto totale » Hannah Curtis, directrice principale des produits Chainalysis

Autrement dit, l’explosion des montants est clairement une résultante directe de celle de la valeur de Bitcoin. En parallèle, 99 transactions en BTC sur 100 se déroulent HORS du Dark web en 2019. Mais il est vrai que présenté ainsi, le titre devient immédiatement moins racoleur.

Hellmouth Banner
Crypto-enthousiaste, Polynésien de cœur vivant à Tahiti, Hellmouth Banner anime la page TahitiCryptomonnaies. "Après 10 ans dans le Pacifique Sud, je suis convaincu que les peuples du Pacifique Sud nous montrerons des chemins inédits à suivre, y compris dans les Nouvelles Technologies".

Poster un Commentaire

avatar